lailatvx

lailatvx

L'apprentissage de Georges 1

5042 appréciations
Hors-ligne
Georges R, 18 ans, vivait seul avec sa mère Solange et sa sœur aînée Julie depuis le départ de son père du domicile familial quelques années auparavant. Depuis cet évènement, Georges s’était toujours senti seul et différent. Étant le seul homme chez lui, il ne savait plus sur qui prendre exemple pour devenir celui qu’il voulait être.
Le sentiment de mal-être de Georges avait commencé à naître en lui à partir de ses 16 ans. Comme tous les ados de son âge à cet époque-là, il avait regardé des vidéos pornographiques bien que cela lui soit "interdit". Il avait immédiatement trouvé cela jouissif et voulait être à la place des hommes sur les vidéos. C’était ce qu’il disait à ses amis lorsqu’il en parlait avec eux entre gars.
Cependant, Georges avait une particularité un peu spéciale qu’il n’osait pas avouer à ses copains. Le jeune homme était très attiré par les femmes mais pas de la même façon que ses amis. En effet, Georges voulait étudier le comportement sexuel de la femme et, pour cela, il lui arrivait d’aller très loin dans ses expériences.
Le jeune garçon pensait que pour comprendre quelqu’un, il fallait se mettre dans sa peau. Par conséquent, Georges allait à la moindre occasion fureter dans les tiroirs de sa mère ou ceux de sa sœur afin de se vêtir de leur lingerie.
Un jour que sa mère était partie faire les courses et que sa sœur était à son entraînement de Volleyball, Georges se précipita dans les tiroirs de Solange. Il se saisit d’une petite culotte et d’un soutien-gorge noirs. Puis, en voulant effacer au mieux les traces de son passage, le jeune homme tomba sur des instruments qu’il ne connaissait pas.
Dans le tiroir qu’il venait d’ouvrir, Georges avait trouvé un objet ressemblant fort au sexe masculin. Troublé par la ressemblance, le garçon ne sut d’abord pas quoi en faire. Puis, dans un éclair d’imagination, il décida de l’utiliser dans ses "études".
Georges emporta le faux pénis et les sous-vêtements de sa mère dans sa chambre. Le jeune homme retira ses vêtements et enfila la lingerie de Solange. Il s’allongea ensuite sur son lit et fit glisser la petite culotte jusqu’au niveau de ses genoux. Il se saisit ensuite du gode et, avec une légère appréhension mêlée à une grande excitation, se l’enfonça doucement dans l’anus, centimètre par centimètre.
Georges ressentit d’abord une douleur dans son orifice qui le fit ralentir le rythme de ses va et vient puis, lorsque la douleur s’estompa pour finalement faire place à une vague de plaisir, Georges accéléra sa cadence.
Au moment où il allait jouir de cette expérience aussi nouvelle qu’excitante pour lui, on frappa à la porte de sa chambre. Pris par l’excitation de son acte, il n’avait pas entendu sa mère revenir des courses et ne pouvait désormais plus rien faire pour cacher ce qu’il était en train de faire. Solange entra dans la chambre de son fils et, en le voyant avec sa lingerie et son gode, demeura interdite, choquée de voir son fils vêtu ainsi. Georges et sa mère se regardèrent durant d’interminables secondes sans s’échanger le moindre mot. Solange brisa violemment le silence.
« GEORGES ! MAIS QU’EST-CE-QUE TU FAIS HABILLÉ AVEC MA LINGERIE ?! ET MON GODE DANS TON CUL ?!»
Georges ne répondit pas. Mais Solange ne décolérait pas.
« ALORS ? RÉPONDS-MOI !»
Le jeune homme respira un grand coup afin de se donner une contenance et expliqua à sa mère comment lui était venue l’idée de mettre de la lingerie féminine et dans quel but il le faisait. Au fur et à mesure que son fils avançait dans son récit, la colère de Solange s’envolait, laissant place d’abord à la surprise et à l’incrédulité puis à une sorte de fierté.
Georges baissa la tête, craignant la réaction de sa mère. Solange, quant à elle, avait des idées plein la tête pour aider son fils à comprendre les femmes. Elle caressa le crâne de Georges en le rassurant de petits mots.
« Ça va aller, mon chéri. Pardonne-moi. Je ne savais pas ».
Rassuré, Georges se blottit contre le corps de sa mère. Ce fut ce moment-là que Solange choisit de mettre à profit pour mettre son idée à exécution.
« Si tu veux, mon chéri, je peux t’apprendre comment tu dois être avec les femmes.»
« Oui, Maman. J’aimerais que tu m’apprennes. Je veux être le meilleur homme possible avec les femmes.»
Solange sourit en caressant le crâne de son fils. Elle lui chuchota encore quelques mots de réconfort avant de lui annoncer son programme.
« Je vais t’aider à comprendre les femmes. Mais pour cela, il va falloir que tu t’investisses. Le meilleur moyen de comprendre quelqu’un est de se mettre dans sa peau. Tu vas donc t’habiller comme une fille durant tout le temps que prendra ta formation. D’accord, Georges?»
Le jeune homme hocha la tête et Solange demanda à son fils de le suivre jusque dans sa chambre où elle lui ordonna de se déshabiller. Solange inspecta son fils de la tête aux pieds. Il ne lui semblait pas très grand pour son âge ni très costaud et, lorsque son regard se posa sur le sexe de Georges, elle réprima à grand-peine un rire moqueur. En effet, le pénis de son fils en érection ne dépassait pas la taille d’un tube de rouge à lèvres sans parler de ses testicules qui, eux, ne lui paraissaient pas plus gros que des noisettes. Reprenant son sérieux, Solange ouvrit l’un des tiroirs de sa commode et en sortit un string rouge et un soutien-gorge assorti. Elle ordonna ensuite à son fils de mettre le string et le soutien-gorge. Lorsque son fils eut revêtu sa lingerie, Solange commença à donner sa leçon.
« Pour ce premier jour, nous allons aborder l’aspect sexuel du comportement féminin. La première chose qu’il faut que tu saches, c’est que la taille du pénis n’est pas importante dans une relation sexuelle. C’est la façon dont tu t’en sers qui compte. Première étape: préparer la femme. C’est-à-dire, la faire mouiller. Ainsi, elle sentira moins le pénis rentrer en elle. Pour cela, il y a deux façons de faire. La première consiste à caresser le sexe de la femme au niveau de son clitoris. La deuxième, à le lui lécher. Pour aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur la première façon.»
Sur ces mots, Solange se mit nue devant son fils et s’allongea sur le lit en invitant son fils à l’y rejoindre. Georges rejoignit sa mère sur le lit. Son fils bien installé, Solange lui attrapa la main et la guida vers sa chatte généreusement poilue. Elle fit faire des mouvements circulaires à son fils sur son clitoris puis elle le laissa continuer lui-même. Bien que mal à l’aise face au sexe maternel, Georges s’en tirait plutôt bien pour une première fois. Solange sentit même l’excitation la gagner progressivement. Elle ferma les yeux, s’abandonnant ainsi aux caresses de son fils. La voix de son fils la sortit de sa rêverie.
« C’est bon comme ça, Maman ?»
Solange leva les yeux et vit la main de son fils couverte de sa cyprine. Elle sourit en caressant le visage de Georges.
« Oui, ma chérie. Tu t’en es bien sortie. Bon, maintenant, allons dans la chambre de ta sœur et trouvons-y des vêtements pour toi, Georgette !»
Solange et Georgette se dirigèrent vers la chambre de Julie et ouvrirent sa penderie. D’un commun accord, le jeune travesti et sa mère prirent une jupe bleue et un top assorti. Georgette mit les vêtements de sa sœur et, au moment où sa mère et elle allaient quitter la chambre, la porte d’entrée de la maison s’ouvrit.
Julie était de retour.
Solange sourit et, toujours nue, alla saluer sa fille. Georgette la suivit. Surprise de voir sa mère nue et son frère habillé en fille, Julie ne put exprimer le moindre mot. Mais, au regard de sa mère, Georgette comprit que celle-ci avait un plan en tête.
L’apprentissage de Georges ne faisait que commencer...


17 appréciations
Hors-ligne
miam !

5042 appréciations
Hors-ligne

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 256 autres membres