lailatvx

lailatvx

Ma mère offerte et soumise 2

5122 appréciations
Hors-ligne
Ainsi, ma mère était-elle rentrée dans un jeu de soumission sexuelle avec nous, ses propres enfants. Plus j’y pensais, plus ça me semblait incroyable.
Et pourtant, je me rappelais la folle journée de la veille : attachée à poil sur son lit par mon frère Léo, elle s’était livrée à nos pulsions les plus bestiales. Je l’avais baisée ! Et le pire est que je n’avais qu’une envie : recommencer ! J’étais un mec bien monté et viril. Je me régalais qu’une femelle s’offre à moi de cette façon, fut-elle ma propre mère.
Léo, lui, la baisait depuis un moment déjà. Il me raconta son histoire. Je découvrais des choses qui m’avaient été cachées jusque-là.
Léo était 5 ans plus âgé que moi. Il avait compris assez vite que notre mère accepterait de faire des choses habituellement interdites entre mère et fils. Au début, il lui avait simplement demandé de voir ses seins. "Ils te plaisent ?", avait naïvement demandé ma mère. Elle était fière de sa belle poitrine. Mais elle ignorait qu’elle mettait la main dans un engrenage infernal car Léo a vite exprimé ses intentions d’aller plus loin. Il s’est mis à exiger d’elle des choses de plus en plus compromettantes. "Montre-moi ta chatte ! ", ordonnait-il. Ma mère avait la faiblesse d’obéir. Elle se retrouva à subir le caractère autoritaire de son fils qui se révéla aussi être un chaud lapin. Elle cédait chaque jour un peu plus de terrain et dut subir ses attouchements, puis ses envies de sexe.
Mon père était au courant de tout. Il avait surpris plusieurs fois Léo en train de peloter sa mère et se doutait qu’il se passait des choses bien pires en son absence. Il ne supportait pas que sa femme se laisse faire par ce petit morveux. Mais c’était un homme faible. Au lieu d’intervenir et de punir Léo, il supportait tout. Et s’il protestait, ma mère lui répondait : "c’est mon fils. Je ne peux pas le voir malheureux. Je suis désolée ".
Un jour, mon père rentra du boulot un peu plus tôt que prévu et il trouva ma mère dans la chambre de Léo, en train de lui faire une fellation. Elle le suçait goulûment, introduisant avec un plaisir évident le sexe de son fils jusqu’au fond de sa gorge. Jamais elle n’avait montré une telle gourmandise avec mon père. Il en fut vexé et eut tellement honte qu’il prit ses affaires, quitta la maison et demanda le divorce.
"C’est un con !", s’était borné ma mère à dire pour tout commentaire...
Du coup, Léo s’est retrouvé seul mâle dominant à la maison. Ma mère accepta de devenir son jouet sexuel. Etre soumise à son fils l’excitait beaucoup. Ce fut Léo qui dorénavant choisirait ses sous-vêtements qu’elle devait porter avec des jupes très courtes. Ou alors il l’obligeait à ne pas en porter du tout. Il vérifiait alors plusieurs fois par jour qu’elle était bien nue sous sa jupe.
A tout instant, il pouvait introduire ses mains entre ses cuisses et elle devait se tenir prête à se faire prendre par lui dès qu’il en avait envie. Mon frère, ayant un appétit sexuel assez intense, c’était parfois plusieurs fois par jours qu’il lui demandait de la baiser. Elle avait interdiction de refuser.
Ma mère avait cependant obtenu de Léo de rester très discret là-dessus. Car avec ma sœur Zoé, nous étions à l’époque beaucoup plus jeunes que lui et nous ne pouvions pas comprendre ce qui se passait.
Pourtant, Léo était sûr de lui :
- Un jour Kevin sera un homme et il aura le droit de te faire ce qu’il veut. Tu devras lui obéir comme tu m’obéis à moi.
Résignée, ma mère accepta, se disant qu’elle avait bien le temps de voir venir.
Mais le temps passa plus vite que prévu jusqu’au jour où j’eus l’âge officiel de profiter des charmes de notre mère.
Il l’avait donc attachée nue sur le lit. Ma mère aimait ça, se faire attacher. Elle avait l’impression d’être dans un état de soumission totale, complètement vulnérable, n’attendant qu’une chose : être prise par une grosse queue, celle de son deuxième fils en l’occurrence.
La suite vous la connaissez, je l’ai racontée dans le chapitre précédent.
Le lendemain matin, j’étais quand même très gêné vis à vis de ma mère. On ne baise pas sa mère comme ça, sans conséquence.
J’étais attablé pour mon petit déjeuner. Ma mère vaquait à ses occupations dans la cuisine. Elle était juste un peu plus sexy que d’habitude, portant juste sur elle une nuisette assez courte. A un moment, elle se retourna vers moi et en me souriant, elle me demanda :
- Tu veux que je te suce ?
J’étais éberlué.
- Hein ?
- Ben oui, c’est ton frère qui m’a demandé de faire ça. Je dois lui obéir...Lorsqu’il habitait à la maison, je faisais toujours ça avec lui le matin. Ça le détendait. Il veut que je fasse pareil avec toi.
- Ha…Bon ok alors.
Je sortais ma queue et ma mère, s’agenouillant devant moi, la mise dans sa bouche. Ses capacités en matière de fellation étaient admirables. Elle avait une façon de s’y prendre vraiment délicieuse, tout en légèreté et fermeté. Je n’ai pas tardé à jouir. Un jet sperme chaud inonda sa bouche, coula dans sa gorge. Bien que surprise, ma mère avala tout sans broncher. Puis elle se redressa, toujours souriante.
- Bien, mon chéri. Dépêche-toi, tu vas être en retard à la fac.
La soumission de ma mère s’arrêtait au domaine sexuel. Pour les études, il était hors de question de transiger. Mais je devais avouer que je me sentais déjà plus léger.
A regret, je prenais mes affaires et m’en allais, déjà impatient de revenir le soir.
"Je serai là, m’avait dit Léo, tu vas voir, on va s’éclater !"
Ce soir-là, une surprise m’attendait...


134 appréciations
Hors-ligne
J'adore!! J'aurais le mari, je serais resté et me serais moi aussi soumis aux désirs de mes fils.
J'aime être cocu, moqué et soumis à ma femme et ses amants.

5122 appréciations
Hors-ligne
Tu es une grande vicieuse comme moi !

20 appréciations
Hors-ligne
Situation excitante, pas à dire, j'attends la suite

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 264 autres membres