lailatvx

lailatvx

Maula, notre enfant adopté

3795 appréciations
Hors-ligne
C’est en accouchant de Zoé que j’ai su que je ne pourrais plus avoir d’enfant, aussi mon mari était d’accord pour adopter un garçon, ce que nous avons fait trois ans plus tard, et c’est vers l’Afrique que nous nous sommes tournés car les adoptions étaient plus rapides
Tout de suite, le petit Maula nous a adoptés en même temps que nous. Malgré ses souffrances, il avait encore la force de nous sourire, ce jeune garçon avait l’âge de notre fille et sortait d’un génocide familial dont il était le seul survivant.
Maula signifie « l’homme de feu », cela allait se concrétiser plus tard …

A trois ans, il était déjà très éveillé et très costaud, nous ne lui avons jamais caché ses origines car il était suffisamment intelligent pour se rappeler de tout. Ce garçon n’avait pas l’accent africain et il s’entendait très bien avec sa sœur et très affectueux envers moi, pour lui j’étais maman « Vévé », un diminutif de mon prénom Véronique.
Malgré nos efforts, Maula n’a jamais été un exemple de pudeur et aime se balader à poil à la moindre occasion…tout comme nous… aussi avons nous aisément suivit l’évolution de sa puberté …
A dix sept ans et demi, il a un corps sublime de sportif et surtout, il est doté d’un membre exceptionnellement long, non circoncis.
J’ai beau être « sa mère », il n’empêche qu’une question trotte dans ma tête : comment est-il en érection ?

Mon fils n’a pas perdu l’habitude que je lui ai donnée, comment lui refuser ce dont il a été privé tout bébé ? Il vient me rejoindre les matins du week-end dans mon lit dés le départ de mon mari qui proteste contre cette habitude stupide.
Je dors nue, il est nu lui aussi, je m’arrange pour être en chien de fusil afin que certaines parties de son corps ne soient pas trop en contact avec moi … c’est complément idiot et inefficace car la partie la plus vulnérable de mon anatomie est proéminente …aussi, sa verge molle est collée à mes fesses, je dois faire un effort surhumain pour ne pas lui laisser le passage qui mène à ma chatte, surtout que Maula est en pleine mue : une voix de mâle se précise de jour en jour, les hormones aussi sont en pleine effervescence , je trouve régulièrement des kleenex souillés de sperme épais dans la poubelle.

Ce soir en rentrant du travail, mes sens ont étés alertés par des gémissement ponctués de petits cris stridents, cela vient de la chambre de Zoé, j’avance à pas de loup dans le couloir pour savoir si c’est du chagrin ou autre car elle aussi est tenaillée par sa féminité montante…et là, un ouragan me tombe sur la tête : des ahanements d’homme sont mêlés à ce concert. Aucun doute, ma fille se fait baiser et je soupçonne Maula d’être le maître de cérémonie.
Que faire ? bien sûr, même frère et sœur, ils ne sont pas du même sang, donc il n’y a donc pas inceste, ces deux jeunes viennent sans doute de perdre leur virginité ensembles, ce qui se confirme après que les gémissements se soient calmés.

- Alors Zoé ? Pas trop déçue d’être devenue femme ?
- Waouh, t’es un vrai ouragan ! J’ai eu très peur de ton gros truc et finalement, juste un petit picotement mais après, quel délice. Ton gros machin m’a ouverte totalement, je crois bien que tu m’as touché l’estomac ! Et je ne parle pas de l’abondance de ta sauce !
- J’ai sans doute déchargé trop vite mais nous nous rattraperons.
- On devrait essayer des positions
- Il y a aussi les préliminaires
- Tu devrais te documenter, tu sais, je ne suis pas jalouse. Entre nous, une union est quasi impossible, tu peux trouver une nana expérimentée et m’en faire profiter.
- Ah oui, la fellation, le cuni ! Je t’en remets un coup vite fait ?
- Si tu veux, j’ai bien repris mon souffle, je vais sans doute apprécier davantage car j’ai à peine joui.
- La première fois, c’est sans doute normal.

Mon dieu, j’en ai assez entendu ! Je reviens précipitamment sur mes pas et claque la porte d’entrée afin d’alerter ce couple licencieux.
Encore abasourdie par les propos entendus, je trouve la force de chantonner en me dirigeant de nouveau vers le couloir et là, je vois Maula sortir précipitamment, une verge immense inclinée vers le sol le précède dans la salle de bain, il baisse la tête mais n’a pu ignorer ma présence.
Dans la nuit, je n’ai même pas eu honte de me toucher la minette en revoyant cette trique noire qui se balançait lourdement au gré de ses pas …et c’est la nuit de vendredi à samedi…que va-t-il se passer demain matin ? Aura-t-il l’audace de venir dans mon lit comme si rien ne s’était passé ?

Huit heures, mon mari, comme à son habitude, se lève, m’embrasse et me souhaite une bonne grasse matinée, il travaille jusqu'à midi…A peine la porte d’entrée claquée, j’entends la porte la de chambre de Maula qui se referme et la mienne qui s’ouvre, je fais semblant de dormir, toujours en chien de fusil, tout en essayant de calmer ma respiration.
Son corps nu et brûlant se love sur le mien, une main se pose sur ma hanche, pilepoil dans ma raie, son manche prend du volume, ma chatte vient d’expulser une bulle, je devrais me retourner et protester lorsque sa main enveloppe mon sein. Au lieu de cela, ma cuisse supérieure remonte, formant ainsi un accès à mon sexe en feu.
Je gémis comme si j’étais importunée par des gestes, je vais même jusqu'à prononcer sèchement le prénom de mon mari.

- C’est Maula maman Vévé
- Que fais-tu Maula ?
- Je te caresse …j’aime la douceur de ta peau
- Ce que tu fais n’est pas bien, tu le sais ?
- J’aime tout ton corps, tes seins sont très fermes …
- Maula !
- Ce n’est que ma main
- Et ce qui force le bas de mes reins ?
- Ça ? Hé bien, c’est mon zizi, je ne sais pas pourquoi mais en ce moment, plus ça va, moins j’en suis maître.
- Hé bien, maîtrise-toi ou sors de mon lit !
- Ne me repousse pas maman Vévé ! J’aimerais parler avec toi, je connais une fille et je n’ai aucune notion sexuelle.
- Bon, que veux-tu savoir ?
- La fellation ? C’est quoi ?
- C’est un acte qui se pratique dans un couple, la femme suce le sexe de l’homme, normalement avant une relation charnelle
- Et le cuni ?
- Le cunnilingus ? C’est la même chose mais pratiquée sur la femme par l’homme.
- Maman Vévé ?
- Oui ?
- Je veux te faire un cuni.

Je n’ai pas su quoi répondre, de toute façon sa main avait progressé entre mes cuisses et chatouillait ma vulve dégoulinante. Impossible de lui cacher mon excitation !

- Maula !
- Ne refuse pas, ta minette est trempée !

Deux longs doigts m’ont pénétrée dans un gémissement qui donnait mon accord, et là, j’ai fait exactement ce qu’il ne fallait pas faire : je me suis retournée vers lui pour le repousser mais c’est sans compter sur sa force herculéenne et ma volonté anéantie, je me suis retrouvée sur le dos, cuisses relevées avec une bouche aux lèvres lippues soudée à ma chatte et une langue épaisse qui force mon vagin. Juste avant, il a lancé : « guide-moi ! ».
J’ai posé mes deux mains sur son crâne rasé et en jouant du bassin, je lui présente les endroits où s’attarder. Maula apprend vite, il a deviné que cette petite excroissance sortie d’un capuchon de peau me rend folle lorsqu’il s’attarde dessus et que des doigts s’ajoutent dans ma vulve.
Il a avalé avec gourmandise tout le jus qui a jailli de mon vagin lorsqu’un orgasme violent m’a terrassée. Avant que je n’ai pu me relever, il a présenté son gland monstrueux a mes lèvres.

- A toi maman Vévé, suce-moi !

J’ai avalé le bout de sa queue sans rechigner, sucé, aspiré, masturbé jusqu'à ce que sa sève abondante inonde mon palais et coule dans mon cou. Etonnée et ravie que son manche n’a pas faibli d’un pouce, j’ai replié mes genoux sur ma poitrine ; en glissant sur les genoux, il est venu entre mes cuisses, j’ai tenu à voir cette queue d’ébène s’enfouir dans ma chatte béante…image inoubliable…ensuite, j’ai fermé les yeux pour apprécier ses coups de reins virils et doux à la fois. Cet homme fera un excellent amant ! J’ai encore joui deux fois avant qu’il ne daigne lâcher sa purée en moi, le temps que nous refaisions surface, encore emmanché dans ma moule qui se resserre à intervalles réguliers, il me susurre des mots doux mais immoraux :

- Maman Vévé est une bonne chaudasse ! Je t’aime, désormais je te baiserais tous les week-ends !
- Et zoé ?
- Oui je sais que tu es au courant, tu l’as accepté sinon tu nous aurais dénoncés à papa. Je compte sur toi pour m’apprendre des trucs cochons afin que je les reproduise avec ma sœur.
- Soyez prudents ! La semaine prochaine, j’emmène zoé chez le gynéco pour la pilule, ne lui fais pas un petit black !
- Et si je t’en faisais un ?
- Ça nous avancerait à quoi ?
- Je t’emmènerais loin d’ici pour vivre à poil et ne faire rien d’autre que de baiser.
- Mais je me trompe ou tu regrossis dans ma chatte ?
- Je ne débande pas, c’est normal, ta cramouille me masse la bite sans cesse !
- Baise-moi en levrette, comme une chienne que je suis devenue à ton contact !
- J’aimerais rester collé à ton cul comme un animal pendant toute une journée !
- Essaie tout de même de débander avant midi, sinon c’est ton père qui va nous faire lever !
- Cambre bien ton cul, montre-moi cette cramouille qui n’arrête pas de pleurer de joie !
- Bouffe-la-moi ! Bouffe le foutre qui est encore dedans, tout homme doit connaître la saveur de sa semence !
- Tu as raison, je ferais sucer ma bite à Zoé aussitôt après avoir joui en elle pour qu’elle savoure son jus de femelle mélangé au mien !
- Excellente idée, maintenant lèche mon con et enfonce ta trique jusqu’aux couilles !

Non seulement il m’a nettoyée la chatte mais aussi mon petit trou qui y passera inévitablement bientôt …son pouce a déjà repéré les lieux.
Alors que nous sommes en pleine baise enragée et bruyante, quelqu’un d’autre s’impatiente …

- MAULA ?? MAULA !! Où es-tu ?
- Dans la chambre de maman, Zoé ! Pourquoi ?
- Rejoins-moi vite, j’ai très envie …
- J’arrive ! Merde les nanas, vous allez avoir ma peau !!
- Baise-nous à tour de rôle chéri… mais jamais ensemble !

FIN.


32 appréciations
Hors-ligne

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 219 autres membres