lailatvx

lailatvx

Encore un amant pour ma femme

5161 appréciations
Hors-ligne
Ma femme ne reste jamais trop longtemps avec ses amants. Je ne sais pas si elle les épuise à cause de ses besoins sexuels énormes et qu’ils deviennent incapables de la satisfaire ou bien qu’ils abandonnent totalement, vides de sperme et d’efforts. En tous cas, et à durées moyennes, elle doit changer d’amant et si elle ne trouve pas, c’est à moi de provoquer la rencontre. Moi, je sais que seul je ne serais jamais à la hauteur de ses désirs mais si elle a un ou plusieurs amants, je peux avoir ma part de jeux sexuels avec elle, surtout sa terma (cul) que je préfère.

Le dernier amant, c’est elle qui l’a déniché et dragué. Il faisait très chaud et, depuis une semaine, chaque matin on allait à la piscine municipale. Maintenant, elle n’est plus gênée de se mettre en maillot deux pièces depuis qu’elle a été à la plage et où elle avait été draguée puis baisée par plusieurs hommes. On barbotait un peu dans l’eau où il y avait beaucoup de monde.

Sur le bord de la piscine, il y avait plusieurs personnes allongées, soit sur une chaise, soit sur le dallage du sol. J’ai remarqué que ma femme, dans l’eau, allait et revenait plusieurs fois au même endroit du rebord de la piscine. Quelque chose doit l’intéresser à ce niveau.

Je me suis rapproché discrètement pour voir et j’ai compris l’intérêt de ma femme. Sur le bord, il y avait un jeune homme d’une trentaine d’années, négligemment allongé sur le dallage, une jambe soulevée sur le dallage et l’autre plongée à moitié dans l’eau. Quand on est assez près, on pouvait voir une partie de ses organes génitaux, sous la large entre jambe de son short. Je voyais très bien sa bite allongée sur sa cuisse et une bonne partie de ses couilles. C’est ce tableau à demi caché que ma femme a découvert et qui l’attirait comme un aimant sexuel.

J’ai laissé faire et attendu ses réactions car je savais qu’elle allait être excitée. En effet, après plusieurs allers et retours, ma femme a pris une décision. Dans l’eau, elle s’est arrêtée sur le bord de la piscine juste à côté des jambes du gars, et l’échancrure du short était pratiquement au-dessus de son visage et les organes génitaux du gars devant ses yeux. C’était si flagrant que le gars s’en est aperçu et il s’est un peu redressé sur les coudes, ce qui a augmenté l’ouverture du short, donc offert encore plus son zob et ses couilles au regard de ma femme.
J’ai vu ma femme qui penchait de la tête et tendait du cou pour bien voir sous le short et elle a dit quelque chose au gars qui a souri de toutes ses dents. Elle venait de draguer l’homme en s’excitant sur son zob.

Le gars a très bien compris et c’est sa bite qui a immédiatement réagi à ma femme. En effet, son zob commençait à bander et à soulever le short et, rapidement, une belle bosse pointait un chapiteau éloquent que le gars avait de la difficulté à cacher. A ce tableau, j’ai vu que ma femme riait à gorge déployée car sa chatte et sa terma (son cul) se sont échauffées au point de commander une action urgente. Alors, l’homme s’est relevé totalement et a aidé ma femme à sortir de l’eau. Le zob bien gonflé maintenant était très remarquable entre eux et ma femme, discrètement, l’a caressé à travers le short.

Ensuite, ils se sont éloignés vers la zone des toilettes et des douches et l’homme mettait sa main au niveau de son sexe pour cacher son érection alors que ma femme le tirait par l’autre main. Je voyais son derrière qui se tortillait dans sa course, sa terma (son cul) doit maintenant suer de désir et sa chatte coulait de plaisir. Tellement pressés par le désir sexuel, ils ont pénétré dans le bâtiment le plus proche et qui était celui des WC et douches pour hommes. J’ai attendu un moment, puis je suis allé voir à l’intérieur. Rien du côté des WC, mais c’est de l’autre côté, au niveau de la dernière douche, tout au fond du couloir, que j’ai remarqué du remue-ménage, des chuchotements et des gémissements.

Ils se sont réfugiés dans cette douche pour baiser et ils étaient déjà à l’œuvre. En effet, j’ai bien distingué les excitants « flop, flop » mouillés et accélérés du bruit que faisait le zob dans la chatte de ma femme dans ses vas et viens affolés de plaisir. J’ai écouté et gouté un moment ce bruit érotique qui a fini par me faire bander moi aussi.

Alors je suis allé vers les WC et j’ai commencé à me masturber. Même à mon niveau, j’arrivais à distinguer leurs gémissements et respirations haletantes de désirs et les bruits « flop, flop » du zob qui provoquaient ma libido et fantasmes.

Soudain, un grand cri de ma femme suivi d’un « ah » bruyant de l’homme. Puis les bruits se sont arrêtés avant que je n’éjacule. Ils ont dû finir et c’est le gars qui a dû éjaculer dans ma femme en lui offrant son premier orgasme. J’ai tendu l’oreille et me suis rapproché de la porte de la partie WC. Et j’ai vu ma femme, habillée de ses deux pièces, qui sortait en courant du bâtiment, puis, le gars qui venait vers les WC. Il avait le short baissé et tenait son zob tendu à la main. Je suis retourné rapidement vers mon WC et j’ai essayé de continuer à me masturber.


Le gars est entré et s’est dirigé vers les lavabos pour se nettoyer, le zob toujours en l’air. Il m’a vu et m’a lancé un sourire complice. Je n’arrivais pas à éjaculer alors j’ai laissé tomber et j’ai remonté mon short et me suis rapproché des lavabos pour me laver le sexe et les mains. Le gars m’a demandé en souriant si j’avais été dérangé et j’ai dit qu’au contraire, j’ai bien tout entendu et que c’étaient surtout les « flop, flop » de son zob dans la chatte de la dame qui m’avaient excité mais ça été trop rapide. Complice, il s’est excusé car il m’a avoué que la dame l’avait excité à fond et qu’elle avait une chatte brulante de désir et il a dû éjaculer rapidement en lui donnant un gros orgasme. Il m’a aussi avoué qu’il allait l’amener tout à l’heure dans un endroit plus discret pour la baiser au maximum.


J’ai demandé si la femme était mariée. En effet, il m’a dit qu’elle avait une alliance au doigt mais, vu la manière dont elle l’avait dragué à la piscine, son mari doit avoir des cornes énormes. Puis, ayant fini de se nettoyer, il est parti. Rapidement, j’en ai fait autant et rejoins la piscine.

Ma femme était sur le bord de l’eau, allongée sur une chaise et ses traits me semblaient apaisés. Normal puisqu’elle a eu son petit casse-croute sexuel dans la douche. Je suis resté dans l’eau en évitant de me faire voir par son amant, installé plus loin.
Elle m’a demandé où j’étais et j’ai répondu que j’étais allé me vider la vessie aux WC. Elle m’a observé longuement pour me sonder, mais j’ai fait le mort.
Au bout de quelques minutes, le gars, qui avait repris sa place sur le bord de la piscine, regardait du coté de ma femme, en lui faisant des signes. Alors, discrètement, en évitant de nous faire voir ensemble par le gars, elle m’a informé qu’elle se sentait très fatiguée et qu’elle retournera tout à l’heure, après notre bain, vers 15h, directement à la maison au lieu d’aller, d’abord, faire le marché, comme d’habitude. Il était 10h et elle m’invita à aller seul, tout de suite, pour faire les courses au marché et qu’elle m’attendra à la piscine. J’ai tout de suite compris qu’elle m’éloignait pour aller baiser avec son nouvel amant. Ses premiers ébats n’ont fait qu’aiguiser les appétits de sa chatte et sa terma (son cul).


Il était 10h et elle savait qu’il me faudrait au moins trois heures pour aller au marché, en ville, pour faire les courses et revenir à la piscine. Bien entendu, j’ai accepté, alors je me suis rhabillé et rejoins notre voiture dans le parking. J’ai démarré et après quelques minutes, je me suis garé dans un coin discret, pas très loin. Très vite, j’ai vu ma femme dans une voiture qui sortait du parking de la piscine et j’ai distingué son amant au volant.

Discrètement, je les ai suivis avec ma voiture et après un quart d’heure environ de route, deux ou trois quartiers plus loin, leur voiture s’est garée devant un petit hôtel où ils ont pénétré en se tenant la main et en se pressant, taraudés par leurs désirs sexuels.


Sachant parfaitement ce qui va se passer, je suis allé faire les courses assez rapidement pour revenir vers 12h30. Passant devant le petit hôtel, j’ai remarqué que la voiture était toujours garée, donc les amants sont encore en train de baiser, depuis deux heures. Je savais que ma femme n’était presque jamais rassasiée, surtout de la terma et que si ça ne tenait qu’à elle, elle garderait son amant toute l’après-midi et même la nuit ! Alors, j’ai attendu dans ma voiture et à 13h exactes, les amants sortirent de l’hôtel pour remonter en voiture.


Puis on est revenu à la piscine, faisant attention à ne pas les précéder dans le parking et à l’intérieur. Quelques minutes plus tard, j’ai rejoint ma femme qui était en maillot, l’air épanoui de bonheur et de jouissances sexuelles. Je reconnais très bien cela dans son visage et dans ses gestes et paroles. Elle devenait très détendue, joyeuse, avec des attentions presque amoureuses pour son cocu de mari.


Elle a voulu contrôler les provisions et on est allé à la voiture pour vérifier. Tout allait bien sauf pour les boissons gazeuses que j’avais oubliées. Elle voulait se fâcher mais j’ai dit que j’allais corriger cela immédiatement. Et, me rhabillant encore une fois, j’ai pris la voiture pour sortir du parking alors que ma femme s’en est retournée à la piscine. Heureusement, il y avait un magasin qui ne vendait que des boissons dans le quartier adjacent et où j’ai fait rapidement mes emplettes, puis je suis revenu au parking vers 14h.


Revenu à la piscine, je n’ai pas trouvé ma femme ni dans l’eau, ni sur le bord et j’ai constaté aussi que son amant était aussi absent. J’avais compris qu’elle a dû l’entrainer pour une autre partie de baise, sachant qu’elle était insatiable. Je suis allé aux WC hommes pour vérifier et, effectivement, ils étaient là, dans la même douche que tout à l’heure. Leurs gémissements chuchotés et les « flop, flop » du zob dans sa chatte étaient aussi excitants que tout à l’heure ! J’ai eu l’audace de me rapprocher doucement de la douche et j’ai vu ce qui se passait.


L’homme baisait ma femme par derrière, et heureusement, il tournait le dos à la porte de la douche. Le mouvement de ses fesses et de ses cuisses nues, le short étant par terre, rythmaient les vas et viens de son zob dans ma femme. Je voulais savoir s’il baisait sa chatte ou sodomisait sa terma et je me suis rapproché encore plus. Ce geste de ma part, quoique discret, a été entendu par l’homme qui a tourné la tête vers moi. Tout en continuant ses vas et viens, il m’a reconnu et, complice de ses prouesses viriles, il m’a souri, en m’invitant avec le doigt à continuer de voir mais d’éviter de faire du bruit. Il devait se dire que j’étais un voyeur et je ne jouissais que de cette manière. Alors, profitant du spectacle, j’ai commencé à me branler doucement, ma bite était déjà assez gonflée.

En tendant mon cou, j’ai constaté que l’homme honorait la terma (le cul) de ma femme avec son gros zob et ses coups de reins énergiques. Sachant qu’il avait un auditoire, le gars s’est excité encore plus et tout en sodomisant ma femme, il lui disait des mots crus de « putain, de gros cul chaud et de son gros zob qui la défonçait jusqu’aux couilles ».

On est resté un long moment ainsi, plein de leurs gémissements et de ces « flop, flop » du zob dans la terma mouillée et qui m’affolaient de désir. Puis, comme je me branlais depuis un moment, je sentais le plaisir qui montait dans mon bas ventre.

Alors, je me suis enfoui vers l’autre côté des WC où j’ai fini de me branler et j’ai réussi à éjaculer plusieurs fois et avec puissance. J’ai été obligé de crier mon plaisir et je suis sûr qu’ils ont dû, aux aussi, m’entendre, comme j’entendais leurs jouissances bruyantes.
Enfin calmé, je suis resté assis sur le bodet des WC. Après un moment, comme la dernière fois, le gars est venu se nettoyer dans les lavabos des WC. On s’est vu et on s’est souri.

Il m’a demandé si ça avait marché cette fois, il parlait de mon éjaculation, et j’ai avoué que ça a été merveilleux. Tout en se lavant, il m’a raconté qu’il avait amené la dame dans un hôtel où il l’a baisée par devant et par derrière plusieurs fois. Et, tout à l’heure, elle était encore venue le solliciter pour une dernière sodomie car sa terma la démangeait et coulait de désir. Elle lui a dit que l’eau de la piscine n’arrivait pas à l’apaiser et qu’il faudrait son zob pour éteindre le feu qui la brulait au cul.


Heureusement qu’il avait de la ressource, mais maintenant, il était à plat et qu’il allait s’éclipser de la piscine avant que la dame ne le piège encore une fois. Il a fini pour se dire à lui-même, et j’ai entendu, comment le mari de cette femme pouvait s’en sortir sexuellement avec elle. S’il savait que, justement, ce qu’il venait de faire avec ma femme, a été justement la solution trouvée par le mari pour satisfaire les besoins énormes de la dame.
Mais il m’a avoué qu’ils se sont donnés rendez-vous pour demain à la piscine et qu’il doit bien se préparer pour honorer cette femme formidable.
Le gars parti, je me suis nettoyé puis j’ai rejoint la piscine sans y trouver ma femme. J’étais surpris et inquiet mais voilà qu’elle revenait, tout habillée, de la zone du bâtiment des WC et douches des femmes. Elle était donc allée se nettoyer, se doucher et remettre ses habits. Je suis revenu rapidement aux douches des hommes pour me rincer et cinq minutes plus tard, rhabillé, j’ai rejoint ma femme dans le parking. Il était environ 15h.


Ainsi, ma femme a passé une bonne journée sexuelle avec un nouvel amant, jeune et résistant et que leur spectacle m’a tellement excité que je me suis branlé et éjaculé avec jouissance.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 273 autres membres