lailatvx

lailatvx

Il me répugne et poutant 3

5385 appréciations
Hors-ligne
Le soir venu, il me fut difficile d’expliquer à Frédéric la raison de mon accord à l’invitation du diner pour le lendemain. La seule raison valable qui me vînt à l’esprit fut d’expliquer que j’avais légèrement sympathisé avec cet homme et qu’il avait pour habitude d’inviter facilement beaucoup de personnes et qu’après de multiples refus, je ne pouvais plus décliner l’invitation. Il comprit ma gêne de refuser systématiquement et accepta donc l’invitation.

Le lendemain, comme me l’avait demandé Paul, je mis une de mes tenues les plus sexy : robe moulante (qui mettait en valeur ma grosse poitrine) et relativement courte. Frédéric ne me fit pas de remarque puisque c’est une robe que je portais souvent en soirée et il l’adorait.

Arriver chez Paul, c’est sa femme qui vînt nous ouvrir. Sa femme qui se nomme Jeanne est petite, relativement grosse mais ce qui me marqua le plus c’est qu’elle semblait bien plus vieille que Paul alors que dans les faits, ils ont seulement 2 ans de différence. Dès que Paul apparut, je compris immédiatement que ma tenue lui plaisait énormément. L’apéritif vite expédié, le couple se retira pour préparer la suite du repas. A ce moment, Frédéric me dit :
-Elle est sympa même si elle parle très peu, mais lui, quel moulin à parole, il me saoule !
-Tu comprends mieux mes refus maintenant même si avec un peu de temps, il est moins désagréable.
-En attendant, il m’insupporte !
-Calme-toi, ça va passer.
-Je le fais pour toi mais ils ne sont pas près de venir à la maison.
-Merci mon chéri.

Un bisou plus tard et Frédéric avait retrouvé un calme relatif mais il est vrai que Paul était en grande forme ce soir, il me répugnait toujours mais une force invisible m’attirait toujours vers lui. Il était pourtant beaucoup plus vieux que moi, gros, laid et lourd avec ses blagues vaseuses mais rien à faire, l’envie de sentir sa grosse queue en moi était plus forte que tout.
Paul réapparut en compagnie de Jeanne, nous invitant à quitter le salon pour les accompagner autour de la table à manger. Pour ma part, il me fallait faire une pause pipi.
-Où sont les toilettes ?
Paul intervint tout de suite :
-Suis-moi, je te montre.

Devant les toilettes, Paul me colla contre le mur en malaxant mes seins.
-Tu me rends dingue avec cette robe, tes gros seins m’excitent !
-Calme-toi, on pourrait nous voir…
-Non, ne t’inquiète pas.
Il m’embrassa goulument et je pus sentir son sexe tendu contre mon ventre avant qu’il ne reparte en direction de la salle. J’étais à la fois stressée à l’idée du déroulement de la soirée mais également très excitée par la situation.

Le repas se passait plutôt bien, mis à part le quasi monologue de Paul qui ne manquait jamais de remplir le verre de Frédéric. Une fois le repas terminé, tout le monde était un peu éméché surtout Frédéric qui avait énormément bu. C’est à ce moment que Paul proposa un strip-poker et, à ma grande surprise et sous l’effet de l’alcool, Frédéric accepta la proposition et dans un regard échangé avec mon mari, j’acceptais également le jeu et comme depuis notre arrivée, Jeanne n’eut pas son mot à dire. Ne sachant pas jouer, j’appréhendais la suite ; par contre, les règles pour se dévêtir étaient simple : le vainqueur choisissait la personne qui devait enlever un vêtement. La partie devait se dérouler en dix manches.

Dès la première manche c’est Paul qui remporta la victoire et il désigna, à ma grande surprise, sa femme. Celle-ci retira son haut, laissant apparaitre un soutien-gorge dans lequel on pouvait deviner une petite poitrine. Deuxième manche et cette fois ci, c’est Jeanne qui gagne et, certainement par vengeance, elle désigne Paul qui enlève son t-shirt sous lequel était dissimulé son gros ventre poilu que je connaissais déjà.

L’ambiance devenait de plus en plus lourde dans la salle et peu de mots étaient échangés. Mon mari, pourtant dans un état second, remporta la troisième manche et indiqua à nouveau Paul. Celui-ci retira son pantalon, on pouvait deviner un début d’érection, vu la bosse qui déformait son caleçon. A la quatrième manche, Paul gagna de nouveau et il me désigna enfin. Etant peu vêtue, il me suffisait simplement d’enlever ma robe sous laquelle je n’avais absolument rien. Une fois la robe retirée, je pus remarquer que mon corps produisait un effet important dans le caleçon de Paul puisque l’on pouvait, à présent, voir le bout de son gland dépasser légèrement au-dessus de l’élastique. Jeanne ne manqua de me complimenter sur ma plastique :
-Waouh, tu as des seins superbes !
-Merci, ils sont un peu gros tout de même…
-Non, ils sont parfaits, compléta Paul.
Sur ces paroles, le regard de Frédéric devînt noir malgré son état alcoolisé.
-Oui c’est vrai qu’ils sont très gros mais ils tiennent parfaitement droits, termina Jeanne.

Sentant mon mari sur les nerfs, Paul nous proposa une coupe de champagne que l’on accepta, il se retira donc de la table et alla en direction de la cuisine. Une fois de retour, Frédéric avala d’un trait son verre et en demanda un deuxième. Les manches s’enchainèrent et avant de commencer la neuvième, nous étions tous plus ou moins dévêtus : moi, depuis un moment, j’étais nue, Paul lui était toujours en caleçon, Frédéric avait seulement retiré son T-shirt et, quant à Jeanne, elle était depuis le tour précédent également nue.
Paul gagna et désigna de nouveau sa femme mais celle-ci, étant nue, le jeu prit une nouvelle tournure.
- Bon, si tu n’as plus de vêtements, alors il te faut un gage en lien avec le jeu.
- Très bien j’accepte !
Frédéric et moi étions dans l’attente de ce fameux gage même si Frédéric semblait totalement ailleurs.
-Tu vas me sucer pendant une minute.

Sans la moindre hésitation, elle se leva, s’agenouilla et entama une fellation sur la tige déjà bien raide de Paul qui ferma les yeux en signe de plaisir. La minute fut vite passée mais me laissa très excitée par ce spectacle. Jeanne refusa malgré l’insistance de Paul de terminer la partie, prétextant une énorme fatigue. Lorsque le jeu reprit, nous n’étions donc plus que trois et mon homme semblait très fatigué.
Une nouvelle fois, Paul remporta sans difficultés la dernière manche.
-Bon j’hésite mais je vais te choisir Sarah.
-Mais je n’ai plus de vêtements moi aussi !!
-Oui, oui je sais, donc même punition que Jeanne, tu dois me sucer pendant une minute ça me permettra de comparer.
-Mais …
Mon regard alla en direction de Frédéric mais il n’eut aucune réaction aux paroles de Paul.
-Ne t’inquiète pas, tout à l’heure en préparant sa coupe de champagne je lui ai rajouté un petit produit. Demain, il n’aura aucun souvenir d’une bonne partie de la soirée. Allez, viens, tu as un gage à réaliser !
-Tu es totalement fou mais j’ai tellement envie de toi !!!

Dans la seconde qui suivit, j’étais à genoux devant lui avec son gros membre entre les lèvres.
-C’est sûr, tu suces mieux que ma femme !
Après la fellation, il resta assis pour que je puisse venir m’empaler sur son sexe et une fois de plus, il me remplit totalement, allant jusqu’à taper le fond de mon sexe. Tout à sa joie, il se mit à humilier mon mari.
-Regarde ta salope, elle préfère les grosses queues, regarde qu’elle aime ma queue, dis-lui que tu préfères mon sexe !
-Chéri, il baise trop bien, il a une bite énorme qui me remplit bien, ah, oui …
-Tu vois, je la baise mieux que toi, elle a un vrai sexe au fond de sa petite chatte bien serrée.
-Arrête de lui parler et sodomise-moi avec ta grosse queue !
-Ok mais attends, continue de bouger, je vais te sucer tes grosses miches.

Il me suça les tétons comme un dingue et simultanément, il malaxait mes seins, ce qui augmenta mes cris même si je tentais de les contenir pour ne pas réveiller Jeanne.
Après ce traitement, je me mis à quatre pattes et il entra dans mon petit cul après une longue préparation buccale. Malgré la préparation, la pénétration fut douloureuse mais après quelques va et viens, le plaisir l’emporta sur la douleur. Après quelques minutes, il intervertit les orifices, il joua à changer de trous, ce qui me fit hurler de plaisir. Jusqu’au point de non-retour pour lui.
-Ah, je vais jouir dans ton cul !!!
-Non attends…
L’instant d’après, son sexe était placé entre mes deux gros seins pour une branlette espagnole tout en ayant son gland au fond de ma bouche. Le plaisir fut immédiat et il inonda le fond de ma gorge de sa semence chaude.
Il m’embrassa et après m’être rhabillée, je pus installer Frédéric dans la voiture. Celui-ci était livide et ne laissait toujours paraitre aucune expression sur son visage.

Le lendemain il eut un mal de crâne terrible et il me fallut beaucoup d’imagination pour lui conter la fin de la soirée.


145 appréciations
Hors-ligne
Hmmmmmmmm que c'est bon une grosse bite dans ma chatte de connasse de pute
Bisessssssssssss

5385 appréciations
Hors-ligne
J'espère que tu as bien fêté le nouvel an

145 appréciations
Hors-ligne
Seulement avec ma femelle Magda et j'aie eue une pensée pour toi à minuit
Bisessssssssssssssssssssssss


5385 appréciations
Hors-ligne
C très gentil de ta part. Je vous souhaite à tous les 2 tout le bonheur du monde

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres