lailatvx

lailatvx

Je suis un mari crédule et cocu 2

5042 appréciations
Hors-ligne
Si je reprends le récit de notre histoire au moment où j'entends un bruit dans la chambre, c'est parce que je pense que c'est là que tout a basculé.
J’aurai pu ressortir de l'appartement sans y prêter attention et rien ensuite ne se serait passé. Mais par curiosité, je décidais, je ne sais pourquoi, d'aller voir ce qu'il se passait.
Je retraversais le couloir et j'écoutais à la porte de la chambre.
J'entendis Youssef qui parlait à ma femme. Je ne comprenais pas trop mais il semblait assez autoritaire et lui disait comment se placer.
J’ouvris la porte et je trouvais Youssef debout tout nu, avec un appareil photo à la main.
Ma femme était à genoux sur le sol, seulement habillée de dim up noirs et de ses chaussures.
Elle avait un doigt dans la bouche et semblait très chaude.
Instantanément, la situation m'échappait.

Ma femme se leva et se mit à m'engueuler. Elle m'expliqua que Youssef lui avait demandé de faire des photos pour un magasine de mode et que ce n'était pas ce que je pensais.
Je pris une colossale engueulade.
Elle me dit de ne plus jamais recommencer à entrer comme cela dans l'appartement sans sonner, que la façon dont j'avais ouvert la porte lui avait fait peur.
Youssef, lui, semblait attendre de reprendre les photos, assez impatient.
J'avais vraiment l'impression d'être en tort et de les déranger.

Nous sommes sortis de la chambre pour boire un café mais la situation était étrange. Je sentais une gêne indescriptible entre nous.
Ma femme avait juste passé une jupe super courte et elle était là, sur le canapé à côté de Youssef, et moi leur préparant le café.
À peine le café servi, je vis que je commençais à être super en retard. Je partis donc au boulot en les laissant tous les deux sur le canapé.
J’avais encore une totale confiance en ma femme à ce moment là.
Même si je me disais qu'elle aurait pu m'en parler avant de poser nue pour Youssef et je ne sais quel truc de mode.
Étais-je trop crédule à ce moment là ?

C'est le soir en rentrant que la situation a vraiment basculé.

Le soir en rentrant, je savais que Youssef serait parti et je m'attendais à prendre une bonne engueulade de ma femme sur le fait que j'étais rentré le matin dans la chambre pendant ses photos de mode.
Ça ne manqua pas : à peine la porte de l'appartement passée, elle m'assaillit de critiques et de reproches par lesquels je la collais trop, qu'elle avait besoin de plus de liberté et de loisirs et que je devais témoigner de plus de confiance en elle.
Elle me dit aussi que le week-end qui venait, ça serait bien que j'aille voir mes parents car elle avait prévu de poser pour Youssef qui avait un plan pour ses photos de modes.
Je la voyais très contrariée, aussi je lui dis que j'irai tout le week-end chez mes parents.
L’ambiance se détendit un peu après cela.

Le samedi matin, je la trouvais resplendissante et souriante. Elle était super jolie, vêtue d'une courte robe noire qui s'ouvrait par une longue fermeture éclaire devant la robe.
J’avais toujours trouvé cette robe très sexy et ma femme très bandante dans cette robe même si je ne bandais plus depuis deux ou trois ans en fait. Nous dirons plutôt « dans une robe très bandante pour tout mâle normal » alors.
Au moment de sortir, je vis soudainement rentrer Youssef et deux mecs que je ne connaissais pas dans l'appartement.
J’étais étonné car l'appartement était fermé à clefs. J’appris à la fin du week-end seulement que Youssef avait les clefs de chez nous depuis un bon moment déjà.
Youssef me présenta comme étant le mari de sa copine.
Je trouvais drôle qu'il appelle ma femme sa copine mais, après tout, ils étaient amis en effet.
Le regard des mecs était étrange sur moi. Il y avait dans leur regard une sorte de moquerie ou de mépris qui me mit mal à l'aise et que je ne comprenais pas mais ressentais.
Bref, je finis par partir et la laissai donc tout le week-end.
Je me disais que la laisser faire ces photos de mode si elle en avait envie la rendait heureuse.

J’ai laissé ma chérie que je croyais fidèle faire ses photos de mode et je n'ai plus retrouvé la femme que je pensais en rentrant le dimanche en fin d'après midi.
En arrivant à l'appartement le dimanche donc, je fus étonné de trouver encore la voiture de Youssef sur mon aire de stationnement. Je ne pouvais jamais me garer facilement ces deniers temps à cause de lui et je devais tout le temps payer une place de stationnement horaire dans la rue un peu plus loin.
Je n'osais pas lui en faire la remarque par crainte, je crois, d'une engueulade de ma femme.

Bref, en arrivant à l'appartement, je ne parviens pas à ouvrir la porte : la serrure ne marchait pas.
Je sonnais donc pas mal de fois avant que Youssef ne vienne m'ouvrir.
Il avait l'air hirsute et était torse nu et pieds nus. Il semblait aussi avoir consommé de l'alcool ou fumé quelque chose. En tout cas, il était dans un état second.
La seule phrase qu'il me dit avant de me tourner le dos et de retourner dans la salle fut : « putain, tu fais chier ! ».
Je n'avais pas particulièrement d'amitié pour lui et cela me choqua.

Je le suivais dans la salle et je trouvais la salle totalement enfumée.
Il y avait un vrai bordel de canettes vides, de bouteilles, d'assiettes sales et de reste de repas.
Ma femme était assise sur le canapé, recroquevillée dans son pull crème que j'avais toujours trouvé trop grand pour elle.
La première chose qui me choqua, ce n'était pas qu'elle porte ce pull mais le fait que ce pull soit la seule et unique chose qu'elle portait sur elle !
Elle avait les jambes nues repliées sous elle même et semblait crevée ou explosée.
Elle leva à peine le visage vers moi.
La deuxième chose, c'est qu'elle était contre un des deux types que j'avais vus la veille et que lui n'avait visiblement pas pris la peine de mettre un pull.
Le deuxième mec était en train de dormir en caleçon, dans le fauteuil.
Il y avait par terre des fringues et pas mal de capotes usagées.
Dans un coin de la pièce, il y avait deux appareils photos et un caméscope sur des pieds.

En quelques secondes, le sol semblait disparaître sous mes pieds.
Je me demandais si c'était une réalité ou une mauvaise blague.
Je ressentais une gêne indescriptible. J’étais visiblement le seul à être gêné. Le rouge me venait aux joues et je me sentais comme un gamin pris à faire une bêtise.
C’est Youssef qui parla le premier, me demandant si mon week-end avait été bon. Je ne savais quoi répondre. Je dus dire que oui, ne sachant pas comment réagir.
J’aurais sans doute du réagir ce jour là mais j'en étais incapable et Youssef était super à l'aise et détendu.
Je crois que c'est à ce moment là que toute la suite s'est jouée :
J’étais le cocu officiel et Youssef l'amant certifié de ma femme !
Lui le mâle, moi le cocu porteur de cornes dont on rit !

Oui, nul doute que tout s'est joué là !

FIN.

132 appréciations
Hors-ligne
C'est normal qu'il lui était impossible de rentrer: avec les cornes qu'il se paie!!! ; impossible de passer la porte....ou alors de profil.
J'aime être cocu, moqué et soumis à ma femme et ses amants.

132 appréciations
Hors-ligne
Moi, j'ai trouvé la solution: j'ai installé des portes-fenêtres; c'est plus large avec les cornes que je porte depuis plus de vingt ans.
J'aime être cocu, moqué et soumis à ma femme et ses amants.

5042 appréciations
Hors-ligne

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 256 autres membres