lailatvx

lailatvx

Ma femme et mon neveu Ali

5088 appréciations
Hors-ligne
Je suis marié avec Nadia depuis plus 10 ans et l'on peut dire que notre couple bat de l'aile doucement, nous faisons de moins en moins l'amour, ma femme n'étant jamais disponible et lorsque que nous le faisons, je suis tellement en manque que je jouis assez vite et elle déclenche son orgasme automatique dans la foulée du mien, question que tout le monde soit content.
Bref, une sexualité morne et morose, je me masturbe beaucoup et des fantasmes se construisent dans ma tête de plus en plus, nourris par ces sentiments d'insatisfaction et d'incompétence.

Ma femme d'ailleurs m'a souvent surpris la main dans le sac, en train de me masturber et à chaque fois, elle me traite de pauvre mec...A cela, je lui réplique que si elle « le » ne voulait plus, je ne le ferais pas et elle de me dire « pour ce que l'on fait, on pourrait autant s'en passer ».
Elle exerce d'ailleurs de plus en plus d'autorité sur moi, que j'accepte assez bien, faisant ma part de tâche ménagère pour la soutenir surtout qu'elle travaille de plus en plus avec un salaire qui la rend totalement autonome.


Un jour, mon neveu Ali est venu habiter chez nous momentanément, car il venait de finir ses études et devait prendre une chambre dès qu'il aurait trouvé du travail...C'était une question de semaines et cette présence à la maison mettait un peu de fraîcheur et de sympathie dans notre routine.
Mais tout doucement, s'installa un rapport avec ma femme qui me déplaisait...au début, il la draguait en douce, je le voyais bien et elle se laissait faire toute souriante à son égard. Moi, je devenais transparent, elle ne me disait même plus bonjour le matin, alors qu'elle lui faisait la bise à lui en l'entourant de ses bras...


Puis elle commença à me donner des ordres devant lui, en m'humiliant à chaque occasion :
Me disant que la vaisselle n'était pas propre, les courses mal faites...Tout cela devant lui et ce sentiment d'humiliation ne provoquait en moi aucune réaction, j'aurais dû faire le mâle, taper du poing, mais je sentais confusément que ce n'était plus mon rôle, je prenais étonnamment du plaisir même à me sentir humilié...Lui, était gêné au début, je représentais pour lui le dominant du couple parfait, mais très vite, il comprit que c'était elle le centre et m'adressa de moins en moins la parole. C'était aussi tout pour elle, je le voyais bien tomber sous le charme, me laissant comme un simple meuble en dehors de toute attention.


De plus en plus, je me vis les servir, bientôt le soir, je faisais la cuisine, mangeais avec eux qui monopolisaient la conversation, puis je débarrassais et rangeais la cuisine alors qu'ils allaient s'affaler sur le canapé à regarder la télé...Je ne choisissais plus les programmes, je me retrouvais sur le fauteuil alors qu'eux étaient sur le canapé, de plus en collés l'un à l'autre...

Je finissais par dire à ma femme ma désapprobation sur son attitude, elle me répondit « petit con, tu me lâche un peu, ce n'est pas toi qui diriges ma vie, je fais ce que je veux avec Ali ». Le « avec Ali » provoqua directement un début d'érection chez moi, je crois qu'elle le vit, j'étais en slip, elle rajouta « contente-toi de nous faire la bouffe et tout le reste si tu veux que tout se passe bien ! ».
À ce moment, je bandais tout à fait, elle toucha ma bite à travers le coton, la tordit en disant « Dis donc, t'es vraiment un sous-homme ! ». Je n'étais pas surpris de sa réaction mais plutôt de la mienne, j'avais du plaisir à cela...Je n'étais donc qu'une lopette...Je me pliais au jeu humiliant. Lui aussi commençait à me donner des ordres...Si je rechignais, elle m'injuriait et lui se marrait.


Puis un jour, ils commencèrent carrément à se ploter sur le canapé devant moi, je regardais la télé fixement, faisant semblant de ne pas voir, mais ma femme se mit à gémir sous ses caresses. Je les regardais, ébahi, il avait sa main dans sa culotte, je voyais distinctement son doigt aller et venir pendant que sa bouche fouillait celle de ma femme qui s'interrompit et dit à Ali : « ne fais pas gaffe à ce con, il est bon à rien pour moi et je suis sûr qu'il rêve d'être cocu ! »
Ali répondit « Alors, on va le faire cocu ce connard, bien cocu, profondément cocu ». Et elle de rajouter « Oui Ali, vas-y, fais-le bien cocu ce bon à rien, vas-y, donne-moi du plaisir !», « Avec joie » répondit-il.
Je me levais et esquissais un pas vers eux mais Ali bondit d'un coup et, avec sa vigueur, me mit par terre d'un coup de poing, je me ramassais lamentablement…pendant ce temps, ils s'étaient déshabillés et donnaient libre cours à leurs ébats.

Ali dit « On va faire ça devant lui ?». Nadia de répondre « On s'en fout, en fait ça m'excite bien, continue !». Là, je me mis à pleurer par spasme nerveux, secoué, je décidais de quitter la pièce mais Ali m'interpella « reste là...tu as entendu, ça fait mouiller ta femme de le faire devant toi ! ». J'obtempérais. « D'ailleurs, désape-toi pour voir si tu bandes ! ».

Interloqué, je me vis m'exécuter, nu, je constatais avec horreur que mon sexe était ridiculement dressé, désignant les futurs amants d'un gland turgescent et baveux. Cela déclencha chez eux rires et quolibets : « tu as raison, il bande le cocu, on va te donner des raisons plus profondes de le faire ! ». Ils reprirent leurs jeux, me laissant au mien, je vis ma femme s'intéresser au sexe de mon neveu. « Waouh, tu es bien monté, dis donc, par rapport à lui, c'est sans comparaison, faut dire que j'en n'ai pas vu beaucoup des bites ! » puis elle s'adressa à moi : « regarde ça chéri ! » en masturbant Ali. « Tu ne seras jamais à la hauteur avec ton zizi d'éjaculateur précoce ». La bite d'Alex était épaisse et assez longue posée sur des couilles qui me parurent énormes...Puis elle l'enfourna dans sa bouche, je pensais brutalement qu'elle ne m'avait pas fait de pipe depuis des mois.


Malgré moi, le fait de la voir enfourner ce gros zob de chair dans sa bouche me mettait au spectacle et je commençais à me caresser inconsciemment. « Dis donc, t'as vu, il se touche le gros porc ! », « Oui ben, il a raison, dorénavant il ne lui restera que ça, j'ai plus l'intention de lui offrir autre chose ». A ces mots, je jouissais en longues saccades sur le tapis.


Puis ils continuèrent ainsi, je la vis tour à tour se faire prendre par la grosse queue d'Ali, ça n'en finissait pas, je voyais le membre s'enfoncer et disparaître entièrement dans cette chatte qui était mienne, l'écarteler, la pilonnant assez violemment. Ma femme poussait des râles et, de temps en temps, me jetait un regard de défi, puis repartait dans son plaisir. Il la retourna sur le tapis pour la prendre en levrette, son visage vers ma bite, si proche, elle me regardait fixement dans les yeux, son corps secoué en rythme, la bouche entrouverte et haletante. « Alors le cocu, dit Ali, tu vois comment il faut la prendre ta femme ? ». Il la tenait par les hanches et de temps en temps l'attrapait par les cheveux en la pénétrant en rythme soutenu.
« Laisse, dit-elle, il n’a jamais su faire ! » Puis elle jouit à grands cris de plaisir, je ne la reconnaissais plus, cela n'arrêta pas Ali qui continuait de plus belle à la saillir, elle s'était effondrée sur le tapis, le cul relevé et lui toujours opérant !


Je me branlais à fond, il me regardait d'un sourire narquois. Il retira sa pine de ma femme dans un bruit de sussions et lui dit « allez, je veux finir dans ta bouche ! ». Elle rampa vers lui à quatre pattes, m'offrant le spectacle de sa croupe et le reprit en bouche...Là, ce fut plus mécanique : pour obtenir son orgasme, il lui pinait littéralement la bouche en la retenant par la nuque (ma femme n'aurait jamais toléré ça de moi)...J'avais vu sur sa croupe ou son abricot humide et entrouvert témoignait encore de sa trahison, j'avais l'impression que ce petit œil mouillé me regardait souriant à mes déboires, puis il jouit en elle, lui remplissant apparemment la gorge, lui criant et elle poussant des gloussements de contentement, elle avala tout en pompant comme une hystérique la queue turgescente...(Elle n'a jamais avalé avec moi, de toute façon, les fellations complètes n'ont jamais été au programme avec ma femme, tout juste une prise en bouche dans le feu de l'action sans plus)...


Là, elle était transformée en amante langoureuse, d'une maturité que je n'avais pas su révéler.
Moi j'étais toujours bandant, mais j'avais eu deux ou trois orgasmes et mon sperme maculait le tapis devant moi.
« Bon, dit-elle, nous, on va se coucher, il est évident, petit cocu, que ta place n'est plus dans mon lit, tu vas nettoyer toutes tes saletés et tu dormiras sur le canapé...Bonne branlette ! ».

Et ils partirent tous deux occuper le lit conjugal...

https://b4epics.com/uploads/2018-09-14/03/cocu-1303234dd0c41c7.jpg

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres