lailatvx

lailatvx

Notre voisin le maître-chanteur 5

5042 appréciations
Hors-ligne
Je restais quelque peu abasourdi par le spectacle auquel je venais d’assister. Autour de moi les kleenex dans lesquels je m’étais masturbé en regardant mon épouse se faire prendre par tous les trous et y prendre apparemment beaucoup de plaisir. Je restais un long moment sur ma chaise, à regarder l’écran d’ordinateur montrant la pièce vide qui avait été le théâtre de sa débauche, puis je m’endormis. Il devait être aux environ de minuit.

Je fus réveillé par mon téléphone portable. Avant de décrocher, je regardais l’heure qu’il indiquait : 6h45. C’était le voisin :

- Je te réveille ?
- Heu, oui !
- Hé bien, moi je vais pas tarder à aller me coucher mais avant, si tu veux, je peux te raconter.
- Ah, oui, je veux bien !
- D’abord, est-ce que tu as apprécié le spectacle hier soir ?
- Oui !
- Tu as vu comme on l’a fait couiner ta salope de femme ?
- Oui…
- Hé bien, écoute la suite :

« Tout d’abord, mon pote grosse bite et moi on avait un peu besoin de se reposer après l’avoir baisée tout ce temps dans tous les trous. J’avais le gland tout rouge de l’avoir enculée aussi fort, elle ne devait pas avoir trop l’habitude car elle était bien serrée.
Alors, on l’a amenée chez l’épicier du village, tu sais le vieux Georges.
A son âge, il n’a plus trop l’occasion de baiser, alors un morceau comme ta femme…, cela lui a bien plu.
Quand il nous a vu arriver, il ne comprenait pas bien ce qui se passait. C’est sûr, il avait déjà vu ta femme venir faire les courses chez lui, elle qui râlait toujours que les prix sont trop chers, mais il ne pensait pas qu’il pourrait la baiser un jour. Mais quand je lui ai dit que s'il effaçait mon ardoise, il pourrait faire tout ce qu’il voulait, il n’a pas hésité longtemps.

Ta femme était dans un état second, il faut dire qu’on lui avait fait finir la bouteille de whisky dans la voiture. Il a commencé par lui attraper les nibards et surtout ses gros bouts… Ta femme se laissait faire sans réagir. Puis il l’a fait se mettre à quatre pattes et lui lécher la bite, les couilles et le trou du cul. Il aimait bien ça le vieux Georges, se faire lécher le trou du cul par cette pute ! Elle avait l’air d’aimer ça aussi ta femme, elle avait à nouveau la chatte mouillée.
En voyant ça, Roger n’a pas pu se retenir et l’a enfilée encore une fois. Elle a tout de suite joui, c’est vraiment une folle de la bite ! Roger l’a pilonnée un peu puis il a laissé sa place à Georges… Mais le pauvre vieux n’est pas aussi bien monté et il flottait dans sa chatte. Alors, il l’a enculée d’un coup, mais faut croire que ta femme aime ça aussi, elle s’est remise à jouir comme une truie en contractant son cul. Le vieux n’a pas résisté et lui a envoyé la purée en la traitant de tous les noms.

Comme je lui demandais s’il n’avait pas une autre bouteille de whisky pour remplacer celle qui était finie, il m’a dit OK mais qu’il fallait qu’il récupère l’ancienne pour la consigne. En la prenant, il dit qu’il la trouvait trop propre et il commença à l’enfoncer dans la chatte de ta femme qui était restée à 4 pattes. Il la faisait tourner en l’enfonçant et cette chienne poussait des petits cris de douleur, mais il s’en foutait.
Il réussi à la faire rentrer à moitié, puis il la laissa plantée dans sa chatte et il alla dans sa réserve en chercher une neuve, et son appareil photo. Il nous offrit la bouteille à condition de pouvoir faire toutes les photos qu’il voulait. Et comme on n’avait pas de sous, on a bien sûr accepté ! Une fois qu’il l’eut bien mitraillée, il se branla une dernière fois dans sa bouche et quand il l’eut inondée, il retira la bouteille et on a pu partir. »

Pendant qu’il me racontait ça, je ne pouvais pas m’empêcher d’imaginer le vieux Georges en train d’humilier mon épouse, lui qui semblait avoir 70 ans et un problème avec l’hygiène… J’aurais aimé pouvoir être là pour le voir et voir aussi la jouissance qu’il a pu lui amener… Il me tardait maintenant d’entendre la suite du récit !

- Pour la suite, je suis fatigué, alors tu vas te connecter sur le site suivant, je vais y télécharger la vidéo. De mon côté, je vais me coucher, ta salope m’a vidé !

Il me donna l’adresse d’un site de partage de gros fichiers sur lequel je me connectais immédiatement, pendant qu’il insérait une carte dans son ordinateur. Il partit se coucher en me laissant dans l’attente que le fichier se télécharge. Cette attente me parut durer des heures alors qu’elle ne dut pas s’étendre sur plus de 2 à 3 minutes. J’étais à nouveau dans un état d’excitation avancé ! Et puis la petite flèche m’indiquant que le fichier pouvait commencer à être lu apparut, et c’est fébrilement que je cliquais dessus.

L’image était de bonne qualité, voire même de très bonne qualité étant donné que c’était de nuit et dans la voiture. Ma femme était assise à l’arrière en compagnie du cantonnier, pendant que le voisin filmait tout en conduisant lentement. Il la forçait encore à boire au goulot de la bouteille tout en lui enfonçant dans le sexe un objet que j’identifiais comme un concombre qu’il avait du prendre chez l’épicier. Celui-ci de bonne taille semblait maintenant pénétrer dans son intimité sans aucun problème après les assauts successifs qu’elle avait subits.
La voiture ralentit et la caméra se déplaça pour me montrer l’endroit où la voiture arrivait. Il s’agissait d’un camp de caravanes que j’avais vu s’installer il y a 3 semaines dans une commune voisine. Le voisin descendit de la voiture tout en continuant à filmer et s’approcha d’une des caravanes. Des chiens aboyaient au loin mais ne semblaient pas inquiéter outre mesure le porteur de la caméra. Il frappa à la porte et un gitan d’une cinquantaine d’années, l’air mauvais et sale, ouvrit.

- Salut
- Salut
- Je t’apporte ce que je t’avais promis, tu as l’argent ?
- Montre-moi la marchandise d’abord !
- OK
Le voisin fit un signe au cantonnier qui ouvrit la portière et fit descendre ma femme. Sa tenue était vraiment indécente et des tâches de sperme souillaient sa veste de tailleur et ses bas. Quand elle se redressait, on voyait la naissance de son sexe. Le gitan s’approcha, en fit le tour comme on regarde une bête au marché, ouvrit la veste pour sortir les seins de ma femme, les soupesa, tournant les tétons entre ses doigts, puis descendit vers son sexe et lui mit immédiatement un doigt au plus profond. Mon épouse ne réagit absolument pas. Il ressortit son doigt souillé de semence et, l’essuyant sur le visage de ma femme, déclara :

- Il me semble qu’elle a déjà bien servi
- On l’a juste préparée pour que ce soit plus facile pour vous.
- Bon d’accord, rappelle-moi les conditions !
- 500€ pour en faire ce que vous voulez pendant 2 heures, à condition que je puisse tout filmer !
- Ok pour 500€, mais 3 heures et aucune limite ?
- Ok, fais voir le fric !

Le gitan sortit une liasse de billets de 20€ et en compta 25. Il les tendit au voisin qui les empocha. Il prit ensuite ma femme par le bras et l’emmena vers une remise qui semblait abandonnée au centre du campement. Ma femme titubait, certainement à cause de la forte quantité d’alcool qu’elle avait dû ingurgiter. Tout en marchant, il appela plusieurs personnes qui sortirent de différentes caravanes. A l’intérieur de la remise, il y avait une table, un matelas à terre et quelques chaises. Et à ma grande surprise, de nombreux projecteurs et 3 caméras qui semblaient être du matériel de professionnel.

- Tu vois, on a tout installé ici pour faire de bons films pornos à vendre sous le manteau.
- Vous en faites beaucoup ?
- Ce n’est pas facile de trouver les bonnes femelles pour le genre de porno qu’on fait, enfin souvent elles sont moins belles que celle là ! Bon, elle m’a chauffé un peu, alors on va commencer par se la faire normalement, entre nous.

Le voisin fit faire un travelling à la caméra et il montra qu’il y avait maintenant dans la remise une dizaine de gitans, d’âges différents. Celui qui, de toute évidence, était le chef fit mettre ma femme à quatre pattes et sortit son sexe, de taille moyenne mais déjà bien dur. Sans préliminaire, il s’enfonça dans l’intimité de mon épouse qui n’offrit aucune résistance. Un autre vint se positionner devant et lui donna ses testicules à lécher, en lui tirant la tête en arrière par les cheveux. Quand elles furent bien luisantes de salive, il enfourna son sexe au plus profond de sa gorge et lui donna de violents coups de reins, utilisant cet orifice comme un sexe. Le chef se retira brusquement et lui éjacula sur les fesses.

- Bon les gars, à vous mais vous avez vingt minutes, après il faut passer aux choses sérieuses !

Ce fut alors la curée, les hommes se jetant sur le premier trou de libre pour le pénétrer sauvagement. Le voisin filmait toujours, et il essayait de prendre le maximum de gros plans. Je pus donc facilement m’apercevoir qu’à un moment, ma tendre moitié avait deux bites dans le sexe pendant qu’elle en suçait une troisième. Et ce n’était pas fini…
Plusieurs la sodomisèrent à la suite, le voisin faisant des gros plans de son orifice ouvert, débordant de sperme. La scène avait une bestialité monstre, les hommes se succédant les uns aux autres quand ils avaient joui soit dans un des trous, soit sur le corps de ma femme. Celle-ci, quand sa bouche était vide, poussait des cris de plaisir et inonda deux fois le matelas de sa jouissance féminine.
Quand ils eurent terminé, une demi-heure après le début, ils la laissèrent pantelante, les fesses en l’air et la tête dans le matelas, son anus et son sexe dégoulinant de liquide séminal, épuisée.
Le voisin profita de cette accalmie pour montrer les trois caméras tournant en continue.

Et puis la caméra se déplaça vers l’entrée de la remise et je vis des hommes amenant une meute de chiens, de type Doberman et Rotweiller. Il y en avait cinq. Leurs pattes avant été enveloppées de bandes. Deux hommes saisirent mon épouse par les aisselles et l’emmenèrent sur la table. Ils la positionnèrent, la poitrine collée au dessus de la table, les bras attachés aux pieds avant et les jambes aux pieds arrière, de sorte qu’elle présentait sa croupe, les jambes écartées.
Les hommes amenèrent le premier chien qui était un molosse d’au moins 45kg. Il commença à renifler la vulve et à laper les coulées de sperme et de cyprine mélangés qui s’en dégageaient. Puis le chien se souleva, posa ses pattes sur la table et commença à donner des petits coups de hanche dans le vide. Son sexe, qui commençait à sortir du fourreau, était pointu et rouge foncé, long et pas très épais.

Un des hommes s’en saisit et le présenta à l’entrée de l’orifice vaginal. Le coup de rein fût plus violent et le sexe canin pénétra d’un coup celui de ma femme. Le voisin s’était approché pour pouvoir filmer en gros plan. On pouvait voir le membre de l’animal se mettre à gonfler et, d’un coup, deux grosses boules se former à l’intérieur des lèvres de mon épouse. Elles semblaient ne pas s’arrêter de grossir et atteignirent un diamètre d’une dizaine de centimètres, distendant les chairs d’une manière obscène.
Ma femme poussait de grands râles qu’on pouvait facilement assimiler à de la jouissance. La bouche grande ouverte, elle semblait chercher de l’air pour pouvoir mieux crier. Le chien s’immobilisa et resta collé pendant quelques minutes. Puis il se retira dans un grand bruit de succion et des gitans recueillirent dans un vase l’abondant liquide qui s’échappa du sexe de mon épouse.

Un autre chien remplaça le premier, mais cette fois, son sexe fût guidé dans l’anus de ma femme qui, à ma grande surprise, réussit lui aussi à se distendre quand le nœud se mit à gonfler. Là encore, la semence animale fut récupérée dans le vase.
Les 3 derniers chiens se succédèrent, soit dans son vagin, soit dans son anus, et à chaque fois, elle poussa des râles de jouissance, inondant deux fois d’une éjaculation féminine le vase positionné sous elle. Quand le cinquième chien eut monté mon épouse, j’ai cru que son humiliation était finie quand, tournant lentement la caméra, le voisin me montra l’arrivée d’un âne !

Les gitans le guidèrent vers le côté de la table où se trouvait la tête de ma femme. Ils commencèrent à lui caresser le sexe qui se mit à grossir de manière démesurée, longue tige dont le bout triangulaire était percé d’un trou. Ils l’approchèrent alors de la bouche pulpeuse de mon épouse pour le lui introduire. Elle se laissa faire et s’appliqua même à mettre de petits coups de langue.
Puis ils amenèrent la bête derrière elle et, lui posant les pattes sur la table, la laissèrent s’accoupler bestialement avec ma femme, à chaque coup de croupe , le bout du sexe animal heurtant sa matrice et lui provoquant des orgasmes à répétition. Le coït fut brutal, intense et court.
Quand la bête se retira, un flot ininterrompu de semence s’échappa du sexe béant de ma femme, semence qui fut elle aussi récupérée dans le vase.
Puis les hommes se regroupèrent autour du vase et se masturbèrent tous, un à un dedans.
Ma femme fut alors retournée, allongée sur le dos, sur la table et ils versèrent le vase rempli de sperme sur son corps, en insistant sur son visage, ses cheveux et sa bouche, l’obligeant à en avaler une bonne quantité. Pour finir, en cercle autour d’elle, ils lui urinèrent dessus, poussant l’humiliation jusqu’au bout.

Mon épouse, épuisée, groggy, dans un état proche du coma à cause de l’abus d’alcool, de sexe et de jouissance, fut roulée dans une couverture et ramenée à la voiture. Et puis la vidéo s’arrêta.

Dans ma chambre d’hôtel, je ne savais plus quoi penser. Ma femme, que j’aime tendrement, venait de se faire prendre par plusieurs hommes, des chiens et un âne et ma seule réaction était une excitation insupportable !

Quelques heures plus tard, quand le voisin me rappela sur mon portable, il me demanda si j’avais visionné la vidéo. Je lui répondis par l’affirmative et quand il me demanda si cela m’avait plu, je ne pus que lui répondre la vérité, que cela m’avait fait jouir comme un fou. Cela le fit rire et il me dit que vu la salope que j’avais à la maison, il allait passer nous rendre visite souvent.

FIN.

136 appréciations
Hors-ligne
Ohhhhhhh comme j'aurais aimée que ma femelle Magda subisse ces saillies et j'aurais aimée être avec elle pour boire le mélange de ces jus
Bisesssssssssss mouillées

5042 appréciations
Hors-ligne

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 256 autres membres