lailatvx

lailatvx

Tel père, tel fils

5161 appréciations
Hors-ligne
Je n’ai jamais autorisé mon fiancé Karim à me baiser. Il me dit :
— Mais...euh...comment veux-tu que...
— En mettant ton petit zizi dans ma chatte, stupide !

Il vient maladroitement se coucher sur moi. Je prends son petit engin en main et je le dirige vers ma fente humide. Il la frôle et...il jouit dans ma main... (Faites du bien à un vilain et il vous jouit dans la main !).
Il balbutie des excuses stupides : je suis si belle, je l'excite tellement...Je lui dis :
— Lèche ma main !

Il lèche et aspire son sperme sur ma peau : retour à l'envoyeur. Je dois dire à sa décharge, c'est le mot qui convient, que je lui ai interdit de se masturber depuis plusieurs jours, pour qu'il soit en forme pour ce soir... Maintenant, il est à genoux et il s'excuse, supplie, pour changer.
— Ce n’est pas de ma faute...Pas la cuiller, je t'en prie !

Quelle petite moule ! Quoique je sache que la grande cuiller en bois fait mal. Mais quand je suis énervée, je dois passer mes nerfs sur quelque chose, comme son cul ! J'avais un peu prévu que le coup allait partir tout de suite et même...ça m'arrange. Je lui dis :
— Je ne vais pas te punir, mais je vais me faire baiser. File sous le lit !

Trop content d'éviter la cuiller en bois, il obéit tout de suite. J'ajoute :
— Tu restes immobile et tu te tais !
J'enfile un tee-shirt et je sors de la chambre. Je vais me plaindre...à son père. Je toque à la porte de sa chambre.
— Entrez...
Mon beau-père est assis torse nu, dans son lit, il lit un livre. Je me mets à pleurer. Il me dit :
— Qu'est-ce qu'il y a Nadia ?
— C'est Karim... (snif…snif…)
— Ne me dis pas qu'il t'a battue, je ne te croirais pas !
— Non, ce n’est pas ça, mais je voulais une vraie nuit de noces. Et...et...quand j'ai pris son…sexe pour le mettre dans ma chatte, eh bien, il a.…bou... hou...
— Il a quoi ?
— ... Joui dans ma main !

Il éclate de rire. Je suis d'accord avec lui : c'est gag, mais je joue les victimes.
— Vous devez m'aider, vous êtes son père !
— Mais enfin, comment veux-tu que je le fasse bander ?
— Je veux baiser, j'y ai droit, c'est ma nuit de noces ! Si lui n'y arrive pas, faites-le, vous !
Il est surpris, là. J'ajoute :
— Faites un effort ! Tenez, regardez !

Je me tourne et tends mes fesses vers lui. Malgré le spectacle, il ferme les yeux, genre « Je réfléchis très fort », puis il me dit :
— D'accord, de toute façon, je t'aurais enfilée un jour ou l'autre. D'autant plus que ma femme vient de baiser comme une chienne dans la chambre à côté. Viens près de moi !
— Non dans mon lit de nuit de noces !
— Et Karim, je ne vais quand même pas te baiser devant lui !
— Je lui ai dit que j'allais me faire baiser et je l'ai enfermé dans la salle de bains. Vous n'avez qu'à ne pas parler !

Gros soupir. Il se lève et... Oh ! Il bande déjà et il a une vraie bite, lui ! Je la prends par la main pour l'entraîner dans le couloir.
Pour qu'il accepte, je flatte son gros pénis qui meurt d'envie de me flairer la chatte, j'en suis sûre. On entre dans la chambre et je lui fais signe de se taire en mettant un doigt sur ma bouche. Je lui dis :
— C'est gentil de me baiser Monsieur. Mon mari a joui sur ma cuisse et je l'ai envoyé dormir ailleurs. C'est ma nuit de noces, après tout.

C'est pour de faux, bien sûr. Vous, vous savez très bien qu'il est sous le lit.
J'imagine que vous vous dites « quelle petite garce ! ». Mais non, pourquoi ? Qui a joui plus vite que son ombre ? Lui !
Je mets à nouveau le doigt sur ma bouche en montrant la salle de bain à son père. D'accord, Karim est en réalité sous le lit, mais c'est presque la même chose, non ?
Il enlève son tee-shirt, moi aussi. On est nus comme Adam et Ève, enfin, comme Adam et la fille d'Ève, étant donné notre différence d'âge. Je me mets à genoux devant lui et j'embrasse ce que j'ai sous le nez : une bite menaçante et des couilles gonflées ! Bon, il doit prendre sa douche le matin, mais c'est une odeur pas trop forte. Je veux que mon cocu sache ce qui se passe, alors je le suce bruyamment, genre "slup, slup". Le Monsieur aime. Je le lèche jusqu'à ce qu'il me montre le lit. D'accord... Je me couche sur le dos en disant :
— Vous serez doux Monsieur ? Je suis encore pucelle !

Il secoue la tête en souriant et en levant les yeux au ciel, comme s'il ne me croyait pas ! Puis il met son visage entre mes cuisses et il me lèche. Je continue à décrire ce qui se passe pour distraire le jeune marié qui doit s'ennuyer là-dessous (vous voyez que je ne suis pas si garce que ça !). Je gémis :
— Oh oui... c'est bon, oh vous me léchez bien !!!

Ça ne dure pas, beau-papa veut baiser pas lécher. Il remonte vers moi... Il sent bon ma chatte. Il me fait des signes un peu compliqués que je comprends comme « Je veux te prendre en levrette, petite salope ! ».
Je fais « Non » de la tête, car je veux qu'il me baise comme une vraie jeune mariée, dans la position du missionnaire. On se comprend, j'écarte bien les cuisses. Il se couche sur moi. Ouh ! Il pèse sûrement près de 100 kg, l'animal ! Sa bite vient caresser ma chatte. Je lui dis :
— Faites doucement...C'est la première fois.

En même temps, je croise mes chevilles sur ses reins et je l'enfonce en moi en poussant des cris de vierge dépucelée. Oui, je l'avoue : c'est une drôle de composition. Rapidement, mes gémissements de douleur se transforment en gémissements de plaisir. Il veut m'embrasser sur la bouche, je n'ai pas spécialement envie, mais c'est mon beau-père, après tout. Je peux bien lui montrer...un peu d'affection. Je l'encourage pour mon public :
— Oui... ah... c'est bon.... Allez-y, baisez-moi comme une chienne !

Ce n'est qu'en partie du cinéma, parce que ça me plaît...Il a une gosse bite et il baise bien, que demander d'autre ? Ah oui, que ça dure un moment et là, j'ai l'impression qu'il va y avoir un problème : je sens son sexe grossir en moi et il se met à grogner. L'éjaculation précoce serait-elle héréditaire ? Hélas, oui ! Je sens son sexe se cabrer et inonder mon vagin de saccades de sperme. Je joue le jeu :
— Aaah oui... c'est bon... je jouis...

Mais je ne jouis pas du tout, merde ! Il devait avoir les couilles bien pleines parce que ça n'arrête pas.... Quand il se retire, je mets vite ma main en conque sur ma chatte, comme toutes les femmes. Pour deux raisons : d'abord pour ne pas mouiller les draps, qu'après on se retrouve les fesses sur du mouillé et aussi, pour ne pas avoir des traînées de sperme le long des jambes quand j’irai pisser. Il y a une troisième raison, vous allez voir.

Voilà beaucoup de cinéma pour pas grand-chose. Mon beau-père a beau être bien équipé, il n'est pas beaucoup plus performant que son rejeton. Enfin si, quand même. Je mets le doigt sur ma bouche pour qu'il se taise. Il m'envoie un baiser avec la sienne. C'est ça, casse-toi ! Maintenant, c'est au tour du fils de terminer ce que le père a commencé. Je dis :
— Karim, aux pieds !

Il sort de dessous le lit, les yeux clignotants comme une chouette prise dans la lumière des phares d'une voiture, mais elle s'envole à temps (j'aime les chouettes). Il est là, prêt à obéir, et il bande. Oui ! Je me fais baiser au-dessus de lui par son père et il bande ! C'est mignon. Je lui demande :
— Tu veux réessayer ?
— Oh oui, Nadia, merci...

Il se couche sur moi avec précaution. J'enlève la main de ma chatte et sa petite bite me pénètre. Enfin, je suppose, car mon beau-père m'ayant inondée, mon vagin est trop glissant pour le sentir. Karim s'active et ça a l'air de lui plaire. Il faut dire que c'est la première fois qu'il me baise vraiment. C'est une nuit de noces pour lui aussi, après tout. Son petit engin est comme un poisson dans l'eau dans ma chatte ou plutôt comme une sardine dans l'océan. Il va mélanger son sperme avec celui de son père.
Ça y est, il jouit. Enfin, je pense car il s'agite un peu plus en gémissant. Il a quand même tenu deux minutes !! Je lui ordonne :
— Nettoie !
Il file aussitôt à sa place, entre mes cuisses, la langue en avant. J'ajoute :
— Et suce bien !
Oui, j'aime l'idée. Dans mon vagin, le sperme du fils se mélange à celui du père, avec un peu de mes sécrétions pour former un cocktail que mon mari consomme... à la source. Je n'ai pas joui avec la grosse bite du père ni avec la petite du fils, mais là, je sens que ça se prépare. Je sens que mes glandes de se mettent à secréter tout ce qu'elles peuvent.
Ça vient, ça se prépare... Il y a eu un tremblement de terre sous-marin et le tsunami se déclenche, je colle le visage de Karim contre ma chatte et je jouis. Hum, enfin un vrai orgasme, pur et dur, presque douloureux tellement il est fort ! J'en ai les yeux mouillés, c'est dingue. Je me détends avec le visage de Karim toujours contre ma chatte. Bon, ça, c'est fait. Comme il a mérité une récompense, je lui dis :
— Exceptionnellement, tu peux dormir dans mon lit, mais à mes pieds et embrasse-les d’abord !
J'suis sympa non ? Je m'endors tandis qu'il embrasse les plantes de mes pieds...

Le lendemain matin, je me réveille fraîche et rose. C'est une image, parce que j'ai besoin d'une douche d'urgence. J'ai la chatte toute collante, Karim n'a pas bien fait son boulot de nettoyage, la nuit passée. Je lui dis :
— Julien, va dire bonjour.
Il sait ce que ça veut dire. Il fait ça pratiquement tous les matins depuis qu'on se connaît. Il rampe entre mes cuisses et colle sa bouche à ma chatte... Il lèche comme un chien lape de l'eau dans son bol. C'est bien meilleur pour la santé que de se poudrer le nez à la coke. Je n'ai pas envie de jouir, c'est juste...par hygiène. Quand j'ai l'impression de ne plus être collante, je le repousse et me mets à 4 pattes. Aussitôt, je sens une langue frétiller dans mon cul. Voilà... Une douche maintenant !

On va dans la salle de bain. Julien passe après moi. On s'habille et on descend déjeuner.
Il est 10 h du matin. Mes beaux-parents se sont levés tard, eux aussi. Mon beau-père mange, tandis que ma belle-mère, qui a fini, est assise sur les genoux de son amant. Je les embrasse, Karim également. Enfin, ses parents, pas l'amant de sa mère.
Ali, mon beau-père, n'a pas l'air très joyeux de la situation, je veux dire que sa femme se tortille sur les genoux de son amant. Père et fils m'ont baisée la nuit dernière et père et fils sont cocus !
Ma belle-mère me dit :
— Alors, cette nuit de noces, ça s'est bien passé, petite ?
Je rougis. Enfin, je devrais... avant de lui répondre :
— Oui, belle-maman, je suis une femme maintenant.


Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 273 autres membres