lailatvx

lailatvx

Une épouse soumise à son amant

5146 appréciations
Hors-ligne
Florence a 40 ans et un mari, Pascal, qui a le même âge. C’est une femme de caractère qui gère quasiment à elle seule tous les problèmes domestiques. Si on lui posait la question, elle se définirait comme une femme heureuse : une situation matérielle confortable, un mari qui l’aime, elle mène la vie qu’elle a toujours souhaitée.

Florence est issue d’une famille de médecins relativement aisée, elle a rencontré Pascal à la fac de droit alors qu’ils avaient tous les deux 21 ans. Pascal, issu d’un milieu plus simple, était un étudiant brillant et travailleur. Au prix d’énormes sacrifices, il est aujourd’hui directeur général d’une importante PME. Florence est cadre dans une grande agence bancaire, elle travaille à 80 % pour mieux s’occuper des enfants. Entre eux, il y a toujours eu beaucoup de respect.

Sur le plan sexuel, les premières années, comme souvent, ont été plus animées, et les années passant, avec les enfants, le travail, une certaine lassitude s’est installée.
Depuis quatre ans, et sa dernière promotion, Pascal travaille énormément, il est souvent épuisé, le couple peut rester des mois sans faire l’amour. Florence ne s’en plaint pas, le sexe n’a jamais été primordial pour elle. La plupart du temps, Pascal n’est pas très original, quelques préliminaires et il la pénètre dans la position du missionnaire, Florence n’a pas toujours du plaisir, mais cela ne la gêne pas plus que ça.


Pendant les vacances en revanche, Pascal est plus en demande. Il veut faire l’amour presque tous les jours, Florence essaie de lui faire plaisir même si ce n’est pas toujours facile avec les enfants, notamment lorsqu’ils sont dans des locations. Il est déjà arrivé qu’il la prenne dans la salle de bains, appuyée sur le lavabo ou sous la douche après une journée de ski, ou qu’elle lui fasse une fellation le soir lorsque la lumière est éteinte. L’été, ils vont au bord de la mer. Avec la chaleur, Pascal prétexte toujours la sieste pour se retrouver seul avec Florence, en principe c’est dans ces moment-là qu’il fait preuve d’imagination, il aime bien la prendre en levrette même s’il ne tient pas assez longtemps dans cette position.



Le physique de Florence, sans être extraordinaire, n’est pas désagréable. Brune, des cheveux mi- longs souvent attachés en queue de cheval ou tenus par un diadème, assez grande, un mètre soixante-huit, ses traits sont réguliers si ce n’est son nez un peu trop long. À l’approche de la quarantaine, ses hanches se sont un peu élargies, une petite culotte de cheval a fait son apparition sur des fesses plus généreuses, et ses seins (85 C) ont perdu de leur fermeté. Elle s’habille de façon classique pour travailler, sans recherche particulière, mais à la maison en revanche, elle aime bien être en jeans. En ce qui concerne les sous-vêtements, Pascal n’ayant aucune exigence, elle ne porte que de la lingerie blanche, des ensembles très sages en satin ou en dentelle.


Florence attend au coin de la rue, à une centaine de mètres de son travail. Ses jambes sont molles, son estomac est noué, elle n’arrive pas à se concentrer, elle est en train de faire quelque chose de complètement fou, qu’elle aurait considéré comme impensable il y a encore quelques minutes, comme ça sur un coup de tête. Elle pourrait encore changer d’avis mais elle reste là à attendre.
Gérard M. est un client de Florence depuis presque un an. C’est Pascal qui le lui a envoyé. Gérard est PDG d’une entreprise d’une cinquantaine de personnes, c’est un des fournisseurs de Pascal, il avait besoin de financer un investissement. Florence l’a déjà reçu cinq ou six fois. C’est un homme de 60 ans, marié, de taille moyenne, trapu, le dessus de crâne complètement dégarni.


Dès leur premier entretien, il a proposé à Florence une invitation au restaurant. Comme toujours dans ces cas-là, elle a refusé sans se méfier particulièrement. Les fois suivantes, il s’est montré plus explicite, lui disant des choses du genre « C’est toujours agréable de traiter avec une femme aussi séduisante que vous » ou « Vous êtes très en beauté Florence, votre époux est un heureux homme ». À chaque fois, il a renouvelé ses invitations.

Florence n’avait plus aucun doute, cet homme la draguait ouvertement. Au début, elle trouvait cela plutôt comique, il avait vingt ans de plus qu’elle, presque l’âge de son père et en plus, son physique n’était pas à son avantage, ce type ne doutait vraiment de rien. Elle voulut plusieurs fois en parler à Pascal mais elle préféra se taire, il côtoyait Gérard M. Régulièrement dans le cadre de son travail, bien que Pascal ne soit pas du genre jaloux, elle ne voulait pas créer le moindre problème. Florence n’a jamais envisagé une relation extraconjugale, certes aucune occasion ne s’était réellement présentée mais de toute façon, elle n’en éprouvait pas le besoin, sa vie lui convenait très bien.


Par ailleurs, Gérard M. ne lui plaisait absolument pas, elle le trouvait même presque repoussant. Elle s’était plusieurs fois promis de le remettre gentiment à sa place mais chaque fois, elle remettait à plus tard. En fait, même si elle ne voulait pas le reconnaître, elle ne trouvait pas désagréable d’être courtisée ; depuis les premiers mois avec son mari, aucun homme ne s’était intéressé à elle de cette manière, elle était comme rassurée, elle plaisait encore. Comme beaucoup de femmes, elle avait l’impression que son mari ne faisait plus vraiment attention à elle, même ses compliments lui paraissaient convenus.
Depuis quelques semaines, Gérard M. appelait pour des prétextes futiles et chaque fois, il y allait d’un compliment ou d’une invitation à déjeuner, Florence allait devoir lui faire comprendre qu’il perdait son temps.


Aujourd’hui, Florence devait déjeuner au restaurant avec Pascal, il avait un peu de temps pour une fois, ils allaient avoir un moment pour eux. Seulement quelques minutes avant midi, il avait téléphoné pour prévenir qu’il avait un contretemps, il s’excusa à peine, quelqu’un d’autre le demandant sur une autre ligne, et raccrocha alors que Florence n’avait même pas pu parler.
Florence est en colère, pour la première fois elle se sent humiliée par l’attitude de Pascal. À peine a-t-elle posé le téléphone qu’elle reçoit un nouvel appel, elle pense qu’il s’agit de Pascal, elle va lui dire ce qu’elle pense mais c’est encore Gérard M ! Il a un rendez-vous tout à côté, il l’invite une nouvelle fois à déjeuner. Et là, Florence sans réfléchir, en ayant l’impression de se venger, accepte sans se faire prier, Gérard en est même presque étonné.


Florence attend, il a quelques minutes de retard. Elle porte une jupe grise qui lui arrive juste au-dessus des genoux, un pull angora bleu marine, des collants transparents couleur chair, rien de bien extraordinaire. Florence se dit qu’elle est en train de commettre une erreur, elle est prête à renoncer. Une Mercedes grise s’arrête à sa hauteur. Gérard descend pour lui ouvrir la portière. Florence hésite, elle a envie de s’enfuir mais elle est aussi attirée par l’inconnu.
Gérard perçoit son hésitation : « Installez-vous Florence ».


Florence, d’un rapide coup d’œil, s’assure que personne de connu ne la voit, elle monte dans le véhicule. Gérard l’amène dans une auberge située à quelques kilomètres à la campagne, en forêt. Il essaie de mener la conversation durant le trajet, il sort des banalités, Florence répond à peine. C’est la première fois qu’elle est dans une telle situation avec un autre homme, son estomac est toujours noué, elle pense à Pascal, aux enfants, que fait-elle là avec ce type qui ne lui plaît même pas ? Pourtant, le côté imprévu de cette situation est excitant, elle ne sait pas ce qui va se passer, jusqu’où elle est prête à aller.


Le repas dure une bonne heure, Gérard fait toujours la conversation, elle ne l’aide pas beaucoup, elle paraît absente, il commence à avoir du mal, il devient pessimiste sur ses chances de concrétiser. Alors que le repas tire à sa fin, il décide de tenter sa chance.
Il pose sa main sur la sienne, la regarde dans les yeux et : « Vous me plaisez beaucoup Florence, vous savez ? ».


Florence soutient son regard quelques secondes puis baisse les yeux, elle ne retire pas sa main qu’il caresse un long moment. Pour lui, cela signifie qu’il a en partie gagné.
Son cœur s’emballe, elle n’arrive pas à décider ce qu’elle doit faire. Ce contact lui donne la chair de poule, elle sent que son sexe est déjà humide. À cet instant, elle a envie d’être prise, c’est incompréhensible, elle trouve même que c’est ridicule, elle sait que cela ne mène à rien mais c’est comme ça. Des gens les regardent, elle ne les voit même pas, pourtant quelqu’un pourrait la reconnaître. Gérard demande l’addition.


Ils sont de nouveau dans la voiture, Gérard s’apprête à démarrer mais il se tourne vers Florence, se penche, cherche ses lèvres, elle les lui donne. Sa langue investit sa bouche, la fouille, s’enroule autour de la sienne, il y a longtemps que son mari ne l’a pas embrassée ainsi, Florence redécouvre des sensations oubliées. Sa main se pose sur son genou, remonte le long de la cuisse par-dessus le collant lentement presque jusqu’à la culotte, elle retient son bras. Pourtant, elle a envie qu’il la touche, il n’insiste pas.


Il démarre, ils roulent en silence, il prend la première sortie, ce n’est pas la route, elle ne proteste pas. Un First hôtel est sur la gauche, il tourne et se gare. Florence a compris, après tout pourquoi pas, juste une fois pour essayer, cela arrive bien à d’autres, ce sera son secret, pour une fois depuis bien longtemps, elle fait quelque chose pour elle seule. Sans un mot, elle descend, il pose sa main sur son épaule, il l’entraîne vers l’intérieur. Avec sa carte bleue, ils accèdent à une chambre, Florence trouve ça assez sordide.
Il la prend dans ses bras, l’embrasse de nouveau, il fouille encore sa bouche. Il ôte son pull, elle se retrouve avec son soutien-gorge blanc en satin, il l’embrasse dans le cou. Il se recule, la regarde, il défait son pantalon, elle voit la bosse de son sexe qui déforme le slip.

— Suce-moi !


Elle est surprise, jamais Pascal n’aurait été si direct, pourtant cela ne lui déplaît pas. Elle se met à genoux, elle descend le sous-vêtement. Sa queue apparaît, elle est plutôt courte mais très épaisse. Il la prend dans sa main et la présente devant sa bouche, elle sort sa langue, elle lèche le gland avec application, cela l’excite, elle sent sa culotte de plus en plus humide. Elle le prend en bouche et le pompe délicatement, son souffle est fort, il semble apprécier :

— Oui, tu me suces bien !

Il la fait se relever :

— Déshabille-toi, je veux te voir !

Elle ôte sa jupe, son soutien-gorge libérant les deux seins, elle enlève ses collants, puis sa culotte dévoilant sa toison brune assez abondante. Il la regarde sans discrétion en se caressant, elle se sent gauche ainsi nue devant lui puis :

— Tu ne t’épiles pas la chatte ?

Florence qui s’épilait elle-même le minimum, pour le maillot l’été, est interloquée :

— Eh non.
— Pour la prochaine fois, tu te feras faire le ticket de métro très fin, c’est ce que je préfère, dit Gérard.

Florence qui n’avait encore jamais pensé à une prochaine fois :

— Mais mon mari…
— Tu lui diras que tu as fait ça pour essayer, de toute façon il ne s’en plaindra sûrement pas, fit Gérard.

Florence avale sa salive :

— Oui.

Elle, la femme pleine d’assurance, se laisse traiter par cet homme comme sa chose et cela ne lui déplaît pas…Gérard :

— Tourne-toi !

Elle sent ses yeux sur ses fesses, puis ses mains qui malaxent la chair un peu molle :

— Il me plait bien ton cul, tu sais. Tu as envie que je te prenne ?
— Oui prends-moi !
— Dis-moi que tu vas être ma femme !

Florence ne comprend pas trop :

— Comment ça ?
— Oui, que tu vas être ma femme toutes les semaines, chaque fois que j’en aurais envie !

Florence ne répond pas, mal à l’aise. Gérard arrête ses caresses.

— Dis-le-moi chérie !

Florence lâche alors :

— Oui je vais être ta femme.


Ses propres paroles l’excitent. Gérard s’est agenouillé derrière elle, elle sent son souffle sur son intimité. Il embrasse le haut de ses cuisses vers l’intérieur, puis ses fesses, il la fait se retourner et plonge son visage entre ses jambes, il embrasse son pubis à travers sa toison :

— J’aime l’odeur de ta chatte.

Florence est mal à l’aise, elle ne s’est pas lavée depuis le matin. Gérard lui dit :

— Allonge-toi !

Elle se couche en travers du lit, les jambes à moitié dans le vide. Gérard s’agenouille entre ses jambes.

— Il te lèche ton mari ?
— Parfois.


Il plonge son visage entre ses jambes, il lèche sa vulve de bas en haut, trois ou quatre fois, des coups de langues assez brusques, Florence gémit, c’est sensible.
Il se relève, Florence est surprise. Gérard baisse son pantalon, il ne l’enlève même pas, il la couvre, il est lourd, elle pose ses mains sur ses hanches, elle sent les bourrelets à travers le tissu de la chemise ; pendant quelques secondes, elle se sent honteuse, son gland tâtonne sur sa vulve humide, il est maintenant entre ses lèvres. Avec sa main, il le positionne à l’entrée de son vagin, elle écarte ses cuisses un peu plus, un coup de reins et il est en elle.


Ça y est, elle a franchi le pas, un homme qu’elle connaît à peine est en elle, c’est absurde mais cette idée l’excite ! La sensation est étrange, elle ne peut réprimer un gémissement, elle ne se sent pas remplie comme d’habitude, son sexe est différent, plus gros, plus court, c’est très agréable. Gérard commence à limer, quelques allers et retours, et Florence qui, habituellement met plutôt du temps, jouit une première fois en silence en se pinçant les lèvres…il continue, il change souvent de rythme, se retire plusieurs fois, embrasse ses seins, et revient en elle, il la rend folle.
Il accélère, jamais Pascal ne l’a fait jouir deux fois de suite, son souffle est plus fort, il s’arrête, elle sentait qu’elle allait jouir encore :

— Tu veux que je me retire ?

Florence réalise qu’il n’a pas mis de préservatif, mais elle a envie de recevoir sa semence, de toute façon, elle a un stérilet :

— Non, reste !

Encore deux coups de reins en ahanant et il se répand en plusieurs jets chauds et abondants.
Elle n’a pas joui, il reprend un peu le mouvement, elle sent que ça vient :

— Oui, vas-y encore !!!

Son vagin se contracte, elle crie :

— Ah, ah, ah…

Il se retire, sans un regard, il se réajuste. Florence se dirige vers la salle de bain puis revient pour se rhabiller. Il la regarde sans discrétion :

— Tu mettras des bas aussi, je n’aime pas les collants, je veux que ma femme soit sexy !

Il la ramène jusqu’à son bureau sans un mot, elle est en retard. Il s’arrête en double file, il l’embrasse sur les lèvres : « Je te rappelle, à bientôt chérie ! ».


Florence est perdue, elle n’arrive pas à remettre de l’ordre dans ses idées, elle se sent sale. Elle n’arrive pas à travailler. Le soir dès qu’elle arrive, elle file directement sous la douche.
Lorsque Pascal rentre, son malaise est encore plus grand. Au lit, elle a besoin de se blottir contre lui, bien entendu il ne comprend pas ; fatigué, il s’endort.

Le week-end, Pascal est fatigué, ils ne font pas l’amour. Plusieurs jours passent, Florence n’arrive pas à oublier, elle se promet de ne pas revoir Gérard. Pourtant, elle pense de plus en plus à lui, elle a à nouveau envie d’être prise, d’être dominée par cet homme, elle en vient à espérer son appel. Il finit par se manifester, il lui propose de la voir le lendemain, au même endroit, elle s’était pourtant promis de refuser, mais elle accepte.

Le soir même, elle réussit à obtenir un rendez-vous chez une esthéticienne ; gênée, c’est une première pour elle, elle se fait épiler un ticket de métro très fin. Elle achète aussi des bas noirs transparents, elle n’en porte jamais habituellement. Le soir, elle ne reconnaît pas son sexe dans la glace, elle fait attention à ne pas se montrer à son mari, elle verra plus tard pour les explications, elle n’a qu’une chose en tête : demain, elle va à nouveau faire l’amour avec cet homme !


Il l’attend sur le parking de l’hôtel, son cœur s’accélère : « Bonjour chérie ».

Elle n’arrive pas à s’habituer, habituellement c’est Pascal qui l’appelle comme ça. Gérard l’embrasse, elle doit accueillir sa langue qui fouille sa bouche sans délicatesse, il prend bien son temps. Florence est pressée de rentrer, elle a peur que quelqu’un les voie, même si c’est peu probable. Il la prend par la main et ils se dirigent vers l’hôtel. Ils n’échangent même pas un mot. Ils prennent la même chambre, il la regarde, Florence attend son bon vouloir.

— Tu as fait ce que je t’ai demandé ? demande Gérard.
— Oui.
— Fais voir !

Elle se déshabille lentement, elle se retrouve juste avec ses bas. Il la regarde comme un objet et dit :

— Tu m’excites comme ça !


Il s’agenouille et vient poser son nez sur sa vulve dégarnie, il la hume, l’embrasse et sort sa langue qui s’immisce aussitôt entre ses lèvres puis vient s’attarder sur son clitoris. Elle est sensible, elle laisse échapper un gémissement et pose spontanément sa main gauche sur sa nuque comme pour l’encourager à rester. Elle a toujours apprécié les cunnilingus, mais jamais autant qu’aujourd’hui, la sensation est différente, c’est peut-être l’épilation mais il lui semble aussi que Gérard lèche mieux que Pascal : il est plus doux, rien à voir avec la semaine précédente. Elle a honte de faire cette comparaison à cet instant.
Il lui demande de se retourner, il attire son bassin en arrière, elle se retrouve appuyée sur la tablette qui sert de bureau, elle n’a pas le temps de réagir qu’il lui lèche à nouveau le sexe par-derrière, c’est encore meilleur : Oh oui !!!


Il ne la laisse pas jouir, il se relève, il défait son pantalon, elle sent sa queue plaquée sur ses fesses, elle ne veut plus qu’une chose : l’avoir en elle, sentir sa colonne de chair dans son ventre ! Il la pénètre, d’un seul coup, entièrement, elle se penche encore plus en avant pour mieux lui offrir son corps, il se cramponne à ses hanches, ils ahanent en même temps. Florence tourne la tête, elle cherche sa bouche, elle l’embrasse, lui donne sa langue, elle est déchaînée, il se concentre à nouveau, regarde son sexe qui entre et qui sort entre les deux fesses qui l’excitent tant.

Il se retire, se met à nouveau à genoux derrière elle, lèche sa fente, puis remonte jusqu’en haut de sa raie, il lui écarte les fesses, elle sent sa langue sur son anus :

— Non pas ça !
— Détends-toi chérie, laisse-moi faire !

Il continue, un frisson parcourt son dos, c’est plutôt agréable, il est très doux, il tourne avec sa langue autour de son anus, puis il l’enfonce un peu. Jamais Pascal n’a osé la toucher à cet endroit, elle n’aurait d’ailleurs jamais accepté et là, elle se laisse faire. Il se relève, l’embrasse dans le cou, son sexe plaqué contre ses fesses, il murmure :

— Tu ne veux pas que je t’encule ?

Florence mollement :

— Non, s’il te plaît !
— Je te promets, je ne te ferai pas mal.
— Ça ne te suffit pas ma foufounette ?

Gérard qui lui caresse les seins en même temps :

— Si mais j’ai envie d’avoir ton petit trou aussi.

Florence hésite :

— Non je ne préfère pas, tu vas me faire mal.
— Je te promets, je fais doucement, et je m’arrête dès que tu veux.

Florence ne répond pas. Gérard :

— Allez !

Il la pousse vers le lit :

— Allonge-toi sur le dos !

Florence s’allonge, elle cède, elle n’aurait jamais imaginé faire ça un jour !

— Tiens tes jambes avec tes mains, et remonte bien tes genoux contre tes épaules !


Florence offre à sa vue l’intégralité de son intimité, sa chatte bien ouverte, elle mesure l’obscénité de la scène. Gérard s’approche et lui lèche à nouveau l’anus, il enfonce un doigt et fait plusieurs allers et retours, l’anneau se distend un peu. Il se met au-dessus d’elle, toujours à genoux ; d’une main, il plonge son gland dans son vagin, la pénétration est profonde, il reste un peu, elle voudrait qu’il continue mais il ressort et dirige son gland bien lubrifié vers son anus, elle sent maintenant cette extrémité un peu molle sur sa rondelle. Il rentre à peine un centimètre, c’est supportable, il se retire et recommence plusieurs fois, il gagne un peu de terrain, maintenant tout le gland et même un plus pénètre en elle. Florence a un peu mal, elle lâche ses jambes pour venir écarter ses fesses, elle a l’impression que ça va la soulager. Gérard en profite pour s’appuyer davantage sur elle, elle reçoit tout son poids sur son bassin, Florence ressent comme une brûlure, un cri de douleur lui échappe, ses muscles lâchent, la queue pénètre jusqu’à la garde.

— Oui, écarte bien comme ça !!!

Gérard reste un instant sans bouger, puis commence les va-et-vient, très lentement. La douleur s’estompe mais elle ne ressent pas vraiment de plaisir. Gérard continue, elle a l’impression que cela dure une éternité, son souffle devient plus fort :

— Tu me serres bien chérie, c’est bon tu sais, regarde, je vais venir dans ton cul, ah, ah…

Ses coups de reins se font plus forts.

— Dis-moi que tu aimes quand je t’encule !

Florence sans conviction qui veut en finir :

— Oui j’aime que tu m’encules !

Elle sent une chaleur qui vient en elle, elle comprend qu’il vient d’éjaculer. Gérard se retire et sans attendre, lui lèche la fente. Florence n’a plus la tête à ça, mais il insiste, sa langue est habile, il finit par réveiller ses sens, elle jouit sous sa langue, épuisée.


Cette aventure a duré presque deux ans. Une ou deux fois par semaine, Florence rencontrait son amant entre midi et quatorze heures, c’était un besoin pour elle.
Gérard lui fit faire des choses qu’elle n’aurait jamais osé accepter faire avec son mari et avec lui, elle connut un plaisir insoupçonné.
Pascal ne pouvait pas imaginer lorsqu’il recevait l’insignifiant Gérard M. à son bureau, que cet homme faisait crier de plaisir son épouse toutes les semaines !
Florence a toujours gardé le même comportement à l’égard de Pascal, elle ne s’est jamais refusée à lui, et ils ont continué à faire l’amour de la même façon.

FIN.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 269 autres membres