lailatvx

lailatvx

Baisé par mes oncles !

5679 appréciations
Hors-ligne
J’ai 18 ans. Je suis un jeune mec hétéro, brun, les yeux bleus, 1m75, 70 kg, je suis assez timide et depuis peu, je suis attiré par les hommes. Mais je ne savais pas à qui en parler, alors j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allé acheter un magazine gay.

En rentrant à la maison, je m’allongeai sur mon lit et feuilletai le magazine : les photos de mecs musclés nus, ou en train de se caresser, voire plus, m’excitait. Alors, je sortis mon sexe et je commençai à me masturber quand mon père entra dans ma chambre, je laissai le magazine tomber et me cachai sous ma couverture.
J’étais mort de honte, mon père m’avait vu en train de me branler, et pire, je me rendis compte qu’il avait pris mon magazine en sortant de ma chambre !
-Mat, descends. Vite !
-J’arrive papa.
Mon père avait la tête des mauvais jours.
-Tu faisais quoi dans ta chambre là ?
-Rien, je te jure.
-Ne te fous pas de moi. Alors ?
-Je me masturbais.
-Ce n’est pas ça le problème, c’est que tu faisais ça devant un magazine de pédé !!!! Dis-moi que tu n’en es pas un !
-Bah, je ne sais pas trop, je me pose des questions.
-Je ne vais rien dire à ta mère si tu me promets de ne pas recommencer.
-Ok !
-Maintenant, je vais te prendre en charge et tu vas faire des trucs de mecs, ok ?
-Oui, oui.

Mon père m’emmenait voir des matchs de foot. Dès que l’on croisait une fille, il me disait : elle est bien hein ?
Il croyait que j’allais redevenir hétéro en faisant des "trucs de mecs". Voire macho, jusqu’au jour où il me dit :
-j’ai une surprise pour toi ce week-end.
-ah bon, quoi ?
-tu vas aller à la chasse avec tes deux oncles, un vrai truc de bonhomme. Ça te fait plaisir ?
-non pas vraiment.
-de toute façon, tu n’as pas le choix.

Le samedi après-midi, mes oncles arrivèrent pour venir me chercher, habillés en kaki. Ce sont les frères de ma mère, les deux sont routiers.
Il y a Thierry, 1m80, 90kg, bedonnant, mal rasé et Michel 1m70, 80kg, assez trapu, chauve avec des moustaches. La classe quoi ! Nous partons tous les trois pour deux heures de route avant d’arriver au gabion, au bout d’une heure on s’arrête pour une pause pipi. Je partais pisser dans un coin quand Thierry me dit :
-viens pisser avec nous, on ne va pas te manger.
J’allais les rejoindre timidement, je ne les côtoyais pas beaucoup. On était en train de pisser côte à côte et j’avais envie de regarder leurs sexes mais je n’osai pas.

Une foi dans la voiture, je m’en voulais de ne pas avoir tenté de voir leurs sexes, je n’ai jamais vu des sexes d’homme, mais que des petites bites de mes camarades de classe au collège. Nous arrivons au gabion, il faisait très froid, à l’intérieur, il y avait de petits lits, des toilettes cachées par une petite paroi avec un lavabo et un petit frigo pour leurs bières et c’est tout.
Le week-end allait être long. Ils passèrent l’après-midi à chasser, enfin à essayer.

Vers 22 heures, on se mit à table et on mangea vite fait, les blagues salaces n’arrêtaient pas de pleuvoir.
Mais qu’est-ce que je fais là avec eux. !
Après manger, je leur dis que je vais me laver avant d’aller me coucher.
J’étais en train de me laver au lavabo quand mon Thierry arriva.
-Ne t’arrête pas de te laver pour moi, je viens juste pour pisser.
Je mis une serviette autour de la taille et il me dit :
-pas la peine de te cacher, on est entre mecs.
Et en même temps, il sortit sa bite et se mit à pisser. Il avait un gros sexe poilu, il n’attendit pas la dernière goutte et rangea son sexe. Pendant que je m’essuyais, je les entendis parler :
-il est pas mal le petit neveu, va voir.
Mon oncle Michel arriva et me demanda :
-ça va, tu n’as pas froid ?
-non, non, merci. Je voyais bien qu’il me dévisageait.

Une fois sorti de la salle de bains pour leur dire bonne nuit, ils étaient tous les deux assis à table en train de m’attendre.
-viens là Mat, il faut que l’on discute.
-ah bon, de quoi ?
-ton père nous a parlé, et on sait pourquoi tu es là.
-vous aussi vous allez me faire la morale ?
-au contraire, si tu veux, on peut te monter nos bites et tu pourras les toucher.
-non mais je ne suis pas homo, je me renseignais c’est tout. (Je n’osai pas leur avouer)
-j’ai bien vu quand je pissais que tu regardais ma bite. N’est-ce pas ?
-oui peut être, c’est vrai.
-mais qu’est ce qui te plait dans les mecs ?
-j’aimerai bien me sentir femme et plaire à un homme.
-et à deux ?
-comment ça ? Vous êtes mes oncles !
-et alors ? Où est le problème ? Tu veux te sentir femme avec nous ? Ce sera une première pour nous aussi, tu sais. Allez, mets-toi tout nu pour nous monter ton petit corps de femelle.
Je n’étais pas très excité à l’idée de me mettre nu devant eux, ils ne sont pas attirants du tout et c’est quand même ma famille.

Je pris mon courage à deux mains, enlevai mon pyjama et je restai debout devant eux, gêné.
-approche, viens nous voir. Tu veux être notre petite femme ?
-vous ne direz rien à mon père ?
-non, ne t’inquiète pas.

Michel me caressait les fesses pendant que Thierry m’embrassait, il puait la bière, il força ma bouche avec sa langue et je lui rendis son baiser. Tout d’un coup, je sentis une petite douleur, Michel me mit un doigt dans le cul et faisait des petits va-et-vient.
-tu aimes ?
-oui mais ça fait un peu mal.
-tu veux voir nos bites ?
-oui, j’ai déjà vu la tienne Thierry et j’aimerais bien voir les deux.
Ils se déshabillèrent tous les deux, ils étaient en slip.
-allez, fais ce que tu veux avec nos bites !

Je me mis à genoux devant Thierry et j’enlevai son slip pour laisser apparaitre l’objet de tous mes désirs, une belle bite, assez longue mais pas très grosse.
Je le masturbai un petit peu et enlevai le slip de Michel, elle était aussi longue mais assez large, j’étais impressionné.
Je pris Thierry en bouche en premier, son sexe sentait l’urine, je le suçai lentement et maladroitement tout en masturbant Michel.
-tu aimes ça, sucer ? Me demanda Michel
-oui, c’est bon
-à mon tour maintenant.
Je suçai Michel avec du mal, sa bite est vraiment grosse. Il mit ses mains sur ma tête et m’imposa le rythme. Ils se servaient de ma bouche comme d’une chatte et me parlaient crument, ce qui m’excitait beaucoup.
-petite salope, tu suces bien mieux que ma femme, me lança Michel.
-et tu sais ce que je rêve de faire à ma femme ?
-non.
-c’est de l’enculer, mais elle ne veut pas.
-pourquoi ?
-parce que c’est une conne, mais toi non, tu vas te laisser faire.
-oui, si tu veux tonton
Mon oncle Thierry lui était célibataire, alors il profitait un maximum de ma bouche, il était aux anges.
— allonge-toi sur la table, et écarte les jambes !

Je me sentais comme une petite pucelle, les cuisses écartées, qui allait être dépucelée. Michel me doigtait le cul pendant que je suçais Thierry.
Michel m’enfonça son sexe d’un coup qui me fit crier de douleur.
-arrête, arrête s’il te plait, ça fait trop mal !!!
-je vais te faire passer l’envie d’être pédé, tu vas voir !
Il donnait des petits coups de reins pour ne pas me déchirer non plus.
-t’aimes ça hein ?
-non arrête !!!
-tu la sens ma grosse bite ?
Pour arrêter de me faire crier, Thierry baisait ma bouche à nouveau et il se lâcha dans ma gorge en maintenant ma tête.
-ah c’est bon, avale tout petit pédé !
Il m’avait forcé à avaler son sperme chaud et me fit lécher sa bite pour la nettoyer.
-allez Michel, baise-le bien, fais-lui goûter à ton coup de reins légendaire !
Et Michel de me baiser de plus en plus fort et s’arrêta d’un coup.
— mets-toi à quatre pattes comme une chienne !

J’étais soumis, Michel se plaça derrière moi et Thierry, comme un pervers, s’asseyait sur une chaise face à moi pour voir ma tête.
-vas-y, défonce-le !
Michel me défonçait le cul, je n’étais qu’un tas de viande pour lui, il me mettait des grosses fessées, ce qui faisait rire Thierry.

Tout d‘un coup, il me prit par les hanches et me baisa avec violence, je suffoquais, je sentais son ventre claquer contre mes fesses et il disait.
-oh putain, qu’est-ce que l’on est bien dans ton cul, tu vas me faire jouir. !
Il sortit sa bite de mon cul et lâcha tout son sperme sur mon visage.
-alors ça t’a plu ou tu as changé d’avis ?
-j’ai aimé vous être soumis, mais ça fait mal.
-mais tu aimes te faire défoncer le cul hein ?
-oui c’était bon, merci les tontons.

Le lendemain, nous étions sur la route du retour et à 1 km de la maison, Michel arrêta la voiture dans un petit chemin.
-pause pipi.
-mais on est à côté de la maison.
-écoute, ton père a voulu que l’on fasse de toi un mec ce week-end, et comme tu as été gentil, on te laisse nous sucer avant de rentrer voir papa. Ça te dit ?
-oui.
Ils ouvrirent leur braguette et je suçais les deux bites avec fougue, ils se masturbaient en même temps de peur de se faire surprendre.
A quelques secondes près, ils jouirent tous les deux dans ma bouche et j’avalai toute cette semence.

Ils m’embrassèrent tous les deux pour me remercier et me ramenèrent chez moi.
-bonjour papa
-bonjour mon fils, alors ce week-end, ça t’a plu ?
-oui j’ai adoré !
-il ne vous a pas embêté j’espère ?
-non, un vrai petit ange, il peut revenir quand il veut.


4 appréciations
Hors-ligne
Récit très excitant pour ce début d'année ;)

5679 appréciations
Hors-ligne
Valérie :

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres