lailatvx

lailatvx

Comme une chienne 1

5222 appréciations
Hors-ligne
Cela faisait maintenant une petite heure que j’étais devant mon ordinateur, nu, en train de me chercher un plan cul. En attendant de trouver la queue qui me défoncerait, je matais, pour bien me chauffer, des vidéos où des lopes se faisaient exploser leur trou béant et dégoulinant de foutre par des bites énormes.

J’étais bien chauffé à blanc quand un mec me lance un message sur le chat :
« Au vu de tes photos, t’as l’air bien chaud, je cherche un bon passif soumis pour s’occuper de mon gros calibre 19/6, intéressé ? ».
Je regarde son profil : 42 ans, 1m85, mince et surtout la photo de sa bite, ça a l’air sympa, je réponds sans détour pour bien lui montrer mon état d’esprit :
« Mes trous de pute sont à toi ». On s’échange nos adresses pour se voir en cam, histoire d’être sûr de savoir à qui on a affaire.

Je branche ma cam, je suis debout nu, le sexe en érection, déjà bien chaud et j’ai droit à un « hum, pas mal du tout » (33 ans, 1m81, 68 kg, imberbe et beau cul, c’est vrai que, généralement, les mecs ne se plaignent pas de moi). Il me lance « fais ta pute un peu ! ». Je commence alors à me caresser, à dandiner du cul, me pincer les tétons, me branler, me donner des claques sur les fesses, me pencher en avant pour montrer mon joli trou que je commence alors à doigter. « Oui c’est bien, vas-y, mets plusieurs doigts ! ». J’y vais franchement et m’enfonce jusqu’à 4 doigts, mon trou est tout gras de gel. En même temps qu’il me regarde me dilater le fion, on discute et on s’aperçoit qu’on n’habite pas loin l’un de l’autre, une dizaine de minutes à pied. Il me demande alors « t’as un plug ? ». Sans répondre, je vais chercher mon plug transparent de 6 cm de diamètre. « Cool, me dit-il. Tu le mets dans ton cul de pute, tu ne mets pas de sous-vêtement et tu ramènes ton cul chez moi, je t’attends ! ».

Me voilà dans la rue, basket, pantacourt, débardeur…bien suffisant par cet après-midi d’été……et surtout avec mon plug bien enfoncé dans le fion. Je croise des gens qui ne savent pas que j’ai ce truc en moi et que, dans quelques instants, je vais m’abandonner à un mec qui va me traiter comme un bout de viande : j’adore cette sensation.

Une fois devant son immeuble, je sonne à l’interphone :
- Oui ?
- Yann ? C’est David.
- Qui ça ?
- David.
- Qui ?
Je tente alors :
- La salope qui vient s’occuper de ta queue.
- OK, je t’ouvre salope.

Devant sa porte, je sonne. Il m’ouvre à poil et mes yeux plongent sur sa grosse bite pendante, à demi molle : je suis surexcité ! « Et ben entre, me lance-t-il un sourire au coin des lèvres, je vais pas te manger ! ». Je rentre et arrive dans le salon, dans mon dos j’entends « A poil maintenant ! ». Sans me retourner, j’enlève mon débardeur, laisse tomber mon pantacourt et, pour enlever mes baskets, je me penche bien en avant pour montrer le bout de plastique qui sort de mon cul. Je sens alors une de ses mains me caresser les fesses et mettre deux petites tapes. Il me retire alors doucement le plug « Et bien ma salope, t’es une gourmande, t’es bien dilaté. Tant mieux, ma grosse bite a horreur des cul serrés ». Il me refourre alors le plug presque d’un coup, ce qui a pour effet de me faire gémir.

« A genoux et suce ma bite maintenant ! ».

Je me retourne et découvre sa bite complètement en érection, une bite bien raide, droite, lourde et bien épaisse comme je les aime, je sens que je vais déguster. Mais pour l’heure, je m’applique sur sa verge avec ma bouche, ma langue. Je lui fais la totale, je bave, je lape, je lèche. J’essaye de la prendre à fond mais rien à faire, elle est trop épaisse, mes yeux pleurent, je manque de m’étouffer. Je lui gobe aussi les boules, j’espère qu’elles sont pleines d’un foutre bien gras.
« C’est bien, tu sais y faire, t’es vraiment une bonne chienne. Viens par là, petite pute ! »

Il s’assoit sur son canapé. Je me dirige vers lui à quatre pattes, pose mes bras sur ses cuisses et retourne de plus belle sur sa bite. Je reçois une petite claque : « Regarde-moi quand tu me suces salope ! T’es ma chose et je veux voir la vénération dans tes yeux ! ». Je le fixe dans les yeux, j’ai l’impression d’être encore plus à nu.
Soudain, son portable, à ses côtés, sonne. « Continue pendant que je réponds ! ».
.
« Ah salut, c’est toi…...ouais, ça va……..tranquille, je suis en train de me faire pomper le dard par une nouvelle petite salope……je te promets…..tu peux venir en profiter, y a de la place pour deux et elle sait y faire cette chienne……(les secondes s’écoulent et je ressens un mélange d’appréhension et d’excitation à l’idée d’un invité surprise)…..ok, tant pis, une prochaine alors……ouais, t’inquiète pas, tu me connais, je vais bien lui défoncer le trou, à plus ! »

« Dommage pour toi, mon pote et sa grosse bite ne sont pas dispos, mais la prochaine fois, parce que tu vas revenir, t’y échapperas pas. Je suis sûr que t’aimes ça, t’occuper de plusieurs queues, pas vrai ma salope ? »
Je le regarde et acquiesce la tête en fixant son regard alors que son gland me caresse la glotte.

« On va passer aux choses sérieuses maintenant. Mets-toi à quatre pattes sur le canapé que je te défonce le cul comme toutes les chiennes, comme toi, le méritent ! »

Je me mets en position. J’entends un bruit qui ressemble à du gel qu’on étale. Ce moment arrive enfin. Il retire le plug de mon cul (je l’avais presque oublié celui-là !), je sens son gland sur ma rondelle et d’un coup, il engouffre sa queue en entier. Je pousse un râle. Il me tient par les hanches et commence ses va et vient. Je sens bien sa queue en moi qui me ramone, je suis aux anges ! J’ai bien sûr droit à des claques sur les fesses. Puis la cadence s’accélère, il m’attrape par les cheveux, me tire à lui et me dit à l’oreille :
- Tu la sens bien ma queue, sale pute ?
- Oui, elle est trop bonne.
- T’aime ça, faire ta pute ?
- Oui j’adore, répondis-je.
- Plus fort ! M’ordonne-t-il.
- OUI J’ADORE !
- T’es ma pute ? Hein ?
- Oui, je suis ta pute (il me défonce le cul de plus en plus fort et profond, je déguste. Heureusement que le plug m’a bien préparé le fion !).
- PLUS FORT ! Crie-t-il.
- OUI, JE SUIS TA PUTE, TA CHIENNE, TON VIDE COUILLE ! DEFONCE-MOI AVEC TA GROSSE QUEUE DE MÂLE !!!

J’entends alors son souffle s’accélérer. Il pousse des râles. Il se déverse en moi en criant « Prends ça, chienne ! ». Il pousse trois derniers gros coups de rein et reste en moi, comme ça quelques secondes. J’ai le cul en feu. Il se retire et me colle aussitôt le plug dans le trou. « Nettoie-moi la bite ! ». Je me retourne et lui lèche avec délectation sa bite pleine de semence tout en le fixant dans les yeux. « Rhabille-toi, tu peux te casser maintenant!».
Je m’exécute.

Je suis chez moi nu, dans ma salle de bain, devant mon miroir. Je retire le plug de mon cul, le sperme coule le long de mes jambes. Je le porte à ma bouche et le lèche avec application tout en me regardant dans le miroir. Je me branle et expulse plusieurs jets puissants. J’ai hâte de le revoir, qu’il m’utilise encore, avec peut-être son ami…..

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 122 autres membres