lailatvx

lailatvx

J'aime être une femelle soumise

5161 appréciations
Hors-ligne
Tout a commencé quand j'avais 19 ans et demi, je vivais seul dans un studio. Je venais de finir mes études et donc j'avais beaucoup de temps libre. Je suis hétéro, j'ai une copine de même âge que moi mais depuis quelques mois, j'ai envie de tout autre chose et j'y pense de plus en plus. Par exemple, quand je regarde un film porno, je m'imagine à la place de la fille, complètement soumise au désir d'un homme, en lingerie sexy, en train de me faire pilonner par un gros zob.
Ça peut paraître surprenant mais je crois que c'est ma nature de servir un homme, étant donné que je suis mince, peu poilu, d'allure androgyne, je rase mon pubis et le dessous de mes bras depuis toujours et j'ai à peine quelques poils au niveau des jambes, la peau un peu terne, des fesses bombées comme une fille et mon cul ressemble à s'y méprendre à celui d'une femme.

J'adore aussi enfiler des sous-vêtements féminins du genre petit string rose, des bas noirs, des talons noirs de plus ou moins 10 cm et un petit top au dessus. Je me trouve vraiment sexy au point que ça m'excite comme une puce à chaque fois que je les enfile, je finis toujours par me toucher en même temps en imaginant être soumise à un homme plus âgé qui ferait de moi sa copine.
J'ai une grosse préférence pour les hommes d'âge mûr, virils, directifs et dominants.
Timide de nature, je me suis mis à parcourir des sites gays, des chats, des sites de petites annonces. Après de longs mois de discussions avec divers hommes, de longues séances de masturbation devant toutes sortes de vidéos, je décidai de poster une annonce sur un site très connu, je m'inscris en quelques minutes et poste mon annonce :

« Jeune garçon bi 19 ans 1,75 m, mince, 69 kg, brun aux yeux bruns, presque imberbe, aucune expérience, aimant porter des sous-vêtements sexy. Je recherche homme mature et dominant de plus 45 ans ».

Je décidai d'ajouter des photos hot de moi, le cul bien cambré en arrière, serré dans un string tanga, avec mes bas noirs qui m'arrivent à mi-cuisses. Et une autre de face en mode selfy où l'on peut voir ma poitrine serrée dans un soutien-gorge, mon ventre lisse, et mon petit sexe qui déborde de mon string.
En un mois, j'ai reçu des centaines de réponses, j'ai pris contact avec certains pour échanger des mails, je reçois toutes sortes de propositions mais jusque-là, rien ne me tentait vraiment car quand je trouve quelqu'un, il y avait toujours un truc qui ne me convenait pas, on n’était pas trop dans le même délire.

Un jour, parmi toutes ces réponses, je reçois ce mail mot pour mot :
« Bonjour ma belle, je m'appelle Pierre, 55 ans, 1 m 82, 80 kg, 18 cm sur cinq, actif, dominant. Je recherche un garçon à féminiser. Je suis veuf, je vis dans une grande maison, je serai ravi de te recevoir et de faire de toi ma petite pute, je peux recevoir, ci-joint, ma photo.
Pierre ».

Je descends en bas de l'e-mail pour découvrir sa photo et là, je vois un homme, entièrement nu, dans une chambre face à un miroir et qui se prend en photo. Je le vois de la tête aux pieds, il a juste pris soin de mettre son téléphone face au reflet de son visage pour ne pas qu'on le reconnaisse. Il est sexy, il a les cheveux courts gris, poilu au niveau du torse, du ventre et ainsi que au-dessus de son sexe. Je ne sais pas s’il est en érection mais son sexe est épais et semble lourd. C'est un homme plutôt gros et costaud, il me plaît et me déstabilise à la fois, je vois une partie de son visage, il semble doux mais sévère à la fois.
Je lui réponds qu'il me plaît aussi et que je suis intéressé. Après quelques e-mails échangés, on avait beaucoup de points en communs. Il cherche une jeune salope à travestir, il ne veut que du sexe, moi aussi ! Il est sans tabou, il aime dominer, prendre son temps et il se dit très expérimenté, il me satisfait vraiment.

Environ trois semaines plus tard, il me demanda mon adresse Skype pour qu'on discute et que je lui montre que je ne suis pas un « fake ». Je lui envoie mon adresse directement sans discuter. Je reçois une notification sur mon ordinateur portable, une demande d'ajout d'ami sur mon compte. « C’est moi Pierre, j'accepte ton invitation ».
Pierre m'appelle, je réponds… La Webcam rivée sur mon visage juvénile, je me vois sur l'écran, je souris un peu.
De son côté, je ne vois rien, un écran noir, mais j'entends sa voix, il me dit d’enlever mon t-shirt, je m'exécute un peu fébrile, sur son ton directif. Il me plaît et me fait un peu peur en même temps.
- Belle paire de miches !
- Merci. Répondis-je rouge de timidité.
Il me parle, me pose des questions intimes, il parle de moi au féminin, ça me fait bizarre mais j'apprécie énormément et je réponds à toutes ses questions.
- Eloigne la Webcam que je te vois un peu mieux et en entier ma belle !
Je pousse mon ordinateur sur un coin de mon lit.
- Mets-toi sur tes genoux, salope !
- Prends tes seins en mains !
- Pince tes tétons !
- Caresse-toi, catin !
- Enlève ton essuie !
- Mets-toi à quatre pattes, petite chienne !
- Tourne-toi !
- Écarte ton cul !
- Redresse-toi, grosse pute !
- Fesse-toi !
-Waouh, quelle chatte !

J'entendis un râle rauque et la conversation se coupa.
Il m'écrit : « Tu me plais salope, je dois y aller, tu m'as fait gicler ! La prochaine fois, épile-toi les jambes, je ne veux plus voir un poil sur toi ! ».
Je lui réponds que c'est d'accord, que j'aimerais bien aussi le voir.

Deux jours plus tard, je suis avec des amis, je reçois un message sur mon téléphone : c’est Pierre sur Skype. Il me donne rendez-vous ce soir.
A 21 heures, je me connecte sur mon ordinateur.
Cette fois, j'enfile un string, un petit haut rose. Je me suis épilé complètement. Il m'appelle,... la caméra se met en marche et je le vois enfin : il est comme sur les photos, en chemise, il semble plus massif et plus vieux. Ce qui est loin de me déplaire au contraire. J'adore savoir que cet homme pourrait être mon père, voire mon grand-père. Cette différence d'âge m’excite !
Il me complimente sur ma tenue. Je suis posé sur le côté gauche, la lampe de chevet met en valeur mes courbes féminines. Il ne cesse de dire que je suis belle et me complimente sur mon physique, il me dit qu'il aimerait me rencontrer au plus vite. Et qu'il habite à 20 minutes de chez moi, qu'il souhaite me féminiser, faire de moi sa femme.

A ce moment, j'ai l'impression qu'il lit en moi comme dans un livre ouvert. Il descendit la Webcam vers son entrejambe, il ne portait rien, à part sa chemise. Il était sur une chaise de bureau, je vois ses grosses cuisses velues et sa grosse bite en érection, elle est épaisse, dure, elle me fait un peu peur mais je la regarde, subjugué par ce bâton plein de veines. Je n'avais qu'une seule envie : la mettre en bouche !
- Je vois qu'elle te plaît ma bite, Salope !
- Oui, énormément !
- Tu voudrais jouer avec ? Me dit-il avec un ton pervers tout en tapant son sexe sur son ventre bedonnant.
- Oui. Répondis-je en hochant de la tête.
- Installe-toi sur le dos ma salope ! Tu vas me faire gicler maintenant ! Place ton ordinateur entre tes jambes ! Ecarte en grand tes jambes ma belle ! Remonte tes jambes sur ta poitrine maintenant !

Je m'exécute, la vue est exceptionnelle, je suis face à la Webcam, ma chatte en premier plan à 30 cm et mon visage en deuxième plan, il se branle tout en m´insultant, je suis humilié, je reste dans cette position durant 20 minutes.
- Tu mouilles salope ! Je le vois ! Mets-toi un doigt ! Mets-toi des claques sur tes fesses ! Crache sur ta chatte !
Ecarte ton trou ! Ah salope, je n'ai jamais vu une petite pute comme toi ! Je vais t'ouvrir la chatte, je veux faire de toi une vraie chienne !

A ce moment, il éjacule abondamment sur son ventre, sur ses cuisses, ça coulait de partout ! J’étais impressionnée, il s'essuie et remonte la cam au niveau de son visage et m'ordonne de me toucher et de me faire jouir, toujours dans la même position avec mes jambes relevées jusqu'à mon cou. Je me saisis de mon sexe et commence tout doucement à me branler, il ne rate rien du spectacle. Il regarde attentivement.
Après environ cinq ou 10 minutes, je jouis comme une folle sur mon ventre. Ce gars sait comment me traiter, je n’ai jamais ressenti autant de plaisir, je sens qu'il est expérimenté, attentionné.
J'étais toujours un petit peu gêné mais j'adorais ça, on a discuté encore comme ça de longues soirées sexuelles, je le sentais dur et sévère, on a fait connaissance, il m'expliqua sa vie : sa femme perdue, son boulot, son envie d'avoir une jeune travestie soumise à lui.

Après plusieurs semaines, il se montrait de plus en plus insistant et impatient qu'on se rencontre en vrai.
Pendant ces longues semaines que nous avons passées à discuter et à me soumettre régulièrement, il me disait de brancher la cam, de me masturber les jambes en l'air et de jouir ainsi dans ma bouche. Il m’ordonnait de marcher devant lui pour m'humilier, de tourner sur moi-même, de me palper les fesses pendant que lui se branlait.
Au bout d'un moment, je pensais tout le temps à lui, il a réussi à entrer dans ma tête. J’étais chez mes parents, je décide de lui envoyer un message en lui disant que je suis prête pour une première rencontre. J'ai reçu la réponse quasi instantanément : Demain 18 heures. Rasée en string et plug dans la chatte !

Rien d'autre. J'ai passé la nuit entre excitation, appréhension, me demandant à moi-même si j'allais lui plaire, s’il n'allait pas me violer, si j'aimerais ça, c'était un tournant de ma vie.

Le lendemain, je me réveille à 11h du matin, mes premières pensées sont pour Pierre ainsi que le reste de l'après-midi, je ne cesse de penser à lui. Je prends une douche, prends soin de raser le moindre poil sur mon corps, je suis lisse. Je me passe les mains partout sur le corps en pensant à Pierre, je bande vraiment dur mais j'ai décidé de ne pas me branler.
Une fois sortie de la douche, je me sèche, étale de l'huile partout sur moi, ensuite un peu sur mon plug (acheté en ligne sur un site chinois il y a peu de temps) que Pierre m'a demandé de me mettre. Je me le suis déjà mis plusieurs fois à sa demande, mais c'est pas toujours facile à faire rentrer, donc j'y vais progressivement, en me doigtant, un doigt, puis deux, puis j'enfonce le gode dans mon trou. Il fait 10 cm de long et 4 cm de large. Une fois dedans, je mets un string rose à dentelle que j'ai piqué la veille à ma belle-mère. Je mets aussi un petit soutien-gorge rose et un petit haut noire par-dessus, des bas noirs auto fixant. Je me regarde dans la glace, je me trouve vraiment aguicheuse et très salope, j'espère que ça plaira à Pierre. Je mets des vêtements masculins par-dessus un jeans, ma veste et mes baskets.

Je sors de chez moi, j'habite à environ 20 minutes de chez Pierre. Pendant que je marche, je sens le plug bien s'installer dans mon cul, L'intérieur de ma veste frotte mon nombril. Personne ne peut se douter que, derrière mon apparence de jeune homme, j'allais bientôt me faire traiter comme la dernière des chiennes, comme dans les films pornos que je regarde régulièrement seul chez moi en cachette. J'ai longtemps fantasmé mais cette fois, c'est du réel, c'est moi qui vais y passer. J'arrive près de chez Pierre, je me retrouve devant chez lui dans un beau quartier de maisons de maître, je suis devant sa sonnette depuis environ 30 secondes, j'hésite, il est 18 heures pile.
Mon hésitation s’interrompt très vite lorsque j'entends la porte d'entrée s'ouvrir, je vois Pierre s’approcher tout doucement, il faisait presque une tête de plus que moi. Il a dû me voir arriver.
- C'est bien, tu es à l'heure Samia, entre Poufiasse ! (Samia, c'est le nom qu’il m’a donné, un dérivé de mon vrai prénom masculin)
- Bonjour Pierre, dis-je en baissant les yeux, je sens mes joues rougir.

Il referme la porte derrière moi à clé, il me prend par le menton avec sa main droite et m'embrasse, je sens sa langue rentrer dans ma bouche assez profondément, il la tourne, je ne peux plus respirer, il m'étouffe avec sa langue. Je n’avais jamais embrassé un homme auparavant. Il me relâche :
- Va te changer à l'étage, salle de bain première à gauche, ensuite rejoins-moi dans le salon !
- OK chéri.

Je monte les escaliers de cette belle demeure pendant que lui se dirige vers le salon. Cinq minutes plus tard, je suis prête, mon cœur bat la chamade, j'ouvre la porte et je descends vers le salon. Pierre est assis dans un grand fauteuil en cuir beige, c'est grand chez lui, j'avance vers lui, il me regarde. Il me dit de venir m'asseoir sur ses genoux, j'avance, je passe un bras autour de son cou et m'assois sur ses genoux, je sens ses mains se balader partout sur mon corps, sur mes hanches, il agrippe mes fesses, mes cuisses.
- Tu es splendide ma belle ! Il me fourre à nouveau sa langue dans ma bouche
- Moum…hum…Mer...ci.
- C'est ta première fois, Salope ?
- Oui.
- Ne t'en fais pas, ça va aller, veux-tu boire un verre ma belle ?
Il me tend un verre, ça sent fort l'alcool, on dirait du whisky mais je ne sais pas exactement, on trinque ensemble pendant que ses mains continuent de se balader un peu partout. Je termine mon verre coup sec.
- Tu es bonne, je vais prendre mon temps avec toi ma chérie. Mets-toi debout !

Face à lui, debout entre ses jambes, comme une enfant que l'on punit, il remarque que je bande à travers ma culotte. Il glisse sa main entre mes jambes et me caresse.
- Tourne-toi petite pute, cambre-toi bien !
Une main remonte de mon genou jusqu'à mon entrejambe, le bout de ses doigts frôle mon sexe et son pouce appuie sur le plug, ce qui me fait gémir.
- Tu gémis comme une fille, salope ! Je vais te baiser, te dévergonder !

Il gifle mes fesses, saisit mes hanches avec ses deux mains en même temps, il écarte mes fesses et il joue avec moi de longues minutes comme ça. Je ne me suis jamais retrouvé ainsi devant un homme qui me traite comme son objet. J'adore ça !
Il me retire le plug et il commence doucement à me goder avec. Ça fait du bien. D'un coup, il se relève, Face à moi, il défait sa ceinture et laisse tomber son pantalon à ses chevilles et le projette à quelques mètres avec son pied. J'hallucine, il ne porte rien en dessous, je vois son sexe dressé, une énorme trique : d’après lui, 18 cm sur cinq, un gros gland, il a passé une sorte d’anneaux à la base de son pénis. Je fonds, elle semble énorme !
- A genoux, salope ! On va voir de quoi tu es capable. Mains dans le dos !

J'obéis, je sors la langue en le regardant dans les yeux, Je suis docile face à cet homme, il frotte son gland sur ma langue, frappe son sexe sur mes joues et mon front. Il écrase son zob contre mon visage. C'est trop bon !
Il me le fourre dans la bouche, je commence alors à le sucer, la bouche grande ouverte au maximum, sa bite remplit ma bouche alors que je n'ai que son gland. Je place ma main pour le branler, il me rappelle à l'ordre :
- Mains dans le dos !
Ma mâchoire me faisait un peu mal, je ne m'attendais pas à un si gros calibre.
- Va falloir que je t'apprenne la gorge profonde, petite pute !

Il prend son pied avec ma bouche, je le regarde, il relève la tête, il pousse sur ma tête À plusieurs reprises, il ne manque pas de me faire avaler de travers. De longs filets de bave et de salive coulent sur mon menton, sur mes bas nylons, et sur le tapis.
Après un long moment, il pousse à nouveau sur ma tête, il m'étouffe vraiment et ne relâche pas la pression. Il continue d'appuyer avec sa main sur ma tête, il s'enfonce encore plus dans ma gorge, je suis sur le point de vomir. J'essaye de résister mais il pousse encore plus avec sa main et ses hanches.
- Sale chienne !

Je tente de pousser sur ses jambes avec mes mains pour qu'il me libère. Sa bite m'écartèle la mâchoire, je ne sens plus rien à part du liquide chaud au fond de ma gorge. Ça ne s'arrête pas, ça semble interminable, il jouit de ma bouche. Son sperme déborde de ma bouche. Il se retire, il recule un peu, je manque de tomber, je me remets un peu de mes émotions, je reprends ma respiration pendant que son pouce racle le jus qui a coulé sur le côté de mes lèvres. Il a l'air satisfait de moi.
Il s'assoit, moi je reste à genoux devant lui, il me regarde alors, vautré dans son fauteuil, les bras écartés. Il se saisit de mon verre et me sert un verre de whisky sec, je bois quelques gorgées, j ai la tête qui tourne.

Il m'embrasse langoureusement, me lèche le visage, sa main droite descend vers ma culotte, il me tripote partout, les seins, les fesses, il se glisse dans ma culotte et se saisit de mon sexe qui semble minuscule dans sa main. Après quelques va-et-vient, il lâche mon sexe, ressort sa main dans ma culotte.
- Nettoie ma queue !
Il ne bande plus, je m’applique. Malgré qu'il ne bande plus, je n'arrive pas la mettre entièrement dans ma bouche car elle est trop grosse mais je fais de mon mieux.
- Tu es divine ma belle, tu es sure de ne jamais avoir sucé auparavant ?
- Oui je te le jure. Lui dis-je en souriant et en reprenant mon travail.
- Je vais te rendre accro à la bite, je vais te rendre nymphomane !
J'acquiesce de la tête avec sa bite dans la bouche qui recommence à durcir.
- Tu as déjà fait une partouze ? Me dit-il
- Non jamais.
- Tu aimerais ?
- Oui, pourquoi pas.
- J'ai un ami qui sera heureux de te rencontrer. Ça te plairait qu'on te prenne à deux ?
- Oui chéri, c’est un peu mon rêve.
- C'est bien petite salope, je n'en attendais pas moins. Ton dressage ne fait que commencer.

Il bande à nouveau très dur dans ma bouche, il se relève, je le suis vers les escaliers. Il ne manqua pas de m'envoyer de grosses claques sur les fesses, ce qui faisait trembler toute ma jambe et la graisse de mes fesses et de me déséquilibrer. Le plug toujours calé dans ma chatte, je monte les escaliers devant lui, il se rince l'oeil.
- Tu as un corps de fillette. Me dit-il en arrivant dans la chambre.

Je reconnais directement cette chambre spacieuse avec un grand miroir sur la tête de lit et un autre juste en face sur une garde-robe, c'est de là qu'il m'a envoyé ses premières photos. Il me dit de me mettre à quatre pattes sur le bord du lit, je m'exécute et je me demande ce qu'il va se passer : vais-je avoir mal, que va-t-il faire de moi ?
Cet homme m'impressionne par son autorité et je remarque qu'il bande encore.
Son radioréveil indique 19h00,
Déjà une heure que je suis avec cet homme. Je sens mon plug sortir tout doucement, Pierre tire dessus.
Une fois sorti, il baisse ma culotte à mi-cuisses. Il malaxe délicatement mes bourses, me branle un peu et je sens sa barbe me picoter les fesses, une douceur incroyable m'envahit, il me lèche littéralement toute la raie, il me la bouffe de haut en bas avec sa grande langue, il me pénètre, je sens sa langue me baiser, il crache, bave sur mon cul.

J'ai l'impression de jouir, je suis au septième ciel, j'adore ça ! Il s'arrête, je me retourne pour le regarder, il fouille dans sa table de nuit pour prendre un flacon d'huile ou de crème et il me sourit. Je suis toujours à quatre pattes, il ouvre le flacon et en déverse une bonne dose sur le bas de mon dos, c'est froid ! Il étale tout sur mon dos, mes hanches, mes fesses, mes cuisses, mon bas-ventre avec ses deux mains. Son sexe dur frotte contre mes fesses, son gland est à deux doigts de rentrer dans mon trou, je suis tout huilée. Il joue avec son zob dans ma raie, c’est trop bon ! J’aime trop ça !
- Veux-tu être ma femme ?
- Oui !!!
- Grosse pute, c'est bon ! Pourquoi je ne t'ai pas connu avant ? Et il s’enfonce en moi.
Je sens une douleur énorme qui m'arracha un cri de femelle.
- Aie !!! Ah !!! Ça me fait trop mal !!! Criai-je.
- Ça va aller ma belle, je vais te dévierger, je vais t'apprendre à jouir ! Je t'ai juste mis mon gland, salope ! Ce n'est rien, t'es à moi, tu m’appartiens ! Tu es ma femme !

Il ne bougeait plus. Son gland dans mon trou, il me claque très fort les fesses. Ouvrant ma chatte, il rendra plus profondément en moi, j’ai l'impression qu'il me casse en deux ! C’est très dur, comme du bois, très épais !
Et lui, il continue de me fesser très fort, j'essaye d'éviter ses coups qui me tombent dessus car mes fesses me brûlent. Je me dandine, je remue d'avant en arrière, de gauche à droite, pour esquiver les gifles. Je me vois dans le miroir tel une vraie chienne, Pierre, derrière moi, m'écartant les fesses.
Je remarque qu'il fait de grands allers retours dans ma chatte, il ne perd pas de temps, son ventre contre mes fesses et il me donne de grands coups de hanches au ralenti. Je me sentais de plus en plus ouverte. Cambrée, j'étais en train de vivre mon fantasme même si c’est très douloureux.

Il se plante au fond de moi, son ventre pend sur mes fesses, il se rapproche de mon oreille :
- Mets-toi sur ton dos, salope !
Je me retire et me place sur le dos.
- Jambes en l'air !
J'obéis. Pendant ce temps, je vois qu’il enduit sa queue de crème et ensuite, il se positionne de tout son poids sur moi, mes jambes sont au-dessus de ses épaules. Je me sens coincée, il est lourd. Il m’embrasse. Je ne me savais pas aussi souple.
- Je vais te faire jouir ma chérie ! Dit-il.

Je passe mes mains sur son torse poilu, mes bras autour de son cou. Il dirige son chibre avec sa main droite et rentre en moi d'un seul coup. C’est profond, j'ai mal, je gémis, je crie comme une femelle.
- Ne t'inquiète pas, je vais te faire jouir salope ! Il me répète sans cesse cette phrase.
- Ca me fait trop mal…
- Si tu as mal, c'est que tu jouis ma belle ! Me répondit-il.

Il me baise vraiment comme une femme, il entre et sort brutalement, je me sens toute petite face à ce taureau. Je gémis comme une fille, lui ne dit plus rien. Il respire très fort.
Après 15 ou 20 minutes, il se redresse en arrière, il sort sa queue et la prend en main. Il m'éjacule dessus, j’ai les jambes écartées, il m'en met partout : sur mon ventre, sur mon sexe, mes couilles, ça coulait de partout ! Lui, il se tenait devant moi.
- Branle ton clitoris, sale pute !

Je prends mon clitoris en main, il est tout dur, il est collant, plein de sperme ! Ça coule de partout !
Je me branle doucement, mon clito glisse entre mes mains, son jus commence à couler sur ma chatte. Il me doigte avec un doigt, son sperme en guise de lubrifiant, puis fourre son doigt dans ma bouche, je jouis en même pas 2 minutes !

Dans un bain de sperme, je me sentais totalement humiliée .Après cela, il était déjà tard. Je dois y aller, je me rhabille sans même me laver, pleine de sperme, je pue le sperme et le sexe ! Il me propose de me raccompagner. J'accepte.

Sur la route, il me dit qu'il voudrait qu'on se voie régulièrement. Je lui ai promis que oui et que, dorénavant, je serais son épouse soumise et sa pute vide-couilles. Il me déposa devant chez moi, nous échangeâmes nos numéros de téléphone…et je rentrai chez moi.

FIN


21 appréciations
Hors-ligne
Ce n'est que le début Samia, je te vois bien devenir une coquine de dévergondée

5161 appréciations
Hors-ligne
C'est ce que je suis devenu(e) aujourd'hui : un mari travesti, soumis et cocu volontaire !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 274 autres membres