lailatvx

lailatvx

Je suis devenu sa femelle 2

5084 appréciations
Hors-ligne
Je vais rentrer dans le jeu qu'Alain me propose, cela m'excite et puis ma vie est tellement triste et banale que cela ne pourra que la rendre plus excitante. Je crois qu'il a raison quand il dit que j'ai envie de porter de la lingerie, je crois que je l'ai toujours voulu mais que je ne voulais pas me l'avouer.
Bon alors, il veut que je sois « épilée comme une femme »
Je vais dans ma salle de bain et me mets nu devant le miroir. Je me trouve difforme, De grosses cuisses, un gros cul, des petits mollets, des épaules et des bras fins, des petits pectoraux et un long cou. Ah oui, j'oubliais et une petite bite, 4 cm au repos et 10 cm en érection !

Je regarde sur Internet les solutions qu'il propose : rasage, épilation avec une crème, épilation à la cire…je ne pensais pas qu'il y avait autant de solutions ! La plus simple c'est le rasage ou la crème épilatoire. Il est déjà 11h, on est dimanche, il faut vite que j'aille faire des achats si je veux pouvoir me préparer pour ce soir.
Je m'habille vite et sors de chez moi, direction la superette. Je fais quelques courses pour manger et je passe dans le rayon des produits de beauté féminine. Je ne me sens pas très à l'aise et cela doit se voir. J'ai trouvé la crème épilatoire, j'en prends 2 tubes. Je trouve aussi une crème apaisante, cela doit être utile, je la prends également. Enfin, je passe devant le maquillage mais je ne m'arrête pas, il ne m'a pas demandé cela.

Je me dirige vers la caisse et j'entends :
-Bonjour toi !
J'ai sursauté en entendant sa voix, encore un coup de chaud !
-Bonjour Alain
Il me fait la bise et me dit à l'oreille en passant sa main sur ma taille :
-J'ai l'impression que l'on va se voir ce soir ma belle ! Comme tu as fait le choix que j'espérais, tu auras un colis dans ta boite aux lettres en rentrant.

Je ne réponds pas, je n'y arrive pas.

Je suis tout chamboulé par ce nouvel échange avec cet homme qui me fait envisager des choses encore impossibles il y a 8 jours. Je paye mes achats devant une caissière surprise par le contenu de mon panier. Je mets dans mon sac et je rentre. Ma boite aux lettres est vide, il ne doit pas être encore rentré.
Je rentre dans mon appart et lis le mode d'emplois. Je me passe la crème sur tout le corps sauf le pubis, j'attends le temps nécessaire et je l'enlève. Quelle sensation étrange ! Je passe la crème apaisante sur mon corps tout lisse et doux. Il faut que je m'occupe de mon pubis maintenant, j'ai vu suffisamment de pubis sur Internet pour imaginer ce que je dois faire. Je prends ma tondeuse à cheveux et je réduis ma toison à un triangle de poils très court au-dessus de mon clitoris.
Je me regarde dans le miroir et je trouve cela plutôt pas mal. Mon corps qui ressemble à rien en tant qu'homme ressemble à quelque chose si on le prend pour un corps de femme.
Avant que j'oublie, il faut que j'aille récupérer mon colis. Je suis tout excité. Cela commence à me plaire. Je mets un jogging, un tee-shirt et je descends aux boites aux lettres. Je l'ouvre et trouve un colis et une lettre.
Je remonte et m'installe pour lire la lettre. Patrick a écrit sur la lettre « pour Aline », je trouve cela mignon.

« Ma FEMELLE,
Comme je m'y attendais, tu as envie de jouer avec moi et je suis très excité. Tu verras, ce ne sera que du plaisir, des sensations nouvelles et des découvertes pour toi ! Dans le carton, il y a de quoi finaliser ta transformation. Je te laisse le temps de te préparer. A ce soir ma belle !
Un conseil : entraîne-toi, je te veux parfaite ! ».

J'ouvre le carton : c'est une nouvelle découverte et de nouvelles sensations. Il y a une boite à chaussure qui contient des bottines noires à talon carré, une robe pull marron, une boite avec des prothèses mammaires adhésives, celles que les femmes utilisent pour augmenter leur décolleté et une boite contenant un objet médical, dont je comprends rapidement l'utilité en lisant le mode d'emploi.
Je suis très excité par ces nouveaux cadeaux, mais celui qui m’effraye le plus est la canule de lavement. Jamais je n'ai eu envie de relation avec un homme, jamais je n'ai imaginé qu'un objet quel qu'il soit pénètre mon corps par cet orifice.
Il est déjà 14h, je n'ai pas vu le temps passer. Je n'ai pas faim. Je suis comme avant un examen devant un jury : j'ai chaud et froid à la fois, faim et pas faim, envie et pas envie, je suis fatigué d'un seul coup comme si je venais de finir un marathon…
Je décide d'aller faire une sieste pour essayer de reprendre des forces. Je me déshabille et m'allonge nue dans mon lit. J'avais oublié que j’étais vraiment "nu" sans aucun poil à part mon pubis. La sensation de la couette sur mon corps est divine, je me découvre à aimer ce contact. Je m'endors en bandant.

Je me réveille en sursaut : où suis-je ? Est-ce que j'ai rêvé ?
Non, je touche mon ventre et il est lisse. Mes cuisses, mes jambes, mes bras, mes fesses, tout est lisse ! Il est déjà 18h, j'ai dormi 4 heures, je me sens reposé. Mais dès que je repense à ce soir, j'ai un mélange d'angoisse et d'excitation qui revient, je n'arrive pas à contrôler cette sensation qui me donne l'impression d'être ivre en permanence.
Bon, il faut que je me prépare. Avant tout, je dois raser ma barbe. Sur un site Internet consacré aux travestis, j'ai lu que pour la barbe, il ne fallait pas utiliser la crème épilatoire mais se raser juste avant ses rendez-vous.
Ensuite, je dois me rendre propre, comme il est dit sur le mode d'emploi de la canule. Je suis les indications et fais les opérations dans l'ordre : 3 fois de suite comme il faut. Je me sens "propre" et la sensation n'est pas si désagréable. Je prends une bonne douche, m'essuie et je mets un parfum que je n'utilise jamais parce que je le trouve trop ambré.

Je n'ai toujours rien essayé et j'ai hâte de passer ces vêtements. Je commence par le tanga. Je le fais glisser doucement sur mes cuisses et je le mets en place. Il est pile à ma taille, mon zizi tient parfaitement à l'intérieur et rien ne dépasse ! Je me regarde dans le miroir, c'est joli. Je fais comme les femmes et regarde mon cul, c'est sympa parce que le tanga rentre dans le sillon de mes fesses mais en laissant une partie de dentelle visible.
Mon petit sexe est très bien dissimulé et il fait une toute petite bosse quand je me regarde de profil.
J'installe les prothèses. Elles collent bien et sur mes pectoraux, cela donne une petite poitrine. Je suis dans un corps qui n'est plus le mien.
Maintenant, c'est au tour du soutien-gorge, j'en ai suffisamment enlevé pour connaître le principe, mais je m'aperçois qu'en mettre un est plus difficile qu'on ne le croit. Après 5 minutes, je réussis à le positionner et le régler parfaitement. Lui aussi est parfaitement à ma taille. Cet homme a le compas dans l'œil, c'est extraordinaire ! On verra si, pour le reste des vêtements, il aura été aussi perspicace.

C'est au tour des bas. Ayant déjà vu les femmes le faire dans les films, j'adopte la même méthode et y arrive assez facilement. Ils m'arrivent à mi-cuisses et là encore, c'est la bonne taille. Je ne pensais pas qu'avec mes jambes longues, il existe des bas qu'y m'aillent !
Je descends dans le salon pour me voir dans les grandes fenêtres parce que je ne me vois pas complètement dans mon miroir de salle de bain. Il faut que je pense à m'acheter un miroir en pied.
Ouah, cela me va bien et mon corps est vraiment fait pour cela ! Je me sens bien. Je suis sereine et plutôt jolie.

Maintenant, les chaussures ! Super, elles sont à ma taille ! Le talon doit faire 8 cm. Heureusement qu'il est carré, je me sens stable. Il faut que je marche avec.
Les débuts sont hésitants, voir périlleux. Je me tiens aux murs, aux chaises, à la table et finis par trouver mon équilibre au bout de 20 minutes. Mais je n'avais pas pensé que 1m90 plus 8 cm, j'approchais des 2 mètres et je me cogne dans les portes et les lustres. Cela me fait sourire et je me dis qu'il va falloir que je fasse très attention à ma tête.
Il est déjà 20h. Je passe la robe. C'est facile, je l'enfile comme un pull. Elle m'arrive juste au-dessus des genoux et moule légèrement mon corps. Tout est à ma taille, il faudra qu'il m'explique comment il a fait. Si je fais abstraction de ma tête, je vois le corps d'une femme dans le reflet de la fenêtre.

Encore 2 heures à patienter. Je me sens bien, mais le malaise revient.

-Qu'est-ce que je suis en train de faire ? Mais je me sens bien habillée comme cela.
-Dans quels jeux je me lance ? Je suis un hétéro bordel ! Je joue à quoi ? Oui mais cela me fait envie.
-Je suis un homosexuel refoulé depuis toutes ces années ? Mais non, j'aime les femmes et dans cette tenue, je me sens femme.
-Je suis déguisée pour un bal costumé ? Non, j'ai vraiment le sentiment d'être dans mes vêtements.

J'espère trouver des réponses à mes interrogations. Il est 20h30. La tension monte. J'ai une boule au ventre comme avant mes premiers RDV d'adolescence. Je me sers un verre, histoire de faire tomber la pression.
Je m'assoie sur une chaise et très naturellement, je passe la main sur l'arrière de ma robe pour m'asseoir et je croise les jambes comme j'en ai l'habitude. Cela me rappelle sa remarque lors de notre première soirée et c'est vrai que c'est féminin. Je découvre aussi une nouvelle sensation : c'est le contact de la peau lisse des cuisses au-dessus des bas. C'est très agréable !

J'essaye d'imaginer la soirée avec envie, anxiété et excitation. Mon téléphone sonne. Encore un numéro masqué, un dimanche soir, ce doit être de la pub. Je laisse sonner. Tiens, j'ai un message, c'est rare pour de la pub. Je fais le code de ma messagerie et j'écoute : C'était lui avec une voix douce et suave que je ne lui connaissais pas :

« Bonsoir ma belle, j'espère que ça va et que tu es prête à changer ta façon de voir ta vie. Je pense que tu es déjà habillée et que tu patientes en attendant l'heure de notre rendez-vous. Je suis sûr que tu as une boule au ventre en te demandant ce qu'il va se passer.
Ne t'inquiète pas, il ne se passera rien que tu ne veuilles et dont tu as envie. Je vais passer une belle soirée avec une charmante femme. Tu peux venir quand tu veux maintenant. Après 22h, il sera trop tard ».

Je repose le téléphone sur la table. Le message est rassurant mais demande de prendre une décision. Je me sens bien habillée comme cela, mais est-ce que je veux aller plus loin avec un homme ?

Je bois mon verre doucement. Il est 21h. Je me lève, je cherche mon équilibre. Je me stabilise, repositionne ma robe, me regarde à nouveau dans la fenêtre. Je me dirige vers le placard de l'entrée, prends mon manteau et le mets.

Je me regarde dans la vitre, j'ai froid, j'ai peur, j'ai envie…

Je mets mon téléphone dans ma poche, ferme mon manteau, m'approche de la porte de mon appart. Je déverrouille la porte et regarde s'il n'y a personne dans le couloir. Je sors, mes jambes tremblent tellement que j'ai peur de tomber !

Je monte à l'étage supérieur dans le noir en m'agrippant à la rampe d'escalier. Ça y est, je suis devant sa porte. J'ai l'impression que je vais vomir tellement je suis angoissée ! Je sonne. Il m'ouvre. Il me sourit. Il me prend par la taille et m'attire vers lui. Il me fait la bise. Je sens son bras fort dans mon dos qui me presse vers son torse. Je crois que je vais perdre connaissance.

-Bonsoir Aline, tu es magnifique ! Entre, je t'attendais…

20 appréciations
Hors-ligne
J'imagine très bien toutes les sensations qu'elle peut avoir dans des circonstances pareilles. J'attends la suite, mais je crois bien que ni elle ni moi ne seront déçus

5084 appréciations
Hors-ligne
Je t'embrasse très fort

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 258 autres membres