lailatvx

lailatvx

L'amant de ma mère 4

5385 appréciations
Hors-ligne
D’une main, je lui saisis la bite et de l’autre, je lui caresse le torse, tout en passant ma langue sur ses couilles bien pleines et poilues puis je remonte doucement le long de sa verge.

Une fois arrivée au niveau de son gland, Paul appuie sur ma tête pour me faire comprendre qu’il voulait que je le prenne tout en bouche. Je commence alors un va et vient un peu maladroit dû à mon inexpérience mais je sens le corps de Paul qui réagit, il se tend et laisse échapper des grognements de plaisir. Son excitation est de plus en plus grande, il glisse vers le bord du lit. Soudain, il relève ses jambes toujours écartées, j’en profite pour mieux lécher et malaxer ses couilles, ainsi accessibles. Mon amant est maintenant sur le dos, les jambes en l’air et bien écartées. Nous sommes l’un et l’autre dans un état second.

J’abandonne alors sa bite et je me concentre à lécher uniquement ses bourses. Ma langue se rapproche de plus en plus de la raie de ses fesses. Cela semble lui plaire car il soulève légèrement son cul et écarte ses fesses avec ses mains, m’indiquant ainsi le chemin à suivre. Ma langue se promène de ses couilles à son anus, je m’attarde sur son petit trou. Paul m’encourage à continuer, c’est tellement bon ! Tout en continuant à travailler son trou du cul avec mon index, je reprends ma pipe de plus belle. Au bout de longues minutes de travail acharné sur son membre, en titillant en particulier son méat avec la pointe de ma langue, je sentis tout d’un coup son sperme jaillir. Je fus au début surpris mais j’appréciais vite le goût de ce liquide blanchâtre, visqueux et épais.
« Tu es vraiment douée pour tailler des pipes ma chérie ! »
J’étais fier d’entendre Paul me complimenter, mais je me sentais un peu frustrée de n’avoir pas joui.

C’est alors que l’amant de ma mère et, désormais également le mien, prit un bas nylon et enfila sa main à l’intérieur. Ensuite, il entreprit de me branler ainsi en prenant bien soin de décalotter mon gland et de faire coulisser le bas sur la peau délicate de mon sexe. Ce dernier ne devait pas faire plus de neuf centimètres en érection mais cette sensation tellement soyeuse et agréable me fit un effet immédiat. En 30 secondes, j’eus l’orgasme de ma vie, d’ailleurs le sperme coulait à flot de mon sexe et maculait le bas.
Je compris ce jour là que j’étais éjaculateur précoce !

Paul, heureux de son fait, me dit : « Sarah, dorénavant tu ne jouiras que par ce moyen là ou par ton anus ! Je ne veux plus que tu te branles. C’est bien compris ? »
Un peu surprise par cet élan d’autorité, je me rebellais quelque peu.
« Non mais ça ne va pas ? Je fais ce que je veux de ma vie et ce n’est pas toi qui vas me dire ce que j’ai à faire. »
« Vraiment ? » me répondit-il, avec un petit sourire en coin.
« Regarde petite sotte, tu vois sur mon bureau la webcam de mon ordinateur ? Eh bien, tout a été enregistré, il y a même quelques voyeurs de ma liste sur MSN qui ont dû profiter du spectacle. »

Tout d’un coup, je me sentis désemparée, mon cœur battait la chamade, je sentis mon visage s’empourprer. Un sentiment de honte terrible me submergea.
« Petite conne, tu croyais peut-être que tu allais te taper le mec de ta mère comme ça et au revoir ? Idiote ! Maintenant, tu seras mon petit vide couille personnel, tu seras à ma disposition. Mon « fucktoy » comme disent les anglo-saxons. »
Je restais prostrée, sans voix.
« Si jamais tu refuses, cet enregistrement ira directement dans les boîtes mail de tes amis de la fac, ainsi bien sûr qu’au travail de ta mère chérie qui verra qu’elle a engendré non pas un mâle mais une lope féminisée. »
Je ne savais plus où me mettre, j’avais débandé depuis longtemps, mon petit sexe pendouillait entre mes jambes. Je sentis les larmes affluer aux coins de mes yeux. Je chialais comme une gonzesse ! Merde, Paul a raison : je suis une vraie fillette !

« As-tu bien compris Sarah ? À partir de maintenant, tu es à mon entière disposition ! »

Je bredouillais un oui quasi inaudible.
« Très bien, commençons maintenant alors, ta mère ne rentre que dans une heure. J’ai largement le temps de goûter à ton cul de pucelle… »


145 appréciations
Hors-ligne
Hmmmmmmmmm ouiiiiii j'adore être la vide couilles de mâles. Bisessssssssssssssssss

5385 appréciations
Hors-ligne
Moi aussi ma chérie, j'ai longtemps été une vide-couilles surtout au collège et au lycée quand j'étais élève interne. Mais maintenant, les occasions se font rares

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres