lailatvx

lailatvx

Comment je suis devenu une femelle 2

4151 appréciations
Hors-ligne
Dimanche soir, ma soeur est repartie à la fac.

Ma sœur laissait son linge sale à la maison. Alors, dès qu’elle a franchi la porte, je me suis précipité à la panière pour y trouver, comme je l’espérais, la robe qu’elle portait la veille. Là où j’ai eu plus de chance, c’est qu’elle n’avait pas pris ses bottines à talons avec elle. En fait, je voulais m’habiller comme elle quand, mercredi, j’irai voir Farid. Je serai sa copine, sa femelle. Je le ferai craquer, je lui donnerai envie de moi…

J’ai caché le tout dans ma chambre puis je suis allé chercher son carton contenant ses dessous frivoles. Je me suis enfermé à double tour et j’ai commencé mon inspection en toute tranquillité dans ses sous-vêtements.
Je suis tombé en extase devant un serre taille avec porte-jarretelles et un soutien-gorge assorti avec des petits coussinets et une bande de dentelle qui en faisait une brassière. Il y avait aussi la petite culotte pour compléter l’ensemble. Le tout me semblait très à propos pour me transformer. Mon choix était fait et je suis passé à l’essayage. J’ai découvert qu’il était bien plus pratique d’agrafer sur le devant et de tourner ensuite les dessous plutôt que de se contorsionner pour les mettre en place. Ça faisait partie de l’apprentissage…
J’ai aussi trouvé une paire de bas mais sans clip. Ils étaient en nylon. Quand je les ai enfilés et accrochés aux jarretelles, c’était fantastique ! Tellement plus soyeux qu’à l’accoutumée et ils tiraient mon serre taille vers le bas, me procurant des caresses sur les cuisses et les fesses encore inconnues. Je me suis demandé si une vraie fille appréciait comme moi cette sensation ou si c’était seulement l’impression de changer de sexe en mettant ces ornements typiquement féminins qui me troublaient…

Puis, j’ai passé la robe et j’ai chaussé les bottines : ce fut merveilleux ! D’abord parce que mon image, ainsi vêtu dans la glace, me plaisait beaucoup. L’échancrure de la robe laissait paraître la dentelle de ma brassière. Les coussinets me dessinaient un semblant de poitrine et être perché sur des talons était merveilleux. J’étais comme hypnotisé par mon allure de fille qui me semblait tellement crédible.
Je ne sais plus combien de temps j’ai déambulé ainsi vêtu dans ma chambre mais je me souviens que l’idée de sexe pur avec Farid était passé au second plan. Je profitais de ma nouvelle condition avec bonheur, travaillant ma démarche avec ces nouvelles chaussures, m’entraînant à m’asseoir avec ma robe, recherchant à améliorer mes attitudes et mes gestes pour devenir femelle…Je me souviens aussi que lorsque j’ai quitté les bottines, j’ai réalisé que j’avais des tiraillements dans les mollets et c’était un peu comme quand on a fait du patin à glace trop longtemps : on perd un peu ses repères…
Je vous passe les détails de la courte nuit qui s’en est suivie car le paquet de kleenex y est passé et je n’ai quitté la robe que le matin pour me préparer à partir au lycée…

Lundi, une longue journée.

J’étais plus que distrait en cours. Impossible de me concentrer. J’avais tellement mieux à penser. D’autant plus que Farid n’était plus le même. Il me regardait bizarrement. Il était distant et me cherchait en même temps. Je crois qu’il attendait mercredi avec autant d’impatience que moi : un mélange de gêne et de connivence s’installait entre nous : peut-être simplement le désir qui montait. Mais qu’attendait-il vraiment de moi ? Serai-je à la hauteur de ses attentes ? J’avais un peu peur…

Enfin, la fin des cours ! Je suis rentré chez moi en 4eme vitesse car j’avais une lubie qui me taraudait l’esprit depuis le matin : je voulais encore perfectionner mon look et cette fois, je me suis enfermé dans la salle de bain. Après m’être habillé en fille, j’ai fouillé dans le maquillage de ma mère ! Devant la glace, j’ai recouvert mon visage de fond de teint, j’ai mis de la poudre sur mes joues (que j’ai dû pas mal estomper, pas facile quand on est novice), j’ai mis du crayon sous mes paupières, de l’eye-liner et du mascara sur mes yeux et du rouge à lèvre. C’était saisissant ! C’est fou comme si peu de détails peuvent faire tant de différences ! J’étais JOLIE, un peu garçonne à cause de mes cheveux courts, mais apprêtée et maquillée, aussi incroyable que ça puisse paraître, mon reflet me faisait de l’effet à moi-même! J’ai repensé à ce que m’avait dit Farid la première fois : « dommage que tu ne sois pas une vraie gonzesse ! ».
Mon chéri, dans 2 jours, tu ne diras plus la même chose…

Mardi, un peu de fatigue.

Les nuits étaient courtes. A force de m’amuser toute seule, je manquais certainement de sommeil. Je me sentais un peu lascive. Et puis il s’est passé un drôle d’événement en cours de chimie : discrètement, Farid m’a demandé s’il pouvait toujours compter sur moi le lendemain. Sans le regarder, je lui ai répondu que bien sûr et que j’avais même une petite surprise pour lui. Et sans le préméditer, j’ai posé ma main sur son entrecuisse et je me suis mise à lui frotter le zob à travers son jean sous la paillasse pendant que le prof continuait son cours ! Il s’est laissé faire comme si de rien n’était. Il bandait et je devinais tout son zob sous mes doigts. J’aurais donné n’importe quoi à cet instant pour le déboutonner et lui prendre son chibre à pleine main ou mieux, à pleine bouche ! Plus qu’un jour…

Mercredi, toute folle.

Je n’ai rien pu avaler au petit déjeuner. J’étais toute tremblante. La veille, j’avais préparé mon sac à dos avec la robe, les bottines et le maquillage. Les dessous, je les avais déjà sur moi.
Nous étions en histoire géo :
-Tu viens à quelle heure ?
- Faut que je passe chez moi vite fait et j’arrive dès que je peux.
- Je t’attends, touche : j’ai déjà envie !
Pas besoin de toucher, son pantalon tout déformé ne cachait pas son érection…

Quand la sonnerie a retenti, je suis partie en courant. Arrivée chez moi, j’ai pris soin de m’introduire deux grosses noix de beurre dans le derrière, j’ai attrapé mon sac et je suis vite partie chez Farid. Il devait m’attendre.
Il m’a ouvert la porte avec un sourire :
- Alors, c’est quoi ta surprise ?
- Attends, tu vas voir ! Je vais dans la salle de bain.
- T’as des trucs dans ton sac à dos ?
- Peut-être. Laisse-moi quelques minutes…

J’ai fait au mieux pour m’habiller et me maquiller au plus vite de peur qu’il ne s’impatiente. Puis depuis le couloir, je lui ai demandé de fermer les yeux et d’attendre que j’arrive. J’aurais voulu que la surprise soit totale mais je crois que le bruit de mes talons sur le carrelage l’a étonné et il a ouvert les yeux : il m’a vu arriver de loin, timide et le pas mal assuré mais satisfaite de sa réaction. Je n’oublierai jamais son regard à cet instant. Il ne s’attendait sûrement pas à une telle mise en scène de ma part.
Moi, ça faisait 3 jours que je m’y préparais et son attitude a dépassé toutes mes espérances…

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 233 autres membres