lailatvx

lailatvx

Je suis enfin devenu Femme

3663 appréciations
Hors-ligne
Comme tous les vendredi après midi, je me retrouve seule au bureau. Les employées étant parties, je me sens toute excitée à l’idée de m’habillée en femme car j’ai au moins 6 bonne heures à moi. Je vais chercher ma valise secrète dans mon armoire, tout le monde croit que c’est en cas de déplacements imprévus.
Je fais le petit nettoyage, dans la douche, de mon anus et insère mon plug, c’est pratique d’avoir une douche au bureau. Je mets mes bas noirs, guêpière violette et noire sur mes prothèses et string assorti ainsi qu’une petite robe noire moulante, légèrement transparente qui laisse entrevoir mes courbes. Faux cils, Maquillage, perruque brune et faux ongles, j’enfile mes escarpins de 12 cm afin de finaliser le tout…me voilà en parfaite petite secrétaire salope !

Je déambule de bureau en bureau, m’asseyant ici et là, me caressant de temps en temps mes jambes gainées. Je répondais au téléphone, finalisant quelques dossiers, persuadée d’avoir fermé la porte d’entrée.
Lorsque j’entends la sonnette m’indiquant l’ouverture de la porte, mon sang ne fit qu’un tour, je me cache … je me réfugie dans les toilettes, morte de peur et ne sachant quoi faire.
Après la première impression passée, je me rends compte dans la glace que je suis potable et que si je la joue bien, ça pourrait passer !!
Je me retape un peu, je jette un coup d’œil et aperçois un homme d’environ quarante ans, plutôt grand que je ne connaissais pas, dans la salle d’attente. Les cheveux grisonnants, un style méditerranéen, en un mot : pas mal !

La peur et l’excitation se mélangent dans mon esprit. Je prends mon courage à deux mains, racle un peu ma gorge afin de prendre une voix plus féminine et lui dis « J’arrive Monsieur », il me répond « pas de soucis, j’ai tout mon temps ! » Je sors alors de mon antre, juchée sur mes hauts talons et me dirige vers lui en souriant. Il me regarde d’abord bizarrement mais finit par me sourire en arrivant à sa hauteur.
« Bonjour, que puis-je faire pour vous ? »
« Excusez-moi, je croyais que c’était ouvert, je viens de m’apercevoir que non, mais je suis venu payer cette facture, car je ne suis là que quelques jours » me dit-il en me regardant de haut en bas, arrêtant son regard sur mes formes qui lui étaient visibles par la transparence de ma robe. Il ne pouvait pas voir mon sexe que j’avais coincé !
« Suivez-moi s’il vous plaît » je passais devant lui et il m’emboîta le pas.
J’ondulais la croupe sous l’effet de mes escarpins et je sentais son regard suivre ce déhanchement, cela m’excitait, mon anus se contractait sur le plug et me procurait du désir.

En arrivant à mon bureau, je me penchais en avant afin de prendre un stylo, mes fesses lui deviennent alors presque visibles par la transparence de ma robe ; je sentis à ce moment là une main se poser dessus, ma réaction aurait alors été de me retourner mais je n’en fis rien tellement j’en avais envie et que j’attendais qu’un homme pose ses mains sur moi. Moi, la petite travestie qui passait son temps uniquement à se goder devant des Webcams, j’avais un homme, en vrai, pas du virtuel !
« Joli cul la petite, tu aimes qu’on te les touche ? Vu comment t’es habillée, tu dois être une bonne salope, il doit être content ton boss ? »

Je me retournais et le fixais droit dans les yeux. Avant que j’ouvre la bouche, il me prit à pleine bouche et m’embrassa vigoureusement, je sentais sa langue balayer mon palais tandis que ses mains caressaient mes fesses. Ma main descendit sur sa braguette, elle était dure et me semblait bien grosse.
« Tu crois que j’ai pas compris qui tu étais…Un travelos ! » me dit-il en me maintenant par le cou avec sa main droite, la peur se voyait dans mes yeux.
« T’as de la chance, j’aime ça ! » et il me refourra sa langue dans ma bouche avec plus de douceur tandis que sa main droite s’amusait à titiller mon plug qu’elle avait trouvé ; je commençais alors à fermer les yeux, me laissant emporter par cette volupté. Ma main caressait toujours son sexe qui n’en finissait pas de gonfler.

Au bout d’un instant, il appuya sur mon épaule pour me faire comprendre ce qu’il voulait. Je me retrouvais accroupie devant cette braguette gonflée, j’entrepris alors de sortir ce que je voulais tant de son fourreau. Tout en le regardant, il me souriait. Je glissais ma main et sortis ce membre, ma main faisait à peine le tour et il devait bien faire 20 cm et 4 à 5 de diamètre, je le regardais de nouveau.
« Belle surprise ? » me dit-il, je lui répondis que par un « MMM… » En passant ma langue sur ma lèvre supérieure garnie d’un gloss.

Je commençais à embrasser ce gland rouge sang et posai mes lèvres autour en aspirant, il gémit en penchant sa tête légèrement en arrière. Je décidais de prendre cette belle bite dans ma bouche, j’ouvris bien grand et l’enfonçai au quart de sa longueur. Je sentais bien son odeur qui m’enivrerait, je m’appliquais mais je sentais qu’il en voulait plus. Il commença à faire des vas et viens avec son bassin, ce qui faisait que son sexe s’enfonçait de plus en plus profond, presque à en vomir. Il me disait des mots grossiers qui ne faisaient qu’accentuer mon désir. Je me masturbais en même temps avec mon plug.
« Vas-y, suce bien salope, t’aime ça hein ? Tu l’aime ma bite… c’est ça bonne petite chienne !! »

A chaque coup de butoir au fond de ma gorge, je gémissais ! Ses mouvements se firent de plus en plus rapides et je sentais son sexe se contracter, je m’attendais à recevoir, ce qui ne tarda pas : il éjacula dans ma bouche en me maintenant la tête. J’avalais cette semence, c’était une première et j’aimais ça ! Je ramassais la moindre goutte le long de ce sexe, en passant ma langue des testicules jusqu’au gland.
« C’est ça ma belle, nettoie bien ! » il me releva et m’embrassa de nouveau, ramassant lui aussi quelques gouttes perlant sur mes lèvres.
Il me prit par les hanches et me déposa sur le bureau, les affaires, se trouvant dessus, volèrent sur le sol. Il retira mon string, libérant mon petit clito qui ne demandait qu’à s’élever. Il releva mes jambes, empoigna mon sexe et mes testicules et les tira vers le haut, dégageant ainsi mon petit trou du cul toujours obstrué par mon plug. Il le retira, le mit dans sa bouche, le jeta, puis il avança son visage et commença à me lécher. Sa langue fouillait le moindre de mes recoins, il commença alors à la faire rentrer et sortir de mon anus qui s’ouvrait de plus en plus, je n’en pouvais plus, je gémissais en m’agrippant à sa chevelure, cela dura plusieurs minutes.

« Viens en moi, lui dis-je… s’il te plait !!! » n’y pouvant plus, en fixant ses yeux, je lui étais soumise comme une salope que je suis !
Il se releva, prit son sexe redevenu dur dans sa main, je le regardais avec des yeux d’envie que je n’avais jamais eu. Il vient se poser devant l’entrée, me regarda en souriant, je retiens mon souffle, il s’enfonça délicatement dans mes entrailles, je poussais des petits cris à chaque pression. Était-ce des cris de douleur ou de plaisir ? Les deux, tellement son sexe m’écartelait, mais aussi de plaisir tellement il envahissait mon anatomie avec délectation !
Il commença à s’activer en moi, accroché à mes jambes, ses couilles butant contre mes fesses.
« Tiens prends ça salope, je vais te baiser comme une chienne que tu es ! Hein, tu es une chienne, ma chienne hein ? Dis-le salope !! »
Sa voix résonnait dans mon cerveau.
« Oui, baise-moi, je suis ta chienne, ta salope ! Encule-moi à fond !»
Mes jambes gainées de bas noir sur ses épaules, rehaussées de mes escarpins, son sexe rentrant et sortant de mon cul, cette vue m’excitait et m’enivrait. Combien de fois à la vue de cette position, j’avais envié ces créatures de rêve dans les pornos. Mais aujourd’hui, c’est moi et j’adore ça !!
« C’est bon ? T’aimes ça petite pute ? Hein, t’aimes ça ? »
« OUIII, c’est bon ! Vas-y, encore, plus fort !!! »

Il s’activait de plus en plus vite, je sentais son sexe buter au fond, ce qui déclenchait en moi des soubresauts incontrôlables, je jouissais par l’anus pour la première fois. Dans un dernier spasme, je m’écroulais sur le bureau, pleine de bonheur. Il m’attrapa par l’arrière du crâne et me tira vers lui et m’embrassa de nouveau.
« C’était bon ma Chérie ? Tu aimes ça ? Je te rassure, je n’ai pas fini avec toi ! » Me dit-il en souriant.
« Ok si tu veux, mais laisse-moi d’abord fermer la porte, je ne voudrais pas avoir une deuxièmes surprise ! » lui dis-je en souriant.
« Attends, j’ai une autre surprise ! ».
Avant que je dise quoi que ce soit, il prit son téléphone et composa un numéro, un homme répondit et je compris la conversation. Il n’était pas venu tout seul, un copain l’attendait dans la voiture et il rouspétait du fait d’attendre !
« Arrête de gueuler et viens plutôt me rejoindre, j’ai une surprise !! » il raccrocha, me sourit.
« Voilà ta seconde surprise, bébé !! »
« Mais qui c’est ? »
« C’est mon ami, tu verras, il est sympa et bien monté ».

Avant qu’il finisse sa phrase, son ami rentra et nous trouva. Il me regarda interloqué puis sourit.
« Je vois que tu as trouvé une petite salope Hervé ! ». Mon compagnon s’appelait donc Hervé !
« Salut, je m’appelle Marc » me dit-il en m’embrassant. Marc était plus jeune, brun et bronzé.
« Je comprends pourquoi tu tardais tant ! » dit il en rigolant et en dégrafant son pantalon.

Je compris à ce moment là que j’allais devenir la petite pute de ces deux gaillards. Hervé, la bite toujours à la main, continuait à se branler, Marc l’imita. Il me demanda de le sucer, ce que je fis de suite. Sa bite n’avait rien à envier à son ami malgré quelle soit un peu plus petite.
Hervé vient se placer à côté, je me mis donc à le branler en même temps que j’avalais la bite de Marc, elle était un peu acre mais je fis le maximum, il ne tarda pas à faire ses premiers râles. J’alternais ensuite entre mes deux compagnons. Au bout d’un moment, Hervé se plaça derrière moi et me fit mettre à quatre pattes, le cul offert. Marc s’allongea sur le sol, je continuais à le sucer comme une folle sachant ce qui m’attendait.
Hervé replaça son sexe devant mon orifice, mais cette fois ci, sans ménagement, il s’enfonça dans le vif du sujet, ce qui me déclencha un cri. Il s’activa dans mon cul avec une telle ardeur que j’avais du mal à sucer son ami. Il s’amusait à rentrer puis sortir complètement, admirant mon trou béant et replonger dedans avec la même fougue.
J’en pouvais plus !!!

Il finit par éjaculer au fond de mes entrailles, je sentais son liquide chaud me remplir. Croyant mon expérience toucher à sa fin, je m’appliquais à faire éjaculer Marc, mais celui-ci ne l’entendait pas cette façon. Il me demanda de venir à califourchon sur lui. Je viens alors me placer les deux genoux à terre au dessus de sa bite et m’empala dessus. Je ne sentis pratiquement pas la différence tellement son collègue m’avais démonté.
Il mit une main sur chaque fesse et me fit monter et descendre sur son zob. Ma tête tournait, mes yeux se révulsaient à chaque coup de butoir, le sperme d’Hervé coulait de mon cul.

Au bout de cinq minutes, il commença à calmer le jeu, moi j’essayais de le faire venir en contractant mon anus. C’est alors qu’il me plaqua contre son torse, mon cul grimpa d’un cran vers le haut. Avant que je comprenne ce qu’il m’arrive, Hervé vient se placer au dessus de nous et mit sa bite devant mon trou déjà occupé. Je commençais à avoir peur, même s’il m’était déjà arrivé de me mettre deux godes en même temps, mais là je craignais du fait des mensurations de mes hôtes.
« On va te faire crier salope, tu voulais de la bite, tu vas en avoir sale chienne ! »
« Vas-y, viens, je te fais de la place ! » disait Marc en me maintenant fermement et en se retirant juste un peu en basculant son bassin pour laisser juste son gland dans mon intérieur.

Hervé plaqua son sexe et commença à s’enfoncer, je serrais les dents et poussait pour faciliter la pénétration. Au bout de quelques secondes, je me retrouvai avec ces deux bites qui s’agitaient dans mon cul qui, d’habitude si étroit, s’était dilaté pour les laisser entrer. Ils alternaient leurs vas et viens dans une synchronisation parfaite. Marc Relâcha son étreinte petit à petit, me laissant libre de mes mouvement puis éjacula dans un râle profond, suivi pour la troisièmes fois de Hervé.
J’étais en sueur, il se dégageait dans le bureau une odeur de sexe indescriptible mais étourdissante. Ce qui, vous vous en doutez, ne tarda pas à me faire jouir comme une folle en sentant tout ce foutre couler de mes entrailles.
Je m’écroulais sur Marc qui m’embrassa goulûment « T’as aimé ma belle ! Ça se voit ! ».
J’acquiesçai en lui souriant et l’embrassai passionnément.

Ils se retiraient, je restai dans cette position quelques instants afin de retrouver mes esprits. Je me relevai mais mes jambes vacillaient, Hervé me prit par le bras.
« Ça va ? Je crois que tu as eu ton compte ! »
« Je ne pense pas » dit Marc s’agenouillant devant moi.

Il prit mon petit sexe dans sa bouche et commença à le sucer, Hervé l’imita et ils se partageaient ce sexe que j’avais oublié, me sentant pour la première fois aussi femme. Je ne tardais pas à éjaculer et ils s’embrassaient pour récupérer chaque goutte.
Je compris que c’était un couple. Ils se rhabillèrent en me remerciant de ce moment et il me promirent de revenir tous les deux payer la prochaine facture, mais que cette fois-ci, ils m’appelleraient avant. Je refermais la porte derrière eux encore tremblante sur mes escarpins et j’allais me doucher, je me suis masturbé en repensant à mes deux hommes d’un jour en me disant au mois prochain !

81 appréciations
Hors-ligne
J'ai bien aimé. Merci Laila
J'aime être cocu, moqué et soumis à ma femme et ses amants.

3663 appréciations
Hors-ligne
Gros bisous et bon dimanche

119 appréciations
Hors-ligne
Hmmmmmmmmmm comme je me sens seule après avoir lue ce texte et me retrouver mon clito tout dur et ma chatte toute mouillée de désir
Bisessssssssssssssssssssssssssssssssssss



3663 appréciations
Hors-ligne
Jolie bite à sucer ! Bon début de semaine !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 219 autres membres