lailatvx

lailatvx

la femme qui dormait en moi 2

3992 appréciations
Hors-ligne
Le vendredi matin, je me suis réveillé dans les bras de ma jolie Marie, ma belle savait tout ce qui s’était passé les trois jours précédents et à chaque fois, elle me consolait en faisant des folies. En même temps, je me disais que, au point où j’en étais, je ne risquais plus grand-chose. Après notre petit déjeuner, nous sommes repartis faire des folies : Marie s’est à nouveau amusée à me coller les doigts dans mon petit trou. Le pire, c’est que je commençais à y prendre goût et à tortiller des fesses pour aller rechercher ses doigts plus profonds en moi. Juste avant de partir à ma dernière répétition, Marie a poussé le vice jusqu’à me faire enfiler une belle culotte douce et moulante en lycra.

Je me suis donc présenté en avance à l’entrée des artistes pour y retrouver tous les animateurs et animatrices. Comme à chaque fois, l’accueil fut chaleureux et je suis parti me changer. En quelques minutes, j’étais déshabillé et en train d’enfiler ma robe douce à l’intérieur et rêche à l’extérieur, je pense que je devais facilement prendre 5 kilos en enfilant la robe. Comme pour les trois premières fois, les animatrices sont venues s’occuper de moi pour me maquiller. Pour la quatrième fois de la semaine, j’étais devenue une femme. Quand les animatrices ont vu ma culotte, elles ont souri, elles m’ont dit que je poussais le détail vraiment très loin et que c’était tout en mon honneur. Avec plus de trois quarts d’heure d’avance, j’étais déjà prête et toute belle.

Le malheur c’est que les filles sont parties dire à leurs collègues masculins que j’avais une super culotte douce en dessous de ma robe. Trois d’entre eux sont revenus pour constater de leurs yeux. J’étais perchée sur mes escarpins et je ne pouvais pas facilement m’éloigner, il étaient trois et il m’avaient bloquée et commençaient déjà à me caresser; un quatrième est arrivé et là, je ne pouvais plus rien faire. Comme la veille, je me suis retrouvée allongée sur la malle qui servait pour le décor. Le problème c’est que, aujourd’hui, les 4 animateurs comédiens s’étaient débarrassés de leurs pantalons, deux d’entre eux m’ont tenu les mains écartées de l’autre côté de la malle, un troisième m’a donné son sexe à sucer.

Le quatrième est venu soulever la robe, m’a écarté la culotte et s’est positionné à l’entrée de mon boyau, il n’a pas beaucoup attendu avant de me pénétrer. Ça y est, j’étais FEMME et surtout j’étais à eux.
Que m’arrivait-il ? J’étais en train d’y prendre goût. Pour la première fois de ma vie, je me retrouvais avec un sexe dans la bouche. Difficile à avouer mais j’y prenais goût, peut-être que mon costume y était pour quelque chose... Toujours est-il que j’étais en train de satisfaire sexuellement deux hommes et que deux autres allaient sans doute profiter de mes prestations. Quand l’homme que je suçais s’est contracté avant de partir dans ma bouche, j’ai voulu reculer la tête mais ils m’en ont empêché; du coup, je me suis retrouvée avec plusieurs jets de liqueur dans la bouche.

Ils m’ont obligé à tout avaler. Une fois son sexe bien nettoyé et ma bouche vide, mon enculeur m’a balancé la purée lui aussi. Je l’ai entendu geindre alors qu’il était fermement accroché à ma taille, le pire c’est que j’ai senti sa semence investir mes entrailles. Il y a eu un changement : ainsi les deux qui venaient de partir en moi se sont mis à me tenir. Je n’ai pas eu le temps de souffler, ils venaient de se relayer, à nouveau je venais de me faire investir et à nouveau, j’avais la bouche pleine. Il n’y a pas à dire, cette robe était magique !
Qu’allait dire Marie ce soir quand je lui confesserai tout ça... J’ai contracté mon rectum et le sexe de mon deuxième partenaire m’a donné beaucoup plus de plaisir, je le sentais beaucoup mieux coulisser en moi; j’étais en train de devenir une salope assoiffée de sexe masculin !

Manifestement, il a beaucoup apprécié que je me contracte vu qu’il est parti quelques minutes après dans mon boyau; le pire c’est que il m’a fait jouir et j’ai éjaculé dans la robe. Je venais de découvrir que, en contractant mon rectum, je donnais du plaisir mais en prenais aussi. Avec ma bouche, maintenant je me servais de ma langue et manifestement, cela faisait effet; lui aussi est parti dans ma bouche sans que je puisse me retirer.
J’en étais à ma deuxième ration de sperme dans la bouche ! Voilà qu’ils changeaient à nouveau, 3eme bite dans la bouche et 3eme entre mes fesses. Celui qui était derrière moi désormais avait un sexe bien plus gros. Je le sentais bien me pistonner, il me faisait beaucoup de bien !

Maintenant, tous les quatre parlaient de moi au féminin, c’était gênant mais très excitant. J’ai constaté qu’ils étaient un peu déçus car ils n’avaient pas le temps de finir leur rotation. En trois quarts d’heure, je n’avais réussi qu’à me faire féconder par trois d’entre eux, disons que maintenant, j’avais plutôt une haleine au sperme. Nous nous sommes tous retrouvés sur scène pour la répétition. Là où j’étais le plus gênée, c’est que le sperme commençait à couler entre mes jambes.
Vu ce que j’avais reçu, cela n’était pas prêt de s’arrêter, la semence me coulait le long des cuisses. Tous ont continué à goulûment m’embrasser, le problème c’est que maintenant, je le rendais les baisers. Le pire, c’est que j’étais en train de devenir plus vorace qu’eux au niveau des baisers !

4 jours de répétition dans ce rôle de femme et surtout dans cette douce robe avait fait de moi une femme, je jouais sur scène mon rôle de femme jusqu’au bout des ongles.
Au bout d’une heure et demie, nous fîmes une pause et là, c’est Claude, le patron du camping, qui s’est présenté. C’est bête à dire mais je savais pourquoi il venait, il m’a pris par la main et m’a emmenée au niveau de la malle. Mais là, il n’a pas eu besoin de me tenir et de me guider, je savais ce que je devais faire. Il a soulevé l’arrière de ma robe, je l’ai entendu se défaire de son pantalon; il n’a pas eu besoin de me mettre de lubrifiant sur mon petit cul, ce dernier débordait de sperme. Il m’a collé une énorme claque sur les fesses avant de me pénétrer.

Il n’y a pas à dire, aujourd’hui j’étais devenue le garage à bites de l’équipe du camping !
Vu ce que j’en ai senti, son sexe était épais et long, il s’est mis à parler de moi au féminin en rigolant. Là, il m’a expliqué que, grâce à eux, j’avais découvert ma véritable identité sexuelle.
Et si quelque part, il avait raison ?

Il a commencé à aller et venir en moi, c’était divin ! Je ne rouspétais plus, je me laissais faire et je savourais. En 4 jours, ils avaient fait de moi la chienne de l’équipe d’animation du camping. Il m’a un peu écarté les jambes et surtout saisi les bras en arrière, cela lui permettait de forcer plus en profondeur. Dans cette pièce, je ne sais plus vraiment si j’avais le rôle d’une femme facile ou d’une chienne offerte. Toujours est-il que le rôle que j’interprétais me plaisait énormément !

En quatre jours, j’avais réussi à passer d’hétérosexuel à chienne offerte, capable de satisfaire 5 hommes en une journée... Il n’y a pas à dire, je mettais tout mon coeur pour interpréter ce rôle du mieux que je pouvais, on verra ce qu’en diront les vacanciers samedi soir après le spectacle...
Pour l’instant, le patron du camping était en train de me féconder, il n’a pas été long à me ramoner, en me traitant de tous les noms, avant de partir en moi. Il est resté en moi jusqu’à me laisser la dernière goutte, il m’a délicatement repositionné m’a culotte pleine de sperme puis m’a quittée en disant que j’avais un sacré potentiel...
Merci pour le compliment !

Après la répétition, l’équipe m’a laissée tranquille. Je suis quand même passée aux toilettes pour essayer de me vider de ces centimètres cubes de semence, puis je suis rentrée à mon bungalow retrouver Marie. Elle m’a travaillée pour me tirer les vers du nez, avec détails.., je n’en ai pas donné trop, question d’amour propre.
Thierry et Gilles sont arrivés pour écouter mon récit. Grande honte pour moi, Marie leur avait raconté les séances précédentes. En sachant que ces deux là étaient gays et pacsés, je ne vous raconte pas comment cela a dû les chauffer.
Toujours est-il que tous les trois sont venus me réconforter chacun à sa façon...



Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 227 autres membres