lailatvx

lailatvx

Mon premier amant 1

4151 appréciations
Hors-ligne
J'avais dix-sept ans. Timide et mal à l'aise en société, je n'avais que peu d'amis et aucune petite amie. Non seulement j'étais puceau mais je n'avais même quasiment jamais embrassé une fille.
Le seul endroit où j'étais réellement heureux était la ferme de mon oncle et ma tante. J'y passais quasiment chacune de mes vacances.
En cette période là, si je n'avais aucun échange sexuel, je vivais par contre dans un état d'excitation permanent. Je me branlais souvent sur une photo de femme nue qui me suivait partout. Mais surtout, il m'arrivait souvent de me réveiller la nuit, en sueur et le sexe tendu.
Au paroxysme de l'excitation, affolé, dans un état indescriptible et dans un total besoin de débauche, j'avais envie de sexe comme jamais le jour. Et chaque fois les brumes de rêve qui s'effilochaient dans mon esprit ne disparaissaient pas assez vite pour que ne s'accroche cette image d'un zob puissant planté en moi. Cela me laissait troublé et honteux. Néanmoins, je commençais à me branler parfois en amenant délibérément cette idée.
Petit à petit, mes phantasmes se précisaient. Et mon désir augmentait.

Cet été là, pour une fois, mon cousin n'était pas avec moi. Parti un mois en stage. Bien qu'il me manquait, cela me donna l'occasion de passer du temps seul et de rêvasser à longueur de journées sur mes nouveaux phantasmes. Je pris l'habitude d'aller me poser de longues et chaudes heures derrière une remise de la ferme où personne ne mettait jamais les pieds.
Du moins le croyais-je. Je n'avais pas remarqué le petit tas de mégots dans un coin. J'installais là la vieille banquette arrière d'une Simca 1000 qui finissait de rouiller dans un coin de la ferme. Je pris l'habitude de venir fantasmer dans ma cachette pour finir par me branler en fin d'après midi.

Cet après midi là avait été aussi chaud et lent que tous les précédents. J'avais passé des heures à rêvasser, me caressant parfois sans jamais éjaculer. Puis, l'heure approchant de devoir rentrer, je me mis à me caresser plus sérieusement.
Tout à mes rêves, je n'ai entendu aucun bruit. Mais quand j'ouvris les yeux après l'éjaculation, je vis Jacques. De taille moyenne, trapu et plutôt bedonnant, c'était un homme près de la cinquantaine. Pas très beau mais gentil. Je le connaissais depuis toujours. Il vivait seul dans une grande maison héritée de ses parents. Jamais marié, il était le vieux garçon du village. Son héritage lui permettait de vivre chichement. Les exploitants du coin l'engageaient de temps en temps au black pour de petits travaux ou coups de main dans les grosses périodes.
Ainsi, je l'avais souvent vu travailler avec mon oncle. Et mon refuge était l'endroit où il faisait ses pauses cigarettes.

Quand je le vis, je sursautais. La honte me couvrît d'un coup ! Je tentais de remonter mon short maladroitement en bredouillant que ce n'était pas ce qu'il croyait. Il sortit une cigarette, l'alluma et répondit:
- Ben si, c'est ce que je crois. Y a pas de mal. C'est l'âge qui veut ça, on l'a tous fait !
- Faudrait pas en parler s'il vous plaît !
- T'inquiète pas, je ne dirais rien. Allez calme-toi !

Nous avons alors commencé à discuter. Il fumait sa cigarette lentement tandis que je me calmais. Il me demanda si j'avais une copine. A quoi je répondis non. Il s'en étonna et dit que j'étais pourtant beau garçon.
- Bof, j'ai quelques kilos en trop et puis je n'ose pas leur parler de toutes façons. Les filles n'aiment pas les timides.
- Ben moi, si j'étais une fille, je te trouverais très beau.

Dans la conversation, cette phrase ne me parut pas bizarre. Son accent et son débit très ruraux le mettaient pour moi à mille lieues de l'homosexuel tel que je me le représentais alors.
Mais au moment de partir, il s'appuya sur ma cuisse pour se lever et son geste me troubla infiniment. Je ne pouvais dire s'il m'avait caressé ou non. Quelle subtilité dans ce geste ! Il me sourit et partit.

La nuit suivante, je me réveillais en pleine éjaculation. Dans ma tête, l'image de ce sexe en moi, avec ce coup-ci, un visage, celui de Jacques. Je ne sais pourquoi mais mes mains partirent récolter mon plaisir que je portais ensuite à ma bouche en imaginant que je le léchais sur le sexe de Jacques.
Que je devais finir par revoir le lendemain...


Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 233 autres membres