lailatvx

lailatvx

Soumis à mon beau-frère 1

4151 appréciations
Hors-ligne
J'avais alors 23 ans et j'avais accueilli chez moi mon beau-frère qui venait de se faire éjecter de chez ma sœur après une de leurs multiples disputes.
J'occupais un studio et je n'avais qu'un seul lit. Aussi le soir venu, il n'y avait pas d'autre solution que de dormir ensemble.
Tout à fait soft, on s'est endormis comme deux potes.

Les jours et les semaines ont passé et visiblement leur séparation était devenue définitive. Nous nous étions habitués à cette cohabitation, pas toujours facile avec les nanas, mais bon, on était jeunes !
Mon beau-frère était assez porté sur le sexe et une nuit, je me suis réveillé, il avait une main dans mon slip et, visiblement, m'avait fait bander.
Je l'ai écarté en lui demandant s'il ne devenait pas débile. Là-dessus, il allume la lumière et me dit en relevant le drap : Regarde, j'ai une de ces triques !
Je n'avais jamais vu une queue aussi importante !
Toutefois, je l'ai envoyé "chier" et je me suis rendormi quelques minutes après.

Le lendemain, je repensais à la scène, et je dois avouer que je regrettais un peu de ne pas lui avoir touché la queue, juste pour voir...
Quelques semaines plus tard, après une soirée un peu arrosée entre potes, vers 3h 00 du matin, tous partis, nous nous préparions à aller nous coucher.
J'étais assis au bord du lit en train de me déshabiller et là, il est venu devant moi, en slip en me disant :
- Regarde, j'en peux plus !

Il bandait comme un dingue, le gland dépassant du slip ! Il s'est un peu plus approché de moi et tout en baissant doucement son slip, il m'a dit :

- Allez, tu vas me sucer la bite beau-frère !

J'avais son sexe de plus de 20 cm devant le visage et avec l'alcool avalé toute la soirée, je ne sais pas ce qui m'a pris, mais j'ai approché ma langue sur son gland que j'ai commencé à lécher doucement puis j'ai carrément ouvert la bouche et j'ai commencé à le sucer.
Je me suis mis à bander aussi, mais j'espérais qu'il ne pouvait pas s'en apercevoir de la façon que j'étais positionné devant lui. J'étais carrément en train de lui faire une pipe et d'un coup, il me dit :

- Mais il bande le petit cochon, il aime la bite et il me le cachait depuis des mois !

J'ai tenté de lui expliquer que je ne comprenais pas ce qui m'arrivait, mais visiblement sans conviction, car il a rajouté : « tu vas te mettre à genoux maintenant et me sucer comme une salope et jusqu'au bout et avaler tout le sperme que je ne vais pas tarder à t'envoyer dans la gorge ! ».

J'ai voulu m'écarter mais il était beaucoup plus fort que moi, et avec l'alcool que j'avais bu toute la soirée, je ne pouvais pas résister à sa pression et il m'a maintenu la bouche sur sa bite :
- Elle est bonne ma bite, hein ? Dis-le qu'elle est bonne ! Allez, j'aimerais l'entendre, petit pédé que tu l’aimes ma grosse queue !

J’ai constaté qu'il se raidissait un peu plus, et d'un coup, j'ai senti des giclées de sperme qui n'en finissaient plus de se décharger au fond de ma gorge...
- Allez, avale tout ça petite salope ou demain, j'explique à tout le monde que tu m'as bien sucé la bite cette nuit !
J'ai tout avalé par la force des choses et, pendant qu'il était allé aux WC, je me suis recouché et endormi assez vite.

Après cette nuit plutôt spéciale, je me réveillais « la tête encore dans le seau » et l'issue de notre soirée me revenait : Avais-je rêvé ou est-ce que j'avais vraiment taillé une pipe à mon beau-frère ? Même ivre, je n'aurais jamais imaginé faire une telle chose !
Lui dormait encore, je me suis levé sans bruit et suis allé prendre une douche.
Petit à petit, tout me revenait et je pris conscience de la réalité : je lui avais vraiment sucé la bite et en avalant même son sperme jusqu'au bout !!
Tout en y pensant, je me suis aperçu que je commençais à bander.
Qu'est-ce qui se passait dans ma tête ?
Moi qui n'avais jamais eu une quelconque relation homosexuelle auparavant, cette nouvelle situation m'excitait !

Je suis sorti de la douche et regagné la chambre pour m'habiller. Il était réveillé, le drap levé, slip à moitié baissé, affichant une érection incroyable.
- C'est l'heure de la pipe, mon petit pédé ! Qu’il dit en me voyant arriver.
J'allais réagir négativement mais malheureusement, il a vu que j'avais un début d'érection à travers mon slip.
Il me dit alors :
- Ca t'excite déjà je vois ! De toutes les façons, si tu ne veux pas que j'en parle à nos potes, dorénavant tu vas devoir m'obéir ! Alors pour commencer, mets-toi à genoux au bord du lit et viens me sucer la bite ! Ce sera comme ça tous les matins, une bonne pipe, histoire de me mettre en forme !

Je lui ai dit :
- Mais t'es malade, hier c'était un accident dû à l'alcool ! N’en parlons plus, je ne suis pas un pédé !
- Tu l'étais pas, mais maintenant c'est fait et tu es Mon pédé, que tu le veuilles ou pas ! D'ailleurs, hier, pendant que tu me suçais, visiblement avec plaisir, tu ne t'es même pas aperçu que je t'ai pris en photo ! J'ai ainsi les preuves de tes actes, alors si tu ne veux pas que tout le monde le sache, il va falloir obéir !
- C'est dégueulasse ce que tu as fait, et pourquoi moi ?
- J'étais sûr que tu allais aimer la bite !
- Mais pas du tout !
- Mais si, regarde, tu bandes encore, rien que de penser qu'il va falloir remettre ça tous les jours ! Bon, puis assez discuté ! Suce-moi et bien jusqu'au bout comme hier ! Tu aimes le sperme, ça je l'ai bien vu salope ! Et moi, j'aime ta bouche, on est fait pour s'entendre !

Je ne savais plus que dire, et finalement, je me suis mis à genoux pour m'exécuter avec honte en pensant en discuter plus tard plus sérieusement.
Il m'a humilié de paroles obscènes pendant que je le suçais, en me demandant de répéter que j'aimais sa bite, que je voulais tout son sperme…
Et pour la deuxième fois en quelques heures, il s'est vidé les couilles dans ma bouche et j'ai dû tout avaler.
J'allais me relever quand il m'a dit : « attends, viens me nettoyer la bite avec ta langue ! ».
J'ai dû le lécher du mieux que je pouvais pour aspirer tout le sperme qu'il avait sur la queue et sur les couilles mais il s'est mis à rebander aussitôt !
- T'as de la chance ce matin, je suis bien en forme, tu vas pouvoir encore m'en faire une petite !
- Allez, arrête de m'humilier ! Je lui dis.
- Non, non, tu vas encore me sucer...

J'ai dû remettre ça encore une fois, une fois qui a duré un peu plus longtemps et là, au lieu de me tenir la tête au moment de l'éjaculation, il me dit : « je vais te décharger sur ta petite gueule de salope ! Alors, reste là et finis de me branler devant ton visage ! ».
Je me suis pris plusieurs giclées en plein visage et j'ai encore dû lui sucer le gland pour le nettoyer.
- Maintenant debout ! Me dit-il. Tu vas te masturber puisque tu bandes encore !
J'ai dû obéir et hélas, probablement excité malgré moi, j'ai joui pratiquement après quelques va-et-vient.
- Tu vois que t'as aimé me sucer ! Me dit-il ironiquement. On remettra ça ce soir puis demain matin et comme ça tous les jours, ah, ah, ah !!!

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 233 autres membres