lailatvx

lailatvx

Mon fils est un pédé

Mon copain et moi on est pareil. Dés qu'on a un moment, on se suce. Souvent, c'est dans nos chambres, soit chez lui, soit chez moi. On fait gaffe de ne pas se faire prendre par nos parents, on attend le samedi qu'ils partent en course pour aller plus loin.

On sait qu'on va être tranquille pour deux bonnes heures et on ne se gêne pas pour se mettre entièrement à poil et on s'encule chacun son tour. On est jeunes pédés de 17 ans.

Chez moi, on fait ça dans le salon, sur le canapé ; comme ça, je vois quand mes parents reviennent. On file de suite dans ma chambre et on se rhabille en rigolant. Parfois, c'est chaud mais on aime bien prendre des risques, c'est excitant.

 

Pour s'amuser encore plus, mon copain a fait des photos avec mon portable. On me voit en train de le sucer et sur d'autres, il me prend en levrette. Sauf que sur mon dos, entre mes omoplates, j'ai une tâche de naissance très particulière et on sait que c'est moi. Y en a une autre aussi que j'aime bien : c'est mon copain qui jouit sur ma figure, je suis couvert de sperme et on voit sa bite.

On a tellement baisé ce jour là que j'ai oublié de mettre les photos sur une clé USB et mon père est tombé dessus. La honte de ma vie ! Il m'a sermonné un moment puis a fait un truc auquel je ne m'attendais pas du tout : il a ouvert la braguette de son pantalon et a sorti son sexe.

- T'en veux de la bite ? Tiens ! Suce celle-là !

 

Sur le coup, je ne savais pas quoi faire. En plus, je n'avais jamais vu une bite d'homme. C'est énorme et plein de poils ! J'étais pétrifié de voir ça, assis sur le bord de mon lit, elle était juste devant mes yeux avec les couilles pendantes de chaque côté. La bite était bien raide, prête à être employée. Je ne bougeais pas, c'est mon père qui a fait le premier geste. Il a attrapé sa queue dans sa main, s'est approché plus près, a posé son autre main sur ma nuque et l'a mise devant mes lèvres.

- Ouvre ta bouche !

Nous n’étions que deux à la maison, maman ne pouvait pas intervenir pour empêcher ça. A contre cœur, j'ai obéi à mon père. J'ai sucé cette énorme bite en remarquant que j'étais en train de bander. Timidement pour commencer, puis avec l'excitation de sucer un homme, je me suis appliqué, j'ai même léché les couilles pleines de poils. Mon père s'en est aperçu.

- Descends du lit, viens te mettre à genoux devant moi et mets tes mains dans le dos !

 

Il me tenait la tête entre ses mains et il ondulait dans ma bouche. Je n'avais pas cette habitude avec mon copain, mais j'aimais bien. Il essayait d'aller de plus en plus loin, ça me donnait comme des envies de vomir. A un moment, il s'est retiré pour me mettre dans la bouche ses deux couilles en me demandant de jouer avec elles avec ma langue. J'ai trouvé ça très cochon, mais je bandais, toujours sa bite sur toute la longueur de mon visage avant de me la remettre en bouche. Je n'avais pas l'habitude de faire tout ça, c'était très excitant. Il a commencé à accélérer les mouvements en s'enfonçant de plus en plus loin. J'avais du mal à respirer et j'ai voulu le repousser.

- Retire tes mains salope !

 

Dix secondes plus tard, il jouissait en m'inondant la bouche de foutre. Son sexe toujours à l'intérieur, j'ai du tout avaler pour ne pas m'étouffer. C'est la première fois que j'en avale et c'est celui de mon père !

Refermant sa braguette, il s'est agenouillé devant moi pour m'attraper par les couilles et m'a tiré la tête par les cheveux contre le lit.

- Je crois que t'es bien plus qu'une petite pédale, suçant la bite de ton copain ! Je crois que t'es une grosse salope et la prochaine fois, je vais m'occuper de ton cul ! Quand j'aurais fait le tour, je t'emmènerais voir quelques copains pour qu'ils s'occupent de toi, ils adorent les jeunes pédés ! Puisque tu aimes la bite, tu vas en recevoir plus que t'imagines et tu vas devenir une vraie pute. Tu m'as bien compris ? Si tu l'ouvres avec ta mère, je lui montrerai les photos. Je ne suis pas très sûr qu'elle appréciera de voir que son fils est pédé et tu pourrais finir en foyer. OK ?

- Oui papa.

 

J'ai bien retenu la leçon et puis, de toute façon, je m'en foutais car je venais de comprendre que j'avais aimé ce qu'il m'avait fait. Il n'est jamais passé le soir dans ma chambre aussi souvent depuis ce temps là.

Ma mère en bas devant la télé, à regarder les informations, pendant que je vidais les couilles de mon père tous les soirs de la semaine.

J'en ai parlé à mon copain, il dit que j'ai de la chance de sucer un homme, il aimerait bien lui aussi. Peut-être que je le présenterais un jour.

C'est le samedi suivant qu'il m'est passé dessus pendant que ma mère est partie faire les courses. Qu'est-ce que j'ai pris ! J'étais loin de me connaître. Je crois que mon père a raison quand il dit que je suis une grosse salope. Le plus marrant, c'est que c'est sur le canapé qu'il m’a pris pour la première fois. J'ai eu l'impression d'être déchiré tellement sa queue est puissante et large ! J'étais nu, j'ai commencé par le sucer comme il aime et je progresse, il va de plus en plus loin, j'arrive presque à la gober entièrement.

Il rigolait parce que je bandais. Ensuite, il m'a soulevé pour me poser sur le canapé, les jambes en l'air. Je le regardais mettre du gel sur sa queue et m'a pris comme ça. J'ai eu mal, il me faisait mal et il m'insultait. J'étais tour à tour une salope, un pédé, une pute, une lopette… il me tenait par les chevilles en me labourant, parfois c'est par la gorge qu'il montrait sa domination en me la serrant. Il m'a retourné pour me prendre en levrette mais ce n'était pas mieux. Excité comme il était, il me frappait les fesses de ses grosses mains toujours en m'insultant :

- Petite pute, mes potes vont se régaler avec toi, ils vont te défoncer ton cul de salope !

 

Sans ménagement, il me secouait dans tous les sens. J'ai fini à genoux pour le soulager et cette fois ci, je n'y ai pas échappé. C'est toute la longueur de son sexe que j'ai du avaler. La tête coincée sur son ventre, ses couilles contre mon menton, il a joui. J'ai mis dix minutes à m'en remettre car une partie du sperme est partie dans mes poumons et je n'arrêtais pas de tousser après avoir faillit être étouffé. En me retournant, j'avais ses traces de doigts sur mes fesses, mais je ne bandais plus.

 

C'est le lendemain qu'il m'a emmené voir ses copains, le dimanche après midi et il avait déjà tout organisé sans m'en parler. Il y avait quatre hommes dans la villa plus mon père qui a pris les choses en main et m'a fait passer pour le vide couilles de service. J'ai encore ressenti de la honte en étant nu, devant tout le monde, surtout qu'ils se sont foutus de moi et de mon petit sexe.

Même mon père m'humiliait en disant que j'avais une bite de mouche. Tout le monde rigolait en me montrant la leur. Pour continuer l'humiliation, mon père m'a obligé à dire que je voulais me faire exploser le cul et avaler du foutre. Choses que j'ai faites par la suite.

Ce n'est pas évidant à 17 ans de devoir subir l'assaut de quatre hommes, plus son père. Je crois que je suis calmé pour un bon moment, enfin si mon père me laisse tranquille. J'ai le cul en feu, j'ai des marques sur tout le corps, j'ai la gorge large comme une entrée de métro, j'ai failli mourir plusieurs fois d'étouffement, j'ai mal aux couilles et au sexe, mais jamais je n'aurais laissé ma place.

C'était merveilleux de servir autant d'hommes pervers, j'ai passé pour une bonne pute et je serai ravi de recommencer un jour.

 

FIN.



12/12/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 219 autres membres